En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Derrière le drame de Sivens, l'absurdité technocratique française
Made in France
Derrière le drame de Sivens, l'absurdité technocratique française
Publié le 29 octobre 2014
Le barrage de Sivens illustre à lui seul les multiples naufrages de l'administration française et la gabegie que représente ce genre de projets pharaoniques basé sur des études mal ficelées.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le barrage de Sivens illustre à lui seul les multiples naufrages de l'administration française et la gabegie que représente ce genre de projets pharaoniques basé sur des études mal ficelées.

L’affaire du barrage de Sivens est volontiers présentée comme un conflit entre les "productivistes" et les "écologistes". Cette répartition commode, et qui place les partisans du barrage dans l’espace occupé par une grande majorité de Français, est en réalité tout à fait trompeuse.

Il suffit d’en juger par l’espèce de sympathie diffuse qui règne dans l’opinion pour les contestataires de ces projets (on retrouve le même réflexe pour la ferme des 1 000 vaches ou pour l’aéropot pharaonique de Notre-Dame-des-Landes) : manifestement, les Français sentent bien que ces sujets-là ne se limitent pas à une confrontation aveugle entre deux visions caricaturales du monde. Et de fait, le projet de barrage en lui-même est l’illustration de l’un des multiples naufrages français auquel nous assistons en ce moment : celui de la décentralisation.

>>>>> A lire également :

De Sivens à Notre-Dame-des-Landes, plongée au cœur de l’extrémisme vert, ses réseaux et ses méthodes

Mort de Rémi Fraisse : le gouvernement s’enferme de plus en plus dans un piège qu’il aurait pu éviter

 

Selon le rapport officiel commandé par Ségolène Royal, le barrage concentre plusieurs tares emblématiques de la décentralisation.

Première tare : il repose sur des études truquées ou mal ficelées. Son utilité est surestimée, son financement mal assuré et son impact sous-estimé pour tout ce qui touche à ses défauts, surestimé pour tout ce qui touche à ses avantages. Truquer les raisons d’une décision publique pour mieux la justifier, beaucoup de Français connaissent la musique.

​Deuxième tare : le barrage de Sivens est une absurdité économique. Officiellement, il devrait faciliter l’irrigation de 80 exploitations agricoles. En réalité, il bénéficiera probablement à une quarantaine d’entre elles, pour une dépense nette de 8,5 millions d’euros. Dans ce chiffre global, on ne compte évidemment pas les "externalités négatives" produites par le projet : le coût des forces de l’ordre nécessaires pour réprimer les manifestants, le coût de la pollution induite par les cultures industrialisées, y compris l’impact indirect du projet sur la santé publique, dégradée par les multiples produits chimiques utilisés par les agriculteurs intensifs. 8,5 millions pour 40 exploitations agricoles, c’est une subvention déguisée de plus de 200.000 euros par exploitation. Ce qu’on appelle de l’économie subventionnée ou je ne m’y connais pas.

 

 Troisième tare : il relève de la logique pharaonique à l’œuvre dans les collectivités locales. Le barrage de Sivens représente à lui seul 10% du budget d’investissement du conseil général du Tarn, 10è département français pour la dette publique (du Conseil Général) par habitant. Pourquoi investir autant pour favoriser une quarantaine d’exploitations agricoles ?

 

Tout ceci nous rappelle l’explosion des dépenses publiques dues aux politiques locales. Le naufrage de la décentralisation est tout entier contenu dans la tragédie de Sivens. Pendant que des millions sont dépensés au fin fond d’une campagne inconnue pour transformer un paysage naturel en réserve d’eau pour des exploitations peu rentables, des investissements publics indispensables à la croissance sont passés à la trappe.

On me pardonnera ici de mettre en tête de ces investissements le doublement du tunnel entre le Châtelet et la gare du Nord, qui ralentit considérablement l’activité économique des centaines de milliers d’entreprises et qui dégrade la capacité de millions de salariés.

Chaque jour, rappelons-le, près de 2 millions de voyageurs sont retardés par le sous-investissement franciliens, pendant que des millions sont dépensés pour construire des infrastructures peu utiles dans les collectivités rurales.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 29/10/2014 - 22:43
Enarque
Un énarque a subi un lavage de cerveau, il n'y a que là ou je vois un naufrage
gwirioné
- 29/10/2014 - 04:28
Parisien, tête de chien!
Parigot, tête de veau! C'est le charmant couplet qu'on chantait à la face des petits vacanciers venus de la capitale, avec leur beaux vêtements et leur arrogance copiée sur celle de leurs parents. Je constate, sans surprise, que l'auteur de cet article méprise la décision des ploucs du Tarn et encense un projet parisien... qui, lui, ne peut être que justifié.
vangog
- 28/10/2014 - 19:01
le FN n'a cessé de dire que les deux décentralisations
de la gauche et de la droite archaique avaient abouti à une accumulation du mille-feuille territorial et à des degrès d'incompétence inégalée...en voici une parfaite illustration qui montre que le partage des compétences entre l'échelon national et l'échelon local étaient relativement bien adaptées à la situation française, avant ces deux lois, mais que les deux lois de décentralisations ont totalement perturbé cet équilibre! Il faudra bien, un jour, faire le bilan de ces erreurs de l'UMPS, et avoir le courage de les réformer!