En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Capture
Diagnostic en trois clics
Pourquoi Google santé sera demain un médecin crédible
Publié le 23 février 2015
Le géant américain se lance dans la diffusion de contenus à caractère médical, pour aider les internautes à se renseigner sur leur santé, ou éclairer d'un début de diagnostic pour des symptômes inquiétants. Malgré toutes les précautions et les réserves sur ce type de démarche, forcément à visée commerciale, Google a les moyens de ses ambitions.
Jean-François Thébaut est cardiologue, membre du Collège de la Haute Autorité de la Santé, président de la Commission amélioration des pratiques professionnelles et de la sécurité des patients.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Thébaut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Thébaut est cardiologue, membre du Collège de la Haute Autorité de la Santé, président de la Commission amélioration des pratiques professionnelles et de la sécurité des patients.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le géant américain se lance dans la diffusion de contenus à caractère médical, pour aider les internautes à se renseigner sur leur santé, ou éclairer d'un début de diagnostic pour des symptômes inquiétants. Malgré toutes les précautions et les réserves sur ce type de démarche, forcément à visée commerciale, Google a les moyens de ses ambitions.

Atlantico : Google a annoncé qu'il allait sous peu faire remonter ses propres contenus aux questions que se posent les internautes sur leur santé. Les réponses seront présentées sous forme de fiches rédigées par un médecin et apparaîtront dans le carré en droite de l'écran, appelé le "Knowledge graph". Que sait-on pour le moment de ce projet ?

Jean-François Thebaut : On voit bien que la santé est un marché colossal, 20% des requêtes  sur les moteurs de recherches dit-on. Ce marché ne peut qu’exacerber les appétits des géants de l’internet que sont  Google et ses acolytes du Gafa.

L’une des réponses actuelles de Google pour avoir accès à ce marché gigantesque est d’étendre l’application Knowledge graph au domaine de la santé ou plutôt des maladies, en l’enrichissant de fiches techniques, théoriquement non commerciales, préécrites par un comité médical. Disponible depuis 2012 en France, Knowledge graph est un automate applicatif qui a pour objet d’améliorer la qualité des réponses aux requêtes en présentant à droite de l’écran des items présélectionnées, de manière automatique avec les liens les plus pertinents en rapport avec l’intitulé de la question. Cette présentation encadrée distingue théoriquement ces informations des listes des annonces publicitaires commerciales également sur la droite.

Quelle crédibilité accordée à ces informations relativement à des services comme Doctissimo ?

Tout dépend de la qualité des sources utilisées et de la crédibilité scientifique des médecins experts, et donc de la transparence, qui procèdent en amont  à la production de ces fiches et tout dépend du degré de précision tant diagnostic que thérapeutique que ces fiches ont l’ambition de proposer. Dans l’application Knowledge graph classique les premières informations, descriptions ou définitions sont directement issues de wikipédia, donc sans contrôle de Google. On voit bien qu’en matière de santé le risque d’une information inexacte est trop grand pour que Google accepte de le prendre. Manifestement Google ne peut ni ne veut prendre le risque de laisser son moteur de recherche choisir lui même le contenu. En matière de santé, le contenu aura donc vocation à être verrouillé et les sites référencés choisis parmi les sites scientifiques reconnus ce qui serait plutôt un gage de qualité ou du moins de sécurité.

Ce type de moteur de recherches présélectionnées est un procédé qui se repend assez largement aux USA, permettant ainsi aux médecins de retrouver rapidement des informations précises adaptées aux cas de leurs patients. Ce dispositif dit "openinfo bouton"  en technologie HL7 a été mis à disposition en open source par l’organisation des vétérans (VHA) aux USA

Ce nouveau service permettra-t-il de faire "le ménage" dans une offre d'information de santé qui n'est pas toujours des plus fiables ?

C’est vrai  qu’en matière de santé, comme pour tous les autres domaines d’ailleurs, dans la jungle foisonnante des sites internet, en dehors des sites institutionnels officiels et des sites des associations d’usagers, il est difficile pour les internautes de se retrouver, d’être certains de la qualité des réponse et  de la sécurité des conseils et des attitudes proposés et d’être à l’abri d’une démarche mercantile, frauduleuse voire même crapuleuse pour ne pas dire parfois sectaire. Mais la question évidemment à poser est celle de l’exhaustivité des réponses apportées par le moteur de Google et du choix  des sources médicales utilisées qui ne doivent pas être partisanes et qui doivent être actualisées.

Qu'apportent-ils relativement à une consultation avec médecin de visu ou même en ligne ?

Si  l’information est claire, pertinente, éclairée, non partisane et prudente, elle pourra permettre de rassurer ou d’orienter à bon escient les patients dans leur parcours de soins en fonction de l’urgence potentielle des signes ressentis. C’est ainsi que procède par exemple l’application "grave pas grave" mise au point par le SAMU de France et proposée gratuitement  par la MAAF en association avec La Tribune. En France aucun site internet ne remplace une consultation médicale, en dehors des téléconsultations organisées dans le cadre d’un programme de télémédecine autorisé par les ARS.

L'objectif de Google est de "montrer les symptômes typiques et les traitements, [d']expliquer si c'est contagieux, qui est concerné, et bien plus encore". Quelles sont les limites de ce genre de services en matière de santé ? Quels sont les risques à s'auto-diagnostiquer ? 

Il est  toujours très important de diffuser des informations validées et fiables. Cela permet aux usagers et aux patients de décider au mieux de l’attitude à avoir tant pour inciter à ne pas se négliger que pour les rassurer, voire à agir sans retard en cas d’urgence. C’est une aide très importante pour que les patients puissent se prendre en charge le mieux possible. Mais cela ne remplace jamais l’avis personnalisé des professionnels. Même les maladies les plus graves peuvent prendre des apparences atypiques. A l’inverse le risque d’une surmédicalisation est bien sur présent et peut malheureusement conduire aussi  à une hypochondrie cybernétique comme n’importe quel dictionnaire médical.

Quels sont les risques qu'un tel service peut présenter en matière de protection des données sur la vie privée ? 

La protection des données de santé à caractère personnel en France est théoriquement bien garantie par la législation (CNIL). Ainsi les données ne peuvent être recueillies que sur des sites sécurisés et des hébergeurs garantissant la confidentialité. Les industriels français sont très vigilants au respect de ces normes. Mais ces précautions ne s’appliquent malheureusement que dans le contexte médical au sens propre du terme et en France. Dans les autres situations les risques sont alors directement proportionnels au niveau d’usage de l’application. Le premier risque est bien sur celui de l’exactitude et de l’a bonne interprétation des données recueillies pour ne pas conduire à une erreur ou un retard diagnostique. Mais il existe potentiellement bien d’autres risques comme  celui du ciblage comportemental (behavorial targeting) à visée commercial, celui du repérage géographique par la géolocalisation que permet ces applications ou celui de l’abus de la crédulité ou par l’escalade progressive de l’angoisse qui rend vulnérable les individus. Google garantit peut être l’information initiale, mais surement pas celles qui sera délivrée au fur et à mesure du vagabondage internet de site en site. De même il n’est pas nécessaire d’être un grand clerc pour deviner l’usage commercial que pourra faire Google de ces données de navigation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
dav4abe
- 23/02/2015 - 13:22
Bienvenue a Gattaca
Bienvenue a Gattaca