En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Flickr
Des chercheurs de l'université de Southampton ont découvert que les patients victimes d'arrêts cardiaques étaient toujours conscients quelques minutes après l'arrêt du cœur.
Les revenants

Expériences de mort imminente : la plus grosse étude jamais menée confirme que l’état de conscience continue après l’arrêt du cœur

Publié le 09 octobre 2014
Des chercheurs de l'université de Southampton ont découvert que les patients victimes d'arrêts cardiaques étaient toujours conscients quelques minutes après l'arrêt du cœur... prouvant ainsi qu'il y a une vie après la mort.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs de l'université de Southampton ont découvert que les patients victimes d'arrêts cardiaques étaient toujours conscients quelques minutes après l'arrêt du cœur... prouvant ainsi qu'il y a une vie après la mort.

"Le cœur ne repart pas. Heure de la mort : 17h34." Cette expression largement reprise dans les séries médicales pourrait en réalité être totalement erronée. Le phénomène d'expérience de mort imminente (EMI ou near-death experience), cette série de visions ou de sensations conséquences d'une mort clinique ou d'un coma avancé, intrigue depuis plus d'un siècle. Les symptômes sont déjà connus : la sensation de s'échapper de son corps, le sentiment de paix et de sérénité, la vision complète de sa vie ou encore l'apparition d'une lumière blanche.

La science est allée plus loin. Depuis six ans une équipe de chercheurs de l'université de Southampton (Royaume-Uni) étudie des patients en arrêt cardiaque pour analyser leur expérience de mort imminente. "Pour la plupart des gens, quand vous pensez à la mort, soit vous l'êtes, soit vous ne l'êtes pas, commente le docteur Sam Parnia, professeur adjoint à l'université de New York et à l'initiative des recherches sur la "ressuscitation" à Southampton. Mais nous, nous avons prouvé qu'il y a bien un moment de mort : il commence quand le cœur s'arrête et se poursuit un peu dans le temps". Selon les résultats de l'étude qui viennent d'être publiés, il y a bien une vie après la mort.

L'équipe de chercheurs a découvert qu'il y a un moment "d'éveil", de conscience, même après que le cœur ait cessé de battre. Les scientifiques ont pour cela étudié 2 060 cas d'arrêts cardiaques dans quinze hôpitaux du Royaume-Uni, d'Autriche et des Etats-Unis. Sur les 330 personnes qui ont survécu, 140 ont témoigné avoir eu des moments conscients avant d'être réanimés. Un sur cinq a déclaré avoir eu une sensation de paix, de plénitude. Certains assurent qu'ils ont vu une lumière et se sont sentis soit en lévitation soit comme au ralenti. D'autres se sont sentis plongés dans une eau profonde.

Mais ce qui a le plus surpris les chercheurs, c'est la durée de ce moment de conscience alors que le patient est déclaré en état de mort clinique. "Nous savons que le cerveau ne peut pas fonctionner quand le cœur s'arrête, explique le Dr Parnia. Mais avec cette étude, nous observons que les individus restent 'conscients' trois minutes après l'arrêt du cœur".

D'après cette étude, un rescapé de 57 ans a déclaré qu'il avait pu entendre le bruit des machines et les discussions de l'équipe médicale autour de lui au moment où son cœur s'est arrêté. Un témoignage qui confirme les recherches réalisées depuis des années : "En 25 ans de recherche, j'ai rencontré des dizaines de personnes qui ont été capables de me décrire précisément ce qui se passait autour d'elles à un moment où tous les chirurgiens, anesthésistes ou autres auraient juré qu'elles étaient inconscientes et incapables ni de percevoir ni de mémoriser", explique Jean-Pierre Jourdan, docteur en médecine spécialisé dans ce domaine.

"Les expériences suggèrent que des millions de personnes ont connu des phénomènes de mort imminente, mais la preuve scientifique est difficile à obtenir, concède le Dr Parnia. De nombreuses personnes ont supposé que ce n'étaient que de simples hallucinations – et pourtant les sensations étaient certainement bien réelles." Le scientifique surenchérit : "Une proportion plus importante de personnes a certainement connu une expérience de ce type mais elles ne peuvent s'en rappeler à cause des blessures cérébrales ou des effets des médicaments qui alternent la mémoire".

Cette dernière expérience de grande ampleur pourrait bien changer les études sur la "near-death experience". En 2013, la fameuse lumière blanche avait révélé son secret : des chercheurs de l'université du Michigan avaient attribué cette vision à un regain d'activité cérébrale quand la circulation sanguine cesse dans le cerveau. Les chercheurs avait analysé l'électro-encéphalogramme – qui enregistre les activités électriques du cerveau – de neuf rats anesthésiés, chez qui ils ont induit un arrêt cardiaque. Dans les 30 secondes, tous les rats ont connu une augmentation de leur activité cérébrale, qui s'est avérée être particulièrement organisée dans tout le cerveau et correspondant à un état d'éveil élevé.

Cette découverte avait pourtant été décriée, notamment par Jean-Pierre Jourdan, vice-président et directeur de la recherche médicale de l’IANDS-France (International Association for Near-Death Studies). Pour ce spécialiste, l'explication de l'apparition d'une lumière blanche ne pouvait être concluante, les expériences ayant été réalisées sur des rats. "On ne peut pas déduire ce qui peut se produire chez l’homme de ce qu’on a trouvé chez le rat", déclarait-il d'ailleurs à Atlantico en août 2013...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Les Français contre le burkini mais de moins en moins nu(e)s à la plage : la France devient-elle puritaine malgré elle ?

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

05.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

06.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

07.

Meurtre d’un policier à Toulouse : les raisons qui expliquent cette explosion des violences gratuites (et les moyens de l’endiguer)

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

04.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 11/10/2014 - 10:44
Il y a belle lurette que
les moines Tibétains le disent. Grâce à la méditation avant la mort, certain peuvent rester un mois intact avant de commencer à se décomposer, selon leur dires.
clclo
- 10/10/2014 - 16:01
voir
André Maurois le peseur d'âme 1931
mado83@free.fr
- 10/10/2014 - 12:14
suite
il était plus léger en.. milligrame. Cela prouverait que "l'âme" a un poids physique dans l'Univers.. c'est très troublant car cette "énergie" pourrait se fondre dans d'autres énergies et pourquoi pas une énergie universelle.