En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 5 heures 54 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 7 heures 2 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 10 heures 33 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 11 heures 13 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 12 heures 42 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 13 heures 8 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 13 heures 27 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 6 heures 42 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 10 heures 45 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 12 heures 10 sec
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 13 heures 2 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 13 heures 17 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 13 heures 38 min
© wikipédia
Abby, l'héroine excentrique de la série NCIS.
© wikipédia
Abby, l'héroine excentrique de la série NCIS.
Incroyable talent

Pourquoi les entreprises devraient recruter davantage de personnes qui détonnent

Publié le 30 septembre 2014
Si les personnes excentriques peuvent au premier abord sembler difficiles à manager, parce que considérées comme anticonformistes voire révolutionnaires, elles sont aussi source de créativité et de stimulation pour le reste de l’équipe.
Françoise Briel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Briel a créé le cabinet Quartz en 2002 après une carrière réalisée dans l’industrie et le conseil au sein de groupes à vocation internationale. Elle allie une expérience d’entrepreneur, de consultant et de coach.Spécialisée dans le recrutement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les personnes excentriques peuvent au premier abord sembler difficiles à manager, parce que considérées comme anticonformistes voire révolutionnaires, elles sont aussi source de créativité et de stimulation pour le reste de l’équipe.

Atlantico : Alors que les entreprises françaises sont souvent réticentes à recruter des personnes jugées excentriques, parce qu’elles ont un physique non conventionnel ou un comportement décalé, en quoi peut-on dire que les personnes excentriques sont pourtant utiles à une entreprise ? Quelles sont les qualités que peuvent apporter ce type de salariés à leur boîte ?

Françoise Briel : En tout premier lieu, tout dépend de l’entreprise concernée et du poste occupé.

Une banque ou une compagnie d’assurance n’aura aucun intérêt à recruter une personne au comportement ou à la tenue vestimentaire décalés susceptibles d’entacher son image de tradition, de choquer les clients ou de déclencher des questionnements quant au sérieux de son service. En revanche, une entreprise moins soumise au dictat des apparences, tournée vers l’innovation et la performance peut tirer de grands bénéfices en engageant ce type de profil. Même si ces personnes non conventionnelles, peu sensibles au politiquement correct, peuvent au premier abord sembler difficiles à manager parce que considérées comme anticonformistes voire révolutionnaires, elles sont aussi source de créativité  et de stimulation pour le reste de l’équipe. Leur capacité à regarder toute chose sous un angle nouveau, à privilégier le particularisme, force à sortir des sentiers battus. Si l’on sait respecter leur différence et les intégrer efficacement, elles élargissent le champ des possibles en bousculant des habitudes souvent soporifiques. Etre excentrique demande de l’audace et de l’imagination. Intégrées au sein d’une équipe qui sait comprendre et accepter leurs différences, elles viennent enrichir la cohésion de l’ensemble. L’excentrique sera pourvoyeur d’idées originales, de celles auxquelles dont on dit ensuite "pourquoi n’y avons-nous pas pensé plus tôt ?"…

En quoi peut-on dire qu’en voulant prouver que les personnes qui doutent de leur valeur ont tort, la motivation des personnes décalées n’en est que décuplée ? Dans quelle mesure ce genre de salariés peut aussi utilement secouer les équipes ?

Comme je l’ai dit précédemment, être excentrique demande de l’audace, du courage, de la détermination et… de l’optimisme. Dans une société ultra-normée, ces personnes assument leurs différences sans crainte du rejet d’autrui. Conscientes de leur singularité, leur regard se porte au-delà du miroir, au-delà du connu. Leurs priorités sont différentes, leur sens de la hiérarchie également. Le plus important est avant tout ce qu’elles créent, produisent, inventent, entreprennent. Elles bousculent en ce sens qu’elles changent l’échelle des valeurs, abattent des murs, créent des concepts novateurs et, parallèlement à cela disposent d’une faculté précieuse : celle d’éveiller chez les autres des richesses intérieures qu’ils ne perçoivent pas mais qui existent chez eux à l’état latent. Ces excentriques, s’ils peuvent inquiéter, ont aussi un effet d’émulation sur l’entourage qui se trouve entraîné à participer à une dynamique créative.

Alors qu’elles sont pourtant utiles, pourquoi les patrons et les recruteurs ne sont-ils pas encore prêts à recruter des personnes excentriques ? Les recruteurs sont-ils suffisamment sensibilisés pour réussir à repérer ces profils excentriques et les recruter ?

Parce que nous vivons dans une société frileuse et craintive. Certains patrons vous diront qu’ils souhaitent recruter un profil original mais, in fine, signent un contrat avec un candidat on ne peut plus dans la norme ! Aujourd’hui, la peur de se tromper l’emporte sur le risque, même mesuré, de faire un choix audacieux donc, peut-être une erreur.  Du coup les entreprises veulent être surprises avec… ce qu’elles attendent, c’est-à-dire, ce à quoi elles sont habituées. C’est dommage. Il faut savoir prendre des risques pour se démarquer et gagner. En tant que recruteur et quand bien sûr cela est pertinent, j’aime proposer ce genre de candidature dont je sais qu’elle peut avoir une réelle valeur ajoutée pour l’employeur. La meilleure façon pour moi de les repérer (en dehors de toute excentricité vestimentaire ou d’apparence physique en général) est de challenger la capacité à penser autrement, tester la créativité, la volonté d’apporter sa pierre à l’édifice tout en sachant que l’incompréhension est souvent au rendez-vous dans l’instant. Ces personnalités sont souvent brillantes, enthousiasmantes et tellement porteuses de cette énergie dont nous manquons cruellement.

Quelles sont toutefois les précautions à prendre avant d’embaucher un salarié décalé ? En quoi peut-on dire qu’un recruteur doit d’abord avoir analysé les forces et les faiblesses de son entreprise avant de recruter ce type de profil singulier ?

Comme je le disais au début de cet article, toutes les entreprises ne sont pas forcément destinées à recruter des profils décalés. Certaines plus que d’autres ont besoin de rester dans un traditionalisme de bon aloi, en tout cas pour l’instant. Ensuite, quel que soit le type de salarié à recruter, il est toujours indispensable d’analyser les forces et les faiblesses de l’entreprise qu’il intègrera.

Une personne ne peut se développer harmonieusement, et développer son équipe, que si elle évolue dans un environnement qui lui convient. Un recrutement peut s’assimiler à une greffe, si l’on veut qu’elle réussisse il faut que le greffon et le greffé soient compatibles… Dans le cas des profils atypiques, il convient de bien définir avec l’entreprise quelles sont ses priorités, ses objectifs, et ce qu’elle recherche vraiment en termes de valeur ajoutée à travers ce type de personne. Ensuite, il est nécessaire d’analyser la composition de l’équipe qui va accueillir ce nouvel élément  pour bien évaluer les risques inhérents à l’arrivée d’une personnalité forte et décalée. L’équipe est-elle prête ou non à vivre cette intégration ? Les changements induits seront-ils trop rapides, trop intenses, rompant du même coup l’équilibre ou bien cet apport, un peu perturbateur, est-il attendu pour redonner un nouveau souffle ? Le manager sera-t-il apte à gérer ce type de personnalité susceptible de semer la discorde et l’incompréhension ? A-t-il préparé ses collaborateurs en leur faisant prendre conscience que la diversité est source de performance ?

Plus généralement, dans quelle mesure peut-on dire que les modèles de recrutement basés sur d’anciens schémas ne fonctionnent désormais plus, ou moins bien qu’avant ? En quoi peut-on dire que les Etats-Unis ont pris une longueur d'avance à ce sujet, notamment au niveau du recrutement de personnes décalées ?

En recrutement comme ailleurs, force est de constater que les anciens schémas ne fonctionnent plus ou très mal parce que le monde a changé. Tout va désormais très vite dans tous les domaines, la prospective est privilégiée. Penser autrement, créer de nouveaux modèles, aller de l’avant avec force et courage, inventer ce qui n’existe pas encore. Autant d’obligations enthousiasmantes qui nécessitent de rechercher de nouveaux profils, de recruter des personnalités et non plus clônes. Bien sûr, c’est ambitieux et souvent difficile, mais les Etats-Unis l’ont bien compris. La Silicon Valley regorge de ces profils décalés, que nous qualifierions d’ingérables parce que notre système est beaucoup plus hiérarchisé. Les Américains sont plus attachés à l’innovation qu’aux apparences qu’elles soient vestimentaires ou comportementales, mais ne nous y trompons pas, ils sont d’une redoutable exigence. Simplement, ils la positionnent différemment sur l’échelle des valeurs. Les apparences ne sont pas forcément un gage de talent... 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires