En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 34 min 36 sec
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 4 heures 51 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 14 heures 15 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 15 heures 30 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 19 heures 55 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 22 heures 5 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 2 heures 18 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 5 heures 16 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 14 heures 49 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 19 heures 45 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 21 heures 24 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 1 jour 11 min
© Reuters
© Reuters
Unions éphémères

Fin des fêtes, et voilà la saison des thérapies conjugales

Publié le 05 janvier 2015
En Angleterre, les appels à un conseiller conjugal augmentent de 50% après les fêtes de fin d’année. Les couples profitent des bonnes résolutions du mois de janvier pour changer leur manière de vivre, même s'il est souvent déjà trop tard...
Sabrina Philippe est psychologue-conseillère chez e-Darling, spécialiste des relations amoureuses.Elle est l'auteur du livre "Amour toujours : toutes les clés pour réussir votre recontre sur internet", aux éditions Solar.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sabrina Philippe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sabrina Philippe est psychologue-conseillère chez e-Darling, spécialiste des relations amoureuses.Elle est l'auteur du livre "Amour toujours : toutes les clés pour réussir votre recontre sur internet", aux éditions Solar.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Angleterre, les appels à un conseiller conjugal augmentent de 50% après les fêtes de fin d’année. Les couples profitent des bonnes résolutions du mois de janvier pour changer leur manière de vivre, même s'il est souvent déjà trop tard...

Atlantico : Noël et le Nouvel An accroisseraient la pression sur les relations du couple, notamment à cause des dépenses qu'ils engendrent. La vie paisible des couples serait donc durement éprouvée durant les fêtes de fin d'année. Le mois de janvier serait alors privilégié pour faire une thérapie. Pour quelles raisons, cette période est-elle un temps de réflexion plus propice aux conseils conjugaux que le restant de l’année ?

Sabrina Philippe : De manière générale, la problématique de l’argent est très présente dans beaucoup de conflits dans le couple. Elle révèle le dysfonctionnement de la cellule : que fait-on de l’argent gagné ? Comment le dépense-t-on ? Quels sont nos projets communs ? Les couples qui connaissent des problèmes liés à la manière de dépenser leur argent connaissent aussi des problèmes de sexualité dans le couple. L'un et l'autre sont souvent liés.

Toutes les problématiques d’un couple s’illustrent à Noël et durant le jour de l’an qui sont des événements révélant les conflits familiaux. Le nouvel an est particulier puisqu’il est un passage symbolique durant lequel on formule de nouvelles résolutions. On se dit qu’on ne souhaite pas passer la même année que la précédente et on se souhaite secrètement qu’elle soit meilleure. Lorsque l’on est en souffrance dans un couple, un partenaire peut se dire qu’il refuse la fatalité, qu’il refuse de recommencer une nouvelle année bancale pour son couple.

Mais le mois de janvier est aussi une période fructueuse pour les sites de rencontre qui connaissent un pic d’inscription. C’est pour cela que les campagnes publicitaires sont plus présentes durant ce début de l’année. Célibataire comme en couple, on ne souhaite pas refaire les mêmes erreurs que par le passé. Un célibataire se dira qu’il ne souhaite pas passer l’année à nouveau seul.

La rentrée de septembre est aussi riche en demandes de consultations. Avec le mois de janvier, ce sont les deux périodes privilégiées. Mais il est plus compliqué de commencer une thérapie de couple à la rentrée scolaire quand les couples ont des enfants et que le temps tout comme le budget sont dédiés à la scolarisation des enfants. C’est pour cela que la rentrée de janvier est privilégiée.

Pour quelles raisons les couples font-ils appel à des conseilleurs conjugaux ou un thérapeute de couple ?

Bien souvent, c’est parce qu’ils arrivent à un point de rupture, et malheureusement les prises en charge du couple interviennent trop tard. Ils arrivent en thérapie de couple alors qu’ils ont déjà atteint un point de non-retour.

Ils consultent un thérapeute de couple pour apprendre à mieux communiquer entre eux, à trouver des solutions. Leur couple connaît beaucoup de dysfonctionnements qui peuvent exploser lors de disputes ou être passés sous silence et dans l’indifférence.

Pour qu’elle soit efficace, la thérapie de couple doit être voulue par les deux. Bien souvent, l’un des partenaires est plus enclin à vouloir améliorer la situation, d’où la difficulté de la prise en charge globale du couple, qui arrive trop tard. Certains couples, sans qu’ils le sachent, viennent pour "bien" se séparer, mais pas pour rester ensembles, car certaines blessures ne peuvent pas à être réparées.  


Les couples anglais ont pour modèle de réussite les couples stars du "Hollywood idéal". En France, avons-nous un modèle parfait du couple auquel nous souhaitons ressembler ?

Nous sommes tous conditionnés par les idéaux hollywoodiens des couples mythiques, véhiculés eux-mêmes par les magazines, la télévision etc. Les magazines notamment nous indiquent comment avoir des rapports sexuels nombreux et performants en permanence. Ils vendent une idée de la sexualité et d’un couple qui serait glamour en permanence, ce qui n’est pas le cas tous les jours. Il y a un donc un décalage entre cette image idéalisée qu’on nous vend et que l’on voit, et la réalité de chacun.

La problématique de ce décalage c’est que les couples ont constamment l’impression de vivre leur vie a minima. Pour y remédier, je leur conseille de se connaître eux-mêmes et ne pas se reposer sur des modèles mythiques. D’autant plus qu’il est très difficile de définir un couple modèle : certains ont besoin de proximité, de fusion, quand d’autres ont un fort besoin de liberté…

Par ailleurs, nous ne nous reposons plus sur le modèle des aïeux, mariés depuis plus de cinquante ans. On a du mal à s’approprier ce modèle car les vies sont désormais extrêmement différentes. A l’époque, les couples restaient mariés pendant cinquante ans car ils vivaient dans le même lieu, ils avaient le même travail toute leur vie, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Selon l'Office for National Statistics (ONS), le nombre de divorces en Angleterre et au Pays de Galles a augmenté de 0,5% entre 2011 et 2012. Le nombre de divorces en 2012 était le plus élevé chez les hommes et les femmes âgés de 40 à 44 ans. Pour ceux qui se sont marié en 1972, 22% des mariages se sont terminés par un divorce avant leur 15e anniversaire de mariage, alors que pour ceux qui se sont mariés en 1997, près d'un tiers se sont terminés aujourd’hui. Quelles sont les raisons d’un divorce ?

Aujourd’hui à Paris, deux mariages sur trois finissent par un divorce. Il y a quelques années, le taux était d’un mariage sur deux. Même évolution en province, auparavant un mariage sur trois se soldait par un divorce, quand il est de deux mariages sur trois actuellement.

Il est très récent qu’il soit question d’amour dans le mariage. Pendant très longtemps, les couples ne se mariaient pas par amour mais pour des questions d’argent, soit parce qu’ils en avaient beaucoup et qu’ils souhaitaient pérenniser leur capital familial pour faire fortune, soit parce qu'ils n'en avaient pas assez et qu’il faut être au moins deux, pour vivre confortablement, surtout quand on a des enfants. On a vécu comme cela à toutes les époques, et la question de l’union n’a jamais été celle de l’amour. Là-dessus est venu se greffer la religion.

Depuis la révolution de 1968, les couples se marient par amour. Mais qu’est-ce que l’amour ? Est-ce un sentiment fluctuant ? L’état amoureux dure mais ensuite… De nombreux couples viennent en thérapie en déclarant qu’ils ne s’aiment plus, comme si la fin de leur relation s’arrêtait au moment où s’essoufflent les premières passions.

Aujourd’hui, la religion ne joue plus un rôle principal dans notre société et l’argent n’est plus un motif suffisant pour rester en couple. Il ne reste plus que l’amour. On s’aime ou ne s’aime plus, c’est le nouveau socle des couples. Or l’amour est un sentiment fluctuant.

A cela s’ajoute une crise du modèle de notre société. Les couples se séparent moins car ils n’ont plus les moyens de vivre seuls. Même si certains décident de ne plus être ensembles, ils partagent toujours le même appartement car ils n’ont pas les moyens financiers suffisants pour se reloger. C’est une nouvelle tendance.  

Propos reccueillis par Sarah Pinard

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 05/01/2015 - 15:32
Bizarre
de trouver des conseillères patentées en amour! De quoi parlez vous au juste, d'amour ou de sexualité, ou peut-être des deux? Et vous êtes de bons conseils dans tous ces domaines. Les femmes se disent très fortes, alors qu'elles n'aiment pas ces sujets, bizarre non?