En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 31 min 7 sec
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 1 heure 41 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 3 heures 33 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 17 heures 51 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 19 heures 55 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 20 heures 52 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 22 heures 35 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 59 min 17 sec
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 1 heure 32 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 1 heure 52 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 2 heures 46 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 18 heures 38 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 20 heures 27 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 22 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 22 heures 49 min
© DR
Le Titanic ou l'élégance d'un naufrage
© DR
Le Titanic ou l'élégance d'un naufrage
Tombe à l'eau

"Les femmes et les enfants d'abord" ? Sauf que 150 naufrages nous enseignent que ceux qui survivent le plus sont…

Publié le 07 janvier 2015
L'expression consacrée lors des naufrages, et exprimant l'élan protecteur des hommes envers les femmes (et les entités plus faibles), ne trouve pas exactement d'écho dans la réalité...
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'expression consacrée lors des naufrages, et exprimant l'élan protecteur des hommes envers les femmes (et les entités plus faibles), ne trouve pas exactement d'écho dans la réalité...

Les bonnes valeurs se perdent. Ou bien elles n'ont jamais existé. Grace à Hollywood, chacun garde en tête le naufrage du mastodonte des mers, en 1912. Le Titanic et le destin tragique des aristocrates anglais qui voyageaient vers les Etats-Unis ont gravé à jamais la fameuse phrase "les femmes et les enfants d'abord" dans l'imaginaire collectif. Tel Leonardo Di Caprio, les hommes présents sur le navire ont fait don de leur vie pour sauver celles des épouses et des bambins en les installant sur les chaloupes trop peu nombreuses pour tous les passagers. Ce fait, une étude suédoise de 2012, menée par Mikael Elinder et Oscar Erixson de l'université d'Uppsala, ne le conteste pas.

"70% des femmes et des enfants ont été sauvé contre seulement 20% des hommes" précise l'étude, renvoyant cette pratique à une "règle maritime non écrite". Elle s'était d'ailleurs déjà vérifiée en 1852, lorsque le Birkenhead, un navire militaire britannique a sombré dans l'océan indien. Les valeureux soldats ont laissé leurs places aux femmes, passant au passage à la postérité grâce à  un poème élogieux de Rudyard Kipling.


Le Titanic

Cette "règle" sur les femmes et les enfants est apparu au temps des Lumières, raconte Slate. Auparavant, seul Dieu décidait du sort des humains alors chacun pouvait sauver sa vie comme il l'entendait. Au milieu 18ème siècle, la femme prend une autre dimension et devient la "protectrice de la famille".

Frédérique Leichter-Flack, professeure de littérature à Science Po décrypte cette pensée pour le magazine Raison Publique : "Affirmer qu’au cœur même de la catastrophe, il y a des règles de civilité, et consacrer ses derniers instants, en toute lucidité, à faire respecter ces règles, c’est transformer l’épouvante de la mort en acceptation d’un sacrifice qui peut alors entrer dans la légende - sur fond d’orchestre bien sûr, imaginaire ou avéré." Le romantisme victorien tourne à plein régime.

Car passé ces glorieux exploits… plus rien. Pire, sur les 18 navires coulés entre 1852 et 2011 et cités par l'étude, les deux exemples du Titanic et du Birkenhead sont les seuls où la mortalité des femmes est plus faible que celle des hommes. Ainsi, de façon générale, 37,4% des hommes naufragés ont survécu tandis que le score n'atteint que 26,7% pour les femmes.

Pour les enfants, il sombre à 15,3%. En revanche, que les marins se rassurent, 61,1% de l'équipage a été sauvé tout comme 43,8% des capitaines. Les drames récents comme celui du Costa Concordia ou celui du ferry coréen ont prouvé que les chefs de bord sont souvent les premiers dans les chaloupes, contredisant ainsi une autre "règle non écrite", celle du capitaine, dernier homme debout sur le ponton.


Le Northfleet

Et comme si cela ne suffisait pas, les témoignages au bord du Titanic ont montré que l'envoi des femmes et des enfants dans les canots étaient avant tout une erreur d'interprétation d'un ordre du capitaine par l'équipage. Dans le détail, les exemples de couardise sont ainsi bien plus nombreux que les actes de courage. En 1873, le NorthFleet finit sous l'eau. 83 hommes sont sauvés. Une seule femme et deux enfants vont survivre. Un passager du Pegasus, coulé en 1843, raconte dans son journal : "l'hôtesse a tenté de m'attraper par la main mais j'ai pu m'en extraire pour sauver ma propre vie."

Et quand le principe s'applique, c'est avant tout pour protéger des objets de valeurs que sont les femmes. Lors du naufrage du Evening Star en 1866, elles sont ainsi enfermées dans leur cabine sur ordre du capitaine. Comme on protégeait ses richesses, on imaginait sauver "les femmes et les enfants d'abord".

L'affirmation est tellement fausse que les premières activistes s'en sont emparées pour mieux la détourner. Comme le rappelle Lucy Delap, historienne à l'Université Sainte-Catherine de Cambridge, les féministes du 20ème siècle se sont opposées à ce mythe de l'homme chevaleresque. "Elles ont répondu au désastre du Titanic par un slogan mémorable : Vote pour les femmes, canots pour les hommes." Entre élégance surannée et réalité du moment, l'histoire a choisi son camp. Dans un bateau, mieux vaut être un homme et de préférence membre de l'équipage. Sinon, c'est chacun pour sa peau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires