En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

07.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 58 min 37 sec
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 2 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 5 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 5 heures 40 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 1 heure 29 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 7 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 2 heures 37 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 4 heures 47 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 9 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 22 heures 26 min
© Reuters
Au Cambodge, 70% des motocyclistes sont incapables de reconnaitre un simple signe "Stop".
© Reuters
Au Cambodge, 70% des motocyclistes sont incapables de reconnaitre un simple signe "Stop".
Circulez, y a rien à voir

Ebola ? Sida ? Vous n’y êtes pas, la crise de santé publique causant le plus de morts actuellement dans le monde est…

Publié le 05 février 2015
En Asie, continent où les motocyclettes sont de plus en plus nombreuses, les conducteurs de deux-roues représentent un tiers des morts sur la route : 67% au Cambodge et jusqu'à 74% au Laos et en Thaïlande. Et avec un nombre de véhicules doublant tous les cinq ans dans la région, le nombre d'accidents devrait encore largement augmenter.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Asie, continent où les motocyclettes sont de plus en plus nombreuses, les conducteurs de deux-roues représentent un tiers des morts sur la route : 67% au Cambodge et jusqu'à 74% au Laos et en Thaïlande. Et avec un nombre de véhicules doublant tous les cinq ans dans la région, le nombre d'accidents devrait encore largement augmenter.

Au Cambodge, le roi Norodom Sihamoni vient de faire voter une loi pour renforcer la sécurité routière dans le pays. Le texte limite, entre autre, le nombre de passagers sur une moto à un conducteur, un passager adulte et un enfant. Par ailleurs, il impose que tout passager de plus de trois ans porte un casque. Mais la loi, censée prendre effet dès le mois prochain mettra sans doute bien plus de temps que ça à rentrer en vigueur.

En effet, au Cambodge, comme dans de nombreux pays d'Asie du Sud-Est, la sécurité routière est un vrai problème, note Tom Hundley, journaliste pour le site Foreign Policy. Selon une récente étude, seuls un quart des conducteurs cambodgiens essayent de passer leur permis et 70% des motocyclistes sont incapables de reconnaitre un simple signe "Stop".  Les citoyens qui n'ont pas leur permis préfèrent payer un pot de vin aux policiers qui les arrêtent que d'aller devant les tribunaux. Par ailleurs, selon eux, être détenteur du permis ne change rien à la donne. "Quand on vous arrête, vous devez payer, un point c'est tout". Cette attitude passive est un des nombreux facteurs de la corruption du pays ainsi que du fort taux de mortalité sur la route.

"En 2013, 1 950 personnes ont été tuées sur les routes, 16 227 ont été blessées dont 5 671 très gravement. Cette année, la situation s’est encore aggravée. Selon les chiffres officiels communiqués hier lors d’une conférence de presse, 2148  personnes ont trouvé la mort entre janvier et novembre 2014, contre 1901 durant la même période l'an dernier", écrivait le Cambodge Post en décembre.

En Asie, continent où les motocylettes sont de plus en plus nombreuses, les conducteurs de deux-roues représentent un tiers des morts sur la route : 67% au Cambodge et jusqu'à 74% au Laos et en Thaïlande. Et avec un nombre de véhicules doublant tous les cinq ans dans la région, le nombre d'accidents devrait encore largement augmenter.

Malgré tout, pour les gouvernements asiatiques, le nombre de morts causées par les accidents de la route est le prix à payer pour la croissance économique. Pourtant, selon les estimations de la banque mondiale, les morts sur la route coûtent entre 2 et 3,5% du PIB annuel des économies de l'Asie du Sud-Est, notamment en raison de la perte de productivité qu'ils entrainent et des failles du système de santé. Enfin, selon Ratnak Sao, spécialiste de la sécurité routière à Phnom Penh, l'année dernière, les accidents de la route ont couté 337 millions de dollars à l'économie du pays.

Depuis la fin des années 1990, l'Asie (ainsi que certaines parties du continent Africain) connaît la même révolution automobile que les Etats-Unis au début des années 1900 avec la Ford T.

Pratiques, maniables et bon marchés, les motocyclettes ont envahi l'Asie du Sud-Est et la majorité des pays en voie de développement. Pour les habitants de ces pays, dont la plupart vit en dessous du seuil de pauvreté, passer de la bicyclette à la motocylette signifie pouvoir prétendre à de meilleurs emplois et vivre dans un meilleur quartier.

Si vous vous êtes déjà baladé dans une grande ville sud-asiatique, vous avez forcément assisté à cette scène incroyable : des coups de klaksons ininterrompus, des motocyclettes débordant d'enfants sans casques, roulant sur les trottoirs et en sens interdits, se faufilant entre les embouteillages sans fin des voitures, des camions et des bus. Les signes stop et les feux ne veulent rien dire et les piétons invisibles traversent au péril de leur vie.  

Ci-dessous une vidéo du trafic à Phnom Penh, au Cambodge.

En 2015, environ 95 millions de motos devraient être construites, contre 80 millions de voitures. Certains experts prévoient des ventes allant jusqu'à 135 millions d'unités en 2016. La plupart des nouvelles voitures seront vendues dans les pays riches tandis que la majorité des motos iront aux habitants des pays en voie de développement.

L'année dernière, Honda, premier constructeur mondial de petites motos, a construit 17 millions d'unités, soit 6 millions de plus qu'il y a dix ans. Mais le géant japonais doit désormais faire face à la compétition grandissante de la Chine, qui devrait produire plus de 20 millions d'unités cette année.

Au-delà du nombre de morts qu'elle entraine, cette motorisation de masse est une bonne nouvelle pour le tiers-monde. Car ses motos "sont bon marché. Elles faibles en carbonne comparées à d'autres modes de transports et sont rapides", explique Chanin Manopiniwes, économiste à la banque mondiale à Bangkok. "Dans les zones rurales, les motocyclettes connectent les villages, vous permettent d'aller vendre vos produits sur le marché, d'emmener vos enfants à l'école à l'hôpital", "cela vous facilite la vie", ajoute-t-il.  

Si les motocyclettes font partie du paysage asiatique depuis la fin des années 1950, avec la commercialisation du premier Honda Super Cub, le boom se fera réellement à la fin des années 90 et au début du XXIè siècle avec l'avènement du capitalisme dans la région.

En Indonésie, par exemple, la poussée a commencé il y a dix ans avec l'arrivée du crédit facile. L'achat d'une motocyclette (environ 1 000 dollars) s'est alors retrouvée à la portée de tout citoyen actif. Il suffisait alors d'avancer une petite somme d'argent et de payer ensuite un peu tous les mois. Aujourd'hui, on compte plus de 60 millions de motocyclettes en Indonésie contre 8 millions de voitures, soit une toutes les cinq personnes. "La moto est devenue par la force des choses le moyen de transport alternatif des citadins, alors que les rues de Jakarta ne sont pas aménagées pour les deux-roues", écrivait déjà Courrier International en 2010, dans un article faisant état des embouteillages monstres de la capitale indonésienne.

Le Cambodge a expérimenté une croissance similaire. En 1990, on comptait 43 000 motos contre plus de 2 millions à l'heure actuelle. Le boom a commencé en 1993 suite aux premières élections libres décidées conformément aux accords de Paris du 23 octobre 1991. Ce scrutin a amorcé une nouvelle ère, celle de la concurrence des marchés et de la consommation à outrance. Au cours de la dernière décennie, le nombre de motocyclettes a augmenté d'environ 20% par an et le nombre de morts liées aux accidents de la route a plus que doublé, selon les chiffres de la sécurité routière cambodgienne.  

En Thaïlande, on compte aujourd'hui deux motos pour une voiture, en Birmanie et en Indonésie 7 ou 8 motos pour une voiture et au Vietnam 57 motos pour une voiture.

Ci-dessous une vidéo du trafic à Hanoï, au Vietnam.

Au-delà de la liberté et de l'assouplissement des mœurs (possibilités pour les jeunes d'aller flirter loin des yeux réprobateurs de leurs parents, développement des courses clandestines nocturnes, cascades...), la motorisation de masse de l'Asie du Sud-Est a également changé la donne politiquement parlant.

L'exemple le plus significatif en la matière demeure sans doute la révolte des Chemises rouges qui a eu lieu en Thaïlande en 2010. "Au cours du printemps 2010, alors que 300 000 membres du mouvement protestataire thaïlandais "les Chemises rouges" ont  ont occupé le quartier commercial de Bangkok, ils ont été aidés par des alliés inattendus : des dizaines de milliers de chauffeurs de taxi et de motos", a récemment écrit Richard Bernstein dans un article pour le New York Review Of Books. "Avec leur habilité à naviguer dans les rues bouchées, les motos ont réussi transporter les leaders des Chemises rouges à travers des zones barricadées du centre-ville. Ils ont transporté des messages, de l'argent et du matériel pour protester, cocktails Molotov inclus".

Mais pour l'heure, les motocyclettes posent plus de danger à leurs conducteurs qu'aux hommes politiques au pouvoir.  Selon le site Thaïlande.fr, en 2013, la Thaïlande était le troisième pays en Thaïlande, le plus dangereux pour conduire (derrière l'Érythrée et la Libye). Selon l'OMS, environ 26 000 personnes meurent sur les routes en Thaïlande tous les ans, les trois quart des victimes conduisaient des motos. En Grande-Bretagne, qui compte le même nombre d'habitants, le taux de mortalité par an est de moins de 2 000 !

Si quelqu'un meurt sur la route en Asie, les gens ont tendance à se dire que c'est la fatalité. Car si le port du casque parait une étape obligatoire pour la sécurité routière, les lois en la matière sont particulièrement laxistes et largement ignorées en Asie du Sud-Est. Au Cambodge, pour l'heure, l'amende pour absence de casque n'est que de 4 dollars. Une récente étude réalisée dans la province de Kompong Cham, au nord de Phnom Penh, a d'ailleurs révélé que seuls 24% des conducteurs portaient des casques dans la journée. Et une fois la nuit tombée, ce taux descend à 5%.

Car, la plupart des motocyclistes qui portent des casques ne le font que pour éviter de payer des pots de vin à la police. Par ailleurs, les casques qu'ils portent sont de si piètre qualité qu'ils seraient quasiment inutiles en cas d'accident. Au Vietnam, une récente étude montre 80% des casques portés par les motocyclistes ne remplissent pas les conditions minimales de sécurité.

Mais, alors que la sécurité routière est clairement un enjeu de taille en Asie, les gouvernements n'investissent pas dans les infrastructures. Selon le Journal du Cambodge, il y a eu 2 300 morts liées au sida au Cambodge en 2012 contre près de 2 000 morts sur la route. Pourtant, si les dépenses investies par le gouvernement contre le VIH se sont élevées à 58 millions de dollars, elles n'ont été que de 10 millions dans le domaine de la sécurité routière… 

 

                                                                                                                                                                                                                                         Raphaëlle de Tappie

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 05/02/2015 - 12:01
Deux roues motorisés
Sans doute les habitudes dans beaucoup de pays d'Asie causent-elles nombre de morts, mais que dire des risques insensés que prennent ici, à Paris trop de conducteurs, spécialement de petits scooters.