En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le transmédia : quand la fiction s’invite dans votre lit

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 7 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 10 heures 53 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 16 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 13 heures 32 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 7 heures 29 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 8 heures 51 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 10 heures 57 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 11 heures 32 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 17 min
© Reuters
L'acteur Shia LaBeouf a déclaré dans une interview avoir été violé par une femme.
© Reuters
L'acteur Shia LaBeouf a déclaré dans une interview avoir été violé par une femme.
Tabou

Shia LaBeouf affirme avoir été violé par une femme : au-delà de son cas, oui forcer les garçons, ça arrive...

Publié le 05 décembre 2014
L'ancien acteur vedette d'Hollywood dévoile une sordide histoire qui aurait eu lieu le jour de la Saint-Valentin. Lors d'un échange avec une journaliste du magazine Dazed and Confused, il a affirmé avoir été violé par une femme. Sa participation à une expérience "#iamsorry", lors de laquelle il se présentait avec un sac sur la tête et demandait à être insulté ou fouetté, aurait mal tourné.
Ghislaine Paris est médecin sexologue. Elle est notamment l'auteur de Un désir si fragile (Quotidien malin, 2014) ou encore Faire l'amour pour éviter la guerre dans le couple avec Bernadette Costa-Prades (Albin Michel, 2010)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boueilh est un ancien rugbyman. Il est le fondateur de "Colosse aux pieds d'argile", une association dont le but est de libérer la parole des victimes d'infractions sexuelles. Patrick Blachère est sexologue, psychologue et expert en criminologie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Paris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Paris est médecin sexologue. Elle est notamment l'auteur de Un désir si fragile (Quotidien malin, 2014) ou encore Faire l'amour pour éviter la guerre dans le couple avec Bernadette Costa-Prades (Albin Michel, 2010)
Voir la bio
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boueilh est un ancien rugbyman. Il est le fondateur de "Colosse aux pieds d'argile", une association dont le but est de libérer la parole des victimes d'infractions sexuelles. Patrick Blachère est sexologue, psychologue et expert en criminologie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien acteur vedette d'Hollywood dévoile une sordide histoire qui aurait eu lieu le jour de la Saint-Valentin. Lors d'un échange avec une journaliste du magazine Dazed and Confused, il a affirmé avoir été violé par une femme. Sa participation à une expérience "#iamsorry", lors de laquelle il se présentait avec un sac sur la tête et demandait à être insulté ou fouetté, aurait mal tourné.

Atlantico : Au-delà du cas spécifique ici relaté, la situation d'agression physique sexuelle d'un homme par une femme est-elle plausible ? Cela se produit-il plus souvent qu'on le sait ou croit ?

/*-->*/ Ghislaine Paris : C'est tout à fait vraisemblable et véridique ! Il n'y a d'ailleurs pas de raison qui s'y opposent. Les femmes comme les hommes ont des problématiques par rapport à la gestion de leurs pulsions sexuelles. Des femmes border line, perverses, cela existe comme les hommes.

Jusqu'à maintenant, il y avait une barrière culturelle énorme, presqu'invisible, qui les empêchait sans doutes les femmes de trop passer à l'acte. Même si elles le faisaient vraisemblablement auparavant, elles le font d'autant plus aujourd'hui avec le changement social. Et peut-être qu'elles l'expriment plus facilement qu'avant aussi. Mais attention, il ne faut pas perdre de vue qu'il est culturellement difficilement admissible pour un homme de reconnaître avoir été vicitme d'une violence sexuelle de la part d'une femme. 

Sébastien Boueilh : Jusqu’ici personne n’en parlait tout simplement. Mais ce phénomène a en réalité toujours existé. Ceci dit, il y a peut-être un peu plus de pédophilie depuis l’arrivée d’Internet à cause des sites pédopornographiques. Selon l’Unicef, 750 000 prédateurs sexuels sont connectés dans le monde et agrémentent les quelques 4 millions de sites de la sorte de 200 nouvelles photos. Dans les histoires que j’ai pu écouter, toutes les agressions sur des hommes ont été commises par des hommes. On estime d’ailleurs à 1% les personnes attirées par les enfants, abstinents ou actifs. Et 5 à 10 % de ces personnes sont des femmes. Car on ne le sait pas forcément, mais oui, les femmes aussi peuvent être pédophiles. Par exemple, une des histoires qui m’a été rapportée est celle d’une enfant qui a été violée de sa naissance à l’âge de 4 ans par sa mère. Donc finalement, on n’est pas très éloigné du film Polisse, qui d’ailleurs est tiré d’histoires vraies.

Patrick Blachère :  Il faut distinguer les hommes victimes enfant et les hommes victimes adultes. Il n’y a aucune raison pour que les garçons ne soient pas autant victimes que les filles. Il faut savoir que les pédophiles peuvent être autant attirés par des enfants de sexe opposé que des enfants de même sexe. La plupart même sont statistiquement plus attirés par ces derniers. Une chose est sûre, on parle beaucoup moins des garçons victimes que des filles victimes, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’adolescents agressés par des femmes. Un rapport sexuel entre un adolescent et une femme va tout de suite être considéré comme une initiation sexuelle, alors qu’en fait il s’agit d’un acte de pédophilie. Ces adolescents sont finalement victimes de l’idée reçue que l’on a d’eux, à savoir l’obsession de la sexualité propre à leur âge. Un garçon de 13 ans qui a un rapport sexuel avec une femme de 35 ans sera moins choquant qu’une fille de 13 ans ayant un rapport sexuel avec un homme de 35. Et pourtant, c’est la même chose.

Il y a une sous-représentation de l’adolescent victime car on considère justement qu’il n’est pas victime. Et pour l’adulte, cette sous-représentation est encore plus importante. J’en veux pour preuve les violences conjugales. Il y a bien sûr les violences physiques mais aussi sexuelles, chose dont on ne parle pas. Une étude a été réalisée à ce sujet en 2008 qui révélait qu’un nombre non-négligeable des hommes interrogés avaient été victimes de viol par leurs femmes au moins une fois. Et pourtant, aucune plainte n’avait été déposée. Ce qui prouve l’existence d’un tabou à ce sujet.

Finalement, les hommes victimes n’en parlent pas car il y a un sentiment de honte, surtout si l’agresseur est une femme. Pour l’adulte, le sentiment de honte est pire encore, notamment lorsqu’il y a pénétration anale. Il faut dire à ces victimes qu’elles sont victimes et qu’elles ont le droit de porter plainte comme les femmes.

Ces violences sont-elles plus verbales, morales ou physiques ?

Ghislaine Paris : Du fait de la différence de force physique et de la représentation qu'ont les femmes de leur femmité, ou tout simplement du fait qu'elles ont longtemps été victimes des hommes, les violences verbales sont beaucoup plus fréquentes que les physiques. Et beaucoup plus faciles comme recours également. Les exemples au quoitidien ne manquent pas. Il n'empêche queles violences sexuelles ou physique ont quand même lieu.

Fierté, atteinte à la virilité... Est-ce en cela que les hommes ont du mal à en parler ?

Ghislaine Paris : Il est question d'atteinte au symbole de la virilité : la force, la puissance, la conquête et la prédation. Ainsi, il est compris d'une certaine manière que le violeur soit associé à l'image de l'homme. Alors qu'une femme prédatrice, violente, forte, dominante, c'est moins admis.

Si un homme se fait violer par une femme, cela signifie pour beaucoup d'entre eux (à tort évidemment) qu'ils sont faibles, incapables de se défendre, dominés par une femme. Ainsi, ils ont l'impression d'avouer la défaillance de leur virilité, à tort bien sûr. Autrement dit, ils ont l'impression de nier leur masculinité, le fait d'être des hommes.

Il est ainsi très difficile de produire des statistiques fiables. Mais il le faudrait pour lever le tabou, l'omerta qui règne dans ce domaine là.  

Sébastien Boueilh : C’est une question de fierté. Il est déjà très difficile pour une femme de parler d’un viol, alors pour un homme ça l’est d’autant plus. Généralement, les hommes n’arrivent pas à en parler car ils ont peur de se faire traiter d’homosexuel ; cela remet en cause leur hétérosexualité et aussi leur masculinité. Pour ma part, je n’osais pas en parler à cause de ça. Depuis que je suis passé sur TF1, M6, France 3 et L’Equipe 21, les hommes qui me contactent sont beaucoup plus nombreux. Et ce, grâce au fait que je sois un homme, rugbyman, que j’ai réussi à mettre ma fierté de côté et que j’ai pu révéler au grand public ce qui m’était arrivé. Mon témoignage a réussi à libérer leur parole. Ainsi, on est passé de 10 témoignages par mois à 150 par semaine. Nos publications étaient vues en général 3000 fois et aujourd’hui, notre audimat atteint les 35 000. Le reportage de TF1 a été partagé 300 fois. Finalement, on a couvert beaucoup de monde. J’ai donc créé un forum mensuel où je serai accompagné d’une psychologue-victimologue afin de répondre aux victimes.

Patrick Blachère : Les hommes sont peut-être moins souvent crus ou considérés comme victimes que les femmes. De plus, on attend d’un homme, même d'un garçon, qu’il sache se défendre. Ces tabous existent toujours dans notre société. Et la victime, qu’elle soit homme ou femme, a toujours tendance à se culpabiliser. Nous cliniciens, on retrouve cette culpabilité encore plus chez les victimes hommes. On associe en effet souvent à l’agression sexuelle d’un homme par un homme ou une femme par un homme un côté humiliant. Notamment dans l’acte d’une fellation imposée ou d’une sodomie. Parfois, on va même jusqu’à des pratiques sexuelles plus régressives, c’est-à-dire que l’agresseur va se mettre à uriner ou à déféquer sur sa victime. Ce type de pratique renforce la culpabilité et empêche réellement de parler. La grande difficulté qu’ont les garçons ou hommes à porter plainte, c’est qu’être victime de quelque chose signifie également ne pas avoir pu se défendre et donc être en quelque sorte responsable de ce qui est arrivé.

Ces hommes victimes de violences sexuelles souffrent-ils de séquelles particulières ?

Ghislaine Paris : On retrouve des séquelles à l'identique de celles des femmes : une sensation de dépersonnalisation, une atteinte énorme au niveau de leur vie sexuelle, de leur confiance, de leur image. Dans le cas des hommes, c'est aussi comme on le disait, l'atteinte à la virilité. Un de mes patients était victime de la perversion de sa compagne, plus verbale que physique.

Reste que cet homme est arrivé à remettre en question sa masculinité. Il souffrait d'un trouble au niveau de son identité sexuelle, se demandait s'il pourrait de nouveau rencontrer et aimer une femme, envisageant de se tourner de fait vers l'homosexualité, alors qu'il se définissait initialement comme hétérosexuel. 

Sébastien Boueilh : Chaque personne réagit à sa manière. Certaines tombent dans l’alcool, d’autres dans la drogue, d’autres dans le sexe. Dans le sexe, comme pour se réapproprier sa sexualité. Pour ma part, je consommais de la femme pour prouver que j’étais un homme. Le chemin de la sexualité se forme à partir de 10 ans. La plupart des victimes se font agresser à cette période-là et ne savent donc plus trop quel est le chemin à prendre. Une autre séquelle possible est l’argent. Certains gaspillent leur argent à tout va. Je me suis même fait interdire de casino.

D’autres encore s’autodétruisent, parfois, et malheureusement, jusqu’au suicide. Finalement, on n’a plus de limites dans ses réactions, on ne réfléchit plus vraiment, voire plus du tout. Concernant la confiance en soi, on n’en a plus. J’ai eu la chance d’avoir le rugby. Ça m’a permis d’avancer, de montrer que j’existe. J’ai réussi à m’en servir pour m’en sortir. Mais d’autres, au contraire, vont s’enfermer, devenir introverti. Quelle que soit la manière de réagir, les séquelles sont graves.

Patrick Blachère : Elles peuvent être à la fois physiques et psychiques. Chez les hommes, il s’agit essentiellement d’IST (Infections Sexuellement Transmissibles). Si acte de barbarie il y a, on peut également mentionner des lésions sphinctériennes et donc des incontinences anales, qu’on retrouve chez les garçons, mais aussi chez les filles lorsqu’il y a sodomie.

Il y a des dégâts psychiques principalement lorsqu’il n’y a pas reconnaissance du statut de victime et lorsqu’il n’y a pas d’accompagnement psychologique par la suite. Cet accompagnement est essentiel : il faut que la victime puisse se reconnaître comme telle et donc dépasser sa culpabilité. On note notamment comme séquelles le stress post-traumatique, c’est-à-dire la peur de se faire agresser, de se faire retrouver par son agresseur accompagné d’un repli sur soi et d’une hyper-émotivité. Certaines personnes développent également des troubles de la personnalité (instabilité, impulsivité, notamment dans le cadre de violences sexuelles intrafamiliales). En aigu, on peut également avoir à faire à des épisodes dissociatifs. Par exemple, un étudiant que j’ai rencontré il y a peu s’est fait violé par plusieurs camarades. Suite à cela, il s’est mis à errer dans les rues pendant plusieurs jours, complètement perdu.  

D’un point de vue sexuel, il y a évidemment des conséquences qui se traduisent soit par un trouble de l’identité sexuelle, c’est-à-dire que la personne va se chercher, soit par un blocage purement fonctionnel, c’est-à-dire des problèmes érectiles ou des troubles du désir.

Les femmes n'ont-elles pas aujourd'hui une attitude plus entreprenante ? Les hommes subissent-ils ainsi eux aussi une sorte de pression sociale au rapport sexuel ?

Patrick Blachère : Les femmes utilisant maintenant les réseaux sociaux pour communiquer, elles osent plus les échanges à caractère sexuel. Et notamment chez les adolescents, on assiste parfois à du harcèlement sexuel d’une adolescente à un adolescent, qui lui, en sort traumatisé.

Les hommes subissent bien sûr une pression sociale par rapport à cela. Un homme osera moins porter plainte contre son chef, qui le harcèle sexuellement, s’il s’agit d’une femme que d’un homme.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le transmédia : quand la fiction s’invite dans votre lit

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
chrisbord
- 01/12/2014 - 13:22
ZUT !
Et bien MOI, cela ne m'est JAMAIS arrivé ! Mais bon, je ne porte pas de cagoule.........Je crois que je vais me diriger dans cette voie ! Euh non,! Je continue comme cela ! @ phegp, je n'avais pas vu cela sous cet angle .Enfin je dois être un doux naïf !
phegp
- 01/12/2014 - 10:27
Avec un sac sur la tête !
Et quoi dans le fondement ?