En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

04.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

05.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

06.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 heure 32 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 2 heures 44 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 5 heures 18 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 10 heures 12 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 11 heures 5 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 1 jour 38 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 2 heures 5 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 4 heures 33 min
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 6 heures 22 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 8 heures 36 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 1 jour 14 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 jour 1 heure
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 1 jour 5 heures
© REUTERS/Adam Hunger
En Europe l'économie numérique croît sept fois plus vite que tout autre secteur.
© REUTERS/Adam Hunger
En Europe l'économie numérique croît sept fois plus vite que tout autre secteur.
Ça change la vie

La révolution numérique en euros sonnants et trébuchants : ce qu’on a gagné en pouvoir d’achat, ce qu’on a perdu par ailleurs

Publié le 09 janvier 2015
En Europe, l'économie numérique croît sept fois plus vite que tout autre secteur. En France, elle a permis aux internautes, qui représentent 83 % de la population, de réaliser des gains de pouvoir d'achat non négligeables. Cependant le pays reste quelque peu à la traîne.
Christian Saint-Etienne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Saint-Etienne est professeur titulaire de la Chaire d'économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers.Il a également été membre du Conseil d'Analyse économique de 2004 à juin 2012.Il est également l'auteur de La...
Voir la bio
Patrice Duchemin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sociologue de la consommation, enseignant au Celsa et à l'Iscom, rédacteur de l'Oeil LaSer:  www.oeil-laser.com
Voir la bio
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Gilles Babinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Babinet est Digital Champion. Il a co-fondé l'entreprise Captain Dash,entreprise chargée de développer son expertise sur l'analyse de "Big Data", et y est en charge de la stratégie, du marketing et de la communication. Il est l’auteur de ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Europe, l'économie numérique croît sept fois plus vite que tout autre secteur. En France, elle a permis aux internautes, qui représentent 83 % de la population, de réaliser des gains de pouvoir d'achat non négligeables. Cependant le pays reste quelque peu à la traîne.

L’usage d’Internet génère des surplus de valeur, nous rappelait en septembre 2014 un rapport du cabinet de conseil McKinsey, selon lequel des gains de pouvoir d’achat s’élevant en tout à 28 milliards d’euros sont réalisés chaque année par les internautes français. Dans le détail, 3 à 5 milliards d’euros sont ainsi économisés par les consommateurs qui s’adressent à des sites de vente en ligne, grâce aux montants inférieurs de ces derniers : des écarts de prix de 5 à 25 % ont par exemple été observés par le cabinet sur des biens de grande consommation. Il faut également prendre en compte l’effet déflationniste qu’internet exerce sur les prix hors ligne. Les plateformes d’échanges entre particuliers ne sont pas en reste, avec environ 4 milliards d’euros économisés par an par les internautes. D’après McKinsey, au total, les gains en pouvoir d’achat liés à internet en France s’élèvent à environ 20 euros par internaute et par mois. En plus des économies représentées par les sites de vente ou d’échange en ligne, on compte aussi celles générées à partir des services web gratuits (estimées par le cabinet à 7 milliards d’euros), du temps gagné (jusqu’à 6 milliards)  et de la variété de l’offre, qui permet de comparer les prix (jusqu’à 2 milliards).

Cependant certains gains d’usage sont encore difficiles à chiffrer, notamment l’accès à des services comme la recherche d’emploi (la moitié des internautes français considère qu’Internet accélère la recherche d’un travail) ou l’accès à la culture et à l’éducation. Un autre aspect positif, toujours selon McKinsey, est qu’une partie de ce surplus de valeur revient finalement vers les entreprises, car les gains de pouvoir d’achat générés par le numérique se retrouvent en circulation dans l’économie. Ce sont ainsi 7,7 milliards d’euros qui sont récupérés par les entreprises. Des somes importantes, donc, mais qu'il convient tout de même de relativiser par rapport au PIB français, qui s'élève à plus de 2000 milliards d'euros.

Cependant, si beaucoup de consommateurs profitent de l’économie numérique pour gagner en pouvoir d’achat, ils ne sont pas gagnants sur toute la ligne. Tour d’horizon de ce que l’économie numérique nous a apporté, mais aussi de ce qu’elle nous a coûté.

Ce que l'économie numérique nous a apporté

En termes de croissance et d'emplois

Christian Saint Etienne : Il faut savoir que le numérique représente un peu moins de 6% du PIB et qu'il croît trois fois plus vite que lui ces dernières années, cela a donc généré énormément d'emplois. Il peut y avoir des discussions infinies pour savoir si cela crée des emplois net ou pas. Mais dans tous les cas il n'y a pas de choix, ne pas accepter le numérique n'aurait pas de sens, c'est comme refuser l'électricité ou le moteur à explosion. Quand on a inventé l'électricité, on ne s'est pas arrêté sur le nombre d'emplois que cela allait supprimer chez les fabricants de chandelles. C'est une question de développement économique. Certains emplois se créent, d'autres disparaissent. Le numérique est un secteur de ce qu'on appelle "l'iconomie", c'est-à-dire la modification radicale du système économique par la troisième révolution industrielle, et notamment le numérique. La question clef est : la France est-elle en pointe dans cette 3ème révolution industrielle au niveau des produits et des services ? Rappelons-nous que pendant les 2000 ans précédant la 1ère révolution industrielle du XIXème siècle le niveau de vie a stagné et que depuis 1800 le PIB/habitant a été multiplié par 20 ! Evidemment dans ce type de phénomène certaines personnes voient leur activité disparaître, mais les nouvelles ont une productivité plus forte, ce qui permet l'augmentation du niveau de vie.

En termes d'habitudes sociales

Patrice Duchemin : J'ai presque envie de prendre le problème à l'envers. Je ne pense pas du tout que les nouvelles technologies se sont imposé dans notre vie, mais que ce sont nos vies qui ont exigé les nouvelles technologies, donc forcément elles nous ont facilité la vie. Le téléphone portable est apparu en France dans les années 90-95, période pendant laquelle, sociologiquement, on observait une généralisation des familles décomposées et recomposées avec des quotidiens beaucoup plus difficiles à gérer, le téléphone portable pouvait donc rendre service à ces personnes de plus en plus nombreuses. Il y a deux manières de voir les choses. Pour ce qui est de l'accès à l'information grâce à Internet, elle est plutôt bénéfique pour les citoyens car lorsque vous êtes jeune fille de 14 ans passionnée par le maquillage, vous allez trouver le blog ou la page FaceBook avec des filles comme vous. Si l'on a une passion, on trouvera des gens comme soi via les nouvelles technologies. C'est plutôt positif, pour se sentir moins seul déjà, et pour échanger, développer sa culture, voire une forme d'expertise. En revanche, et c'est le revers de la médaille, avant l'information était plus canalisée mais tout le monde avait accès à une information plus générale, avant on achetait un journal et on avait des informations de toute nature, pas seulement ce qui nous intéressait. Maintenant les gens ont la possibilité de choisir ce qui les intéresse, si leur niveau d'intérêt n'est pas très haut, ils ont quand même de l'information adaptée à leurs centres d'intérêts. Certains peuvent voir ça comme un appauvrissement général. Par ailleurs, grâce aux nouvelles technologies, notamment aux comparateurs de prix ou au e-commerce, la consommation est devenue une culture, ce qui n'était pas du tout accepté il n'y a pas si longtemps. La consommation a toujours été regardée d'un œil noir, car jugée légère, superficielle, et opposée à la culture, mais aujourd'hui elle s'érige en culture : on peut trouver des gens, hommes ou femmes, jeunes ou vieux, capables de nous parler deux heures d'un sac, d'une voiture, d'un parfum, comme on peut le lire dans certains titres de la presse féminine. On peut trouver ça très intéressant ou pathétique, mais tout cela converge dans le même sens : les consommateurs sont plus cultivés vis-à-vis de la consommation. Cela peut être vu comme une amélioration de qualité de vie car avant les gens étaient un peu benêts et pouvaient se faire avoir, faire des erreurs.

En termes de loisirs

Patrice Duchemin : Grâce au numérique, les gens ont accès à une offre pléthorique que ce soit en matière de disques ou de films, sans oublier les séries. Tout cela contribue à un élargissement de la curiosité. Quand on découvre une série, la plupart d'entre elles sont centrées sur une thématique, vous découvrez un univers, une culture, une région, un mode de fonctionnement politique. Tout cela favorise un élargissement des consciences, ça nous permet aussi de pénétrer un milieu, par exemple le succès des séries hospitalières, comme Dr. House, a permis aux patients de connaître des choses qu'ils ne savaient pas avant. C'est vrai qu'aujourd'hui nous sommes dans l'ère de l'accumulation. Ecoutez les gens discuter, vous les entendrez se questionner : "combien tu as de photos ? De morceaux ?" C'est une logique regrettable qui vient d'une sorte de compulsion, car c'est gratuit et immédiatement accessible. D'un autre côté, si l'on discute aujourd'hui avec des musiciens ou des DJs, ils aiment avoir des milliers de morceaux, ça leur donne des sources d'inspiration. Je ne sais s'il faut forcément avoir peu de choses pour être productif, certains en sont convaincus. En tout cas l'accumulation existe, mais elle ne prend pas de place, avant quand votre chambre était remplie de 33 tours vous ne pouviez pas en avoir 100.000, c'est aussi simple que ça.

Ce que l'économie numérique nous a coûté

En termes de croissance et d'emplois

Gilles Babinet : Personnellement, j'ai tendance à démontrer que le numérique est destructeur d'emplois. Et ça l'est de façon massive. De mémoire, il me semble que 43% des emplois américains seront supprimés à cause du numérique dans les 20 ans qui viennent. L'enjeu est de comprendre que cela amène à la fois productivité et croissance, mais aussi destruction d'emplois. Le problème est celui de la concentration de la richesse, c'est d'ailleurs autour de cette thèse que j'ai construit mon dernier livre. On évolue vers une innovation de rupture, celle-ci présente un avantage discriminant résumé par l'expression anglaise "winner takes it all" (le gagnant rafle tout). Par exemple, cela s'illustre par un réseau social hyper-dominant, un moteur de recherche hyper-dominant, etc. En France on a du mal à faire redémarrer la croissance parce qu'on ne connaît pas du tout cette économie digitale. Pour nous le moyen de la faire redémarrer, ce sont les grands travaux. Le problème c'est que si on lance une ligne de TGV, par exemple, en face il y a Blabla Car qui débarque. On se rend compte que les gens ne veulent pas faire Paris-Bordeaux en 2h mais voyager pour pas cher en rencontrant d'autres gens. Ce sont, je crois, des notions mal comprises en France, et l'on pourrait avoir des gains de productivité et de croissance importants si notre régulation était plus adaptée. Nous avons une régulation digne du XXème siècle à l'ère du numérique, et c'est ça qui entraînera d'importantes destructions d'emplois en France, pouvant se chiffrer en millions. Ce qui est important, c'est que deux choses se dégradent dans l'emploi : la quantité d'emplois disponibles, on le voit bien aux Etats-Unis qui sont 14% plus riches qu'il y a huit ans sans créer une heure d'emploi supplémentaire, mais aussi la qualité de l'emploi. Maintenant les gens sont en compétition avec les machines et effectuent des tâches pas encore effectuées par les machines tout en étant mal payés.

En termes d'habitudes

Christophe Benavent : Si l'on considère le secteur de la téléphonie mobile, 89% des plus de 12 ans possèdent un téléphone mobile, et pour 46% il s'agit d'un smartphone. Il est extrêmement difficile de se faire une idée de l'évolution des prix (matériel et services associés) mais disons que les produits de l'économie de l'innovation qui représentaient 1,3% de la consommation des ménages en 1960 en représentent désormais 4,2%. Autrement dit le coût relatif a été multiplié par plus de trois ! Cela va contre le sens commun qui peut avoir le sentiment d'une baisse d'autant plus forte que les technologies se sont améliorées, mais on doit aussi considérer les effets de contraintes matérielles et psychologiques. Le matériel, c'est que sans numéro de portable il est impossible de faire des opérations courantes de la vie quotidienne, comme par exemple faire un achat sur internet via un système de sécurité 3D, le psychologique, que les ados se sentent déconsidérés s'ils n'ont pas le smartphone de leurs copains ! On comprendra aussi que les normes ont changées : alors qu'on considérait qu'un appareil de communication était suffisant pour le foyer jusqu'au début des années 90, la norme est désormais un appareil par personne au moins. Quant à l'effet sur la qualité de vie, c'est extrêmement difficile de l'évaluer. Dans l'immédiat, et pour chaque nouvel utilisateur, il y a certainement un aspect très positif, à long terme et pour l'ensemble de la population, cela génère des contraintes et des coûts qui peuvent déborder les avantages. Ce n'est pas pour rien qu'un mouvement marginal  de "déconnectés" émerge

En termes de divertissement et de loisirs

Christophe Benavent : Le volume de consommation dans ce domaine représente 25 milliards d'euros pour l'INSEE (livres, journaux, cinéma, musique etc.). Un volume en croissance presque linéaire depuis les années 80, mais ralentissant et stagnant depuis 2004. En élargissant la définition aux dépenses culturelles et de loisirs dans leur globalité, la part de la dépense est de l'ordre de 7% du budget des ménages pour les 20% les plus pauvres, et de 11% pour les 20% les plus riches. Le niveau de consommation reste donc constant et inégal selon la richesse, mais il masque naturellement des déplacements importants : la dématérialisation et la tertiarisation ont pris le dessus. Ainsi quand le marché du disque pesait 420 millions d'euros en 2004, il ne représentait plus que 200 millions en 2014. Les revenus du streaming viennent de dépasser ceux du téléchargement qui représentent chacun de l'ordre de 30 millions. Au-delà des données pures, est-ce que cela augmente notre qualité de vie ? Oui pour la disponibilité, oui pour la commodité, peut-être moins pour la qualité intrinsèque du son, et de sérieuses questions qui se posent quant à la réalité de la largeur de l'offre. Les plateformes de streaming ne sont pas des bibliothèques et le discophile sera déçu de ne pas y trouver les disques rares et anciens et l'absence de domaines culturels entiers : la richesse de la musique orientale, les trésors de l'afro-beat, etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires