En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 8 min 32 sec
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 35 min 29 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 58 min 24 sec
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 12 heures 56 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 14 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 16 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 17 heures 54 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 19 heures 5 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 19 heures 56 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 22 heures 5 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 23 min 20 sec
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 48 min 9 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 59 min 25 sec
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 16 heures 29 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 17 heures 22 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 18 heures 22 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 20 heures 55 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 22 heures 21 min
Bonnes feuilles

L'histoire de Paris par un gastronome, première halte : le quartier Vendôme

Publié le 01 janvier 2015
Dans un esprit littéraire et flâneur, Jean-Claude Ribaut nous raconte mille et une anecdotes savoureuses ; avec humour et délicatesse, l’auteur nous plonge ainsi dans son histoire d’un Paris méconnu, pleine de récits de dîners inoubliables et de rencontres gourmandes. Extrait de "Voyage d'un gourmet à Paris", publié aux éditions Calmann-Lévy, de Jean-Claude Ribaut.
Jean-Claude Ribaut a tenu pendant plus de vingt ans la chronique gastronomique du Monde.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Rigaut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Ribaut a tenu pendant plus de vingt ans la chronique gastronomique du Monde.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un esprit littéraire et flâneur, Jean-Claude Ribaut nous raconte mille et une anecdotes savoureuses ; avec humour et délicatesse, l’auteur nous plonge ainsi dans son histoire d’un Paris méconnu, pleine de récits de dîners inoubliables et de rencontres gourmandes. Extrait de "Voyage d'un gourmet à Paris", publié aux éditions Calmann-Lévy, de Jean-Claude Ribaut.

À l’ombre de la colonne Vendôme Quartier Vendôme toujours, l’Hôtel Meurice, amé- nagé le long de la rue de Rivoli, brille de tous ses feux qui, aujourd’hui, font oublier l’origine modeste et pro- vinciale de son créateur. Augustin Meurice était maître de poste à Calais lorsqu’il eut l’idée de faire visiter Paris aux Anglais après la chute de Napoléon en 1815. Le voyage dure trente-six heures jusqu’à l’hôtel, qu’il amé- nage d’abord à l’emplacement de l’ancien couvent des Feuillants. L’établissement est déplacé en 1835 après l’achèvement de la rue de Rivoli, sur laquelle il occupe dix arcades jusqu’à la rue du Mont-Thabor. Il devient alors l’un des premiers hôtels de luxe à Paris, avec des salles de réception dans un décor Louis XVI et une salle à man- ger aux allures de petit Versailles aménagée dans le salon des Tuileries, auquel Philippe Starck a ajouté une touche baroque. On sait avec Chamfort que « ceux qui ont plus de dîners que d’appétit, c’est le petit nombre ; et ceux qui ont plus d’appétit que de dîners, c’est le grand » ! Est-ce un trait de mœurs particulier à Paris ? La fête parisienne au XIXe Merveilleuses du Directoire jusqu’aux dandys anglomanes du second Empire, est décrite magistralement par Charles Baudelaire dans Le Peintre de la vie moderne. Offenbach force le trait quelques années plus tard dans La Vie parisienne, en 1866 : « Portez la lettre à Métella ! rugit le Brésilien de comédie, je veux m’en fourrer jusque-là ! » l’hôtellerie, prend la direction du Meurice. Entre 1920 et 1940, l’hôtel est fréquenté par la haute société. « Rois et reines du monde entier n’attendaient que le signal de la réouverture du Meurice pour inscrire la rue de Rivoli au nombre de leurs résidences », écrit Léon-Paul Fargue dans Le Piéton de Paris. Florence Gould y organise un déjeuner littéraire hebdomadaire et reçoit Marcel Jouhandeau, Paul Morand et Paul Léautaud. Faute d’envahir l’Angleterre, les Allemands y installent leur état-major entre 1940 et 1945. Puis Salvador Dalí, dans les années 1970 et jusqu’à sa mort en 1989, réside un mois par an dans une suite au deuxième étage de l’hôtel.

Nommé à la tête de la brigade en 1990, Maurice Marchand, natif du pays de Colette, la Puisaye, renoue avec la tradition gourmande d’une cuisine à la fois simple et sophistiquée. La relève sonne en 2003 avec l’arrivée de Yannick Alléno, qui avait alors 35 ans, jusque-là chef du restaurant Les Muses à l’Hôtel Scribe. Il connaît la maison car il fut chef saucier auprès de Maurice Marchand. Mais c’est avec Louis Grondard, chez Drouant, que Yannick Alléno a appris pendant cinq années l’essentiel de son métier : « L’après-midi, à la pause, il prenait son tablier bleu et nous livrait son savoir-faire. » tourteau parfumées aux agrumes, homard bleu au vin de château-chalon, filet de rouget à la crème de sardine, ainsi qu’une prodigieuse poularde de Bresse farcie au foie gras ou bien une épaule de cochon de lait confite aux épices. Loin des excès de la scène culinaire, où s’affrontaient défenseurs du terroir et partisans des épices, les délices du goût et du palais reprenaient le dessus. Michelin accorde à Yannick un deuxième macaron en 2004, et le troisième en 2007, l’année de ses quarante ans. et quelques coups d’éclat, tel ce pot-au-feu mirobolant, exercice classique depuis la parution de l’ouvrage de Marcel Rouff en 1924, La Vie et la Passion de Dodin- Bouffant, gourmet. Chaque génération de cuisinier s’applique à réinterpréter, à sa manière, ce pot-au-feu en quatre épisodes car la recette, suggérée de façon littéraire et poétique par l’auteur, n’est pas détaillée. Ceux de Raymond Oliver et de Jacques Manière sont restés dans les mémoires des personnes qui les ont dégustés. Celui de Yannick Alléno évite tout poncif et mérite d’être gravé dans nos mémoires gustatives. Le premier service est un puissant judru mariné au marc de Bourgogne, accompa- gné de pommes de terre au beurre de truffe. Le judru est un gros saucisson de ménage, fabriqué dans toute la Bourgogne à l’automne, qui doit sécher plusieurs mois. Le pouilly-fuissé lui confère un premier quartier de noblesse. Vient ensuite un morceau de poitrine de porc gratiné d’une fine purée soubise. La douceur de la soubise – sauce à base d’oignon – est rehaussée d’un trait de mou- tarde dijonnaise. L’on reste donc en Bourgogne, avec, de surcroît, un fort honnête marsannay. Léger détour vers la Bresse avec le troisième service, composé d’un suprême de volaille à la façon de Lucien Tendret, où l’escalope de foie gras de canard est glissée (« contisée », dit-on en langage culinaire) entre la chair et la peau, ce qui appelle la délicatesse d’un volnay. Le dernier service est un pavé de filet de bœuf cuit à la ficelle, piqué à la moelle, et servi avec un musigny, une bouquetière de légumes et une tar- tine relevée au raifort. Cette version à la fois légère et sophistiquée signifie que Yannick Alléno a fait sien le point de vue du grand coutu- rier Yves Saint Laurent parlant de la robe Mondrian qui le rendit célèbre : « Toute création n’est qu’une recréation, une façon nouvelle de voir les mêmes choses, de les expri- mer différemment, de les préciser, d’en exalter un angle jusque-là inaperçu ou d’en accuser les contours. » Yannick Alléno a quitté le Meurice le 31 janvier 2013, laissant la place, six mois plus tard, à Alain Ducasse et sa brigade du Plaza Athénée, fermé pour des travaux d’envergure.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
gastronomie, Paris, histoire
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires