En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 3 heures 3 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 5 heures 34 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 10 heures 7 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 3 heures 30 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 8 heures 56 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 9 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 10 heures 1 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 10 heures 7 min
© Flickr
Les chaînes de fast food axent de plus en plus leur communication sur le caractère "sain" de leurs produits.
© Flickr
Les chaînes de fast food axent de plus en plus leur communication sur le caractère "sain" de leurs produits.
Aie confiance...

La science perverse des menus enfants : comment on programme les bambins pour la junk food

Publié le 30 septembre 2014
Les chaînes de fast food axent de plus en plus leur communication sur le caractère "sain" de leurs produits et n'hésitent pas à insister plus que de raison sur les quelques morceaux de pomme ajoutés dans les menus enfants.
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chaînes de fast food axent de plus en plus leur communication sur le caractère "sain" de leurs produits et n'hésitent pas à insister plus que de raison sur les quelques morceaux de pomme ajoutés dans les menus enfants.

Atlantico : Selon plusieurs études menées aux Etats-Unis (voir ici) et en Grande-Bretagne (voir ici), le fait d'obliger une chaîne de fast food comme McDonald's à mettre en avant une nourriture plus saine dans les publicités à destination des enfants, ou encore la suppression des jeux dans les happy meals n'auraient aucun impact sur leur appétence pour le sucre et le gras. Dans quelle mesure le fait d'avoir déjà expérimenté le produit rend-il toute tentative de sensibilisation caduque de la part des pouvoirs publics ?

Catherine Grangeard : Fidéliser la clientèle est le B A BA de tous les commerçants. Ainsi donner des petits jeux, qui se déclinent en gammes entières est une excellente idée. Certains vont au restaurant pour bien manger d’autres pour enrichir sa collection de jeux, d’objets divers et variés… C’est super malin puisqu’en les voyant à la maison, le rappel est constant. C’est une publicité à demeure. Aller dans cet endroit devient un lieu de socialisation. Tout cela est malin au sens diabolique du terme comme à son sens d’une réelle intelligence commerciale. Puisque c’est aussi un lieu où l’on s’y nourrit, on s’habitue aux goûts des aliments qui s’y trouvent. Le marketing est plus développé que les cours de cuisine chez les salariés de cette chaîne multinationale. Les qualités qui sont trouvés par les clients ne sont pas tant de la qualité que celles d’horaires de service très larges, de rapidité, de coût et ces objets, adaptés aux divers âges, avec lesquels on repart. Vous parliez d’études… Comment sont-elles menées, auprès de combien de personnes, par qui, dans quelles conditions d’indépendance… Voilà des points à éclaircir pour considérer leurs résultats. Les biais sont souvent tellement nombreux qu’une autre étude vient annuler ce qui sortait de l’étude précédente. Ensuite, les études sont globalement décrédibilisées et le commerce continue… Pour ce qui est de l’impact des jeux ou des publicités… Mais enfin, si cela n’avait pas les résultats escomptés par l’entreprise, ce serait tout simplement supprimé ! Un peu de bon sens ne saurait nuire !

Lorsqu'une chaîne de fast food fait l'apologie d'une nourriture saine dans ses publicités – morceaux de pomme, poisson, eau, etc. – cela veut- il dire qu'en réalité elle ne mise pas du tout, en termes de profits, sur la vente de ces produits ? Peut-on dire que l'hypocrisie forme le coeur de la stratégie marketing de ce secteur ?

Sans hypocrisie, comment les marques vendant autre chose qu’une nourriture très équilibrée pourraient encore fonctionner et continuer à se développer ? De nos jours, si quelques morceaux de pomme sont ajoutés, ce n’est qu’au titre de caution diététique. C’est méprisant pour l’intelligence des clients ! Faire ces quelques pas en direction d’autre chose que les hamburgers, c’est de fait reconnaître que ce qui fait le cœur du métier n’est pas bon pour la santé des consommateurs. Quand ceux-ci vont- ils devenir des consom’acteurs, pourriez-vous me le dire ? Certains commencent et se détournent de ces habitudes de consommation. Mais le matraquage est tel que c’est un mouvement marginal. Faisons- nous bien comprendre, il ne s’agit pas de remplacer la peste par le choléra… Il ne s’agit pas de boycotter une de ces enseignes pour sa concurrente. Il est uniquement question de bien se nourrir et que des restaurateurs proposent des aliments sains à des prix corrects, dans une ambiance qui plaît à la clientèle… Tout ce que sait faire la brasserie française ! Tout ce qu’elle peut développer envers des familles qui viennent passer un moment dans ces chaînes de fast-food.

Par quels autres moyens les chaînes de fast food s'efforcent-elles de conditionner les enfants pour que ces derniers aiment la junk food ?

Il faut absolument s’inspirer de ce qui plaît à la clientèle en termes d’amplitude des horaires d’ouverture, de possibilité de se nourrir d’un menu qui donne la sensation de satiété, d’espace pour que les enfants jouent… La taille et l’organisation des salles permettent de trouver une convivialité qui convient à certains groupes. C’est un positionnement marketing qui pourrait ne pas être réservé à certaines enseignes… La composition des mets, le contenu des assiettes, tout est étudié en amont pour que les enfants réclament d’aller manger à tel endroit. En grandissant, ils continuent à aimer s’y retrouver. La madeleine de Proust s’est transformée en hamburger !

Avec quelles conséquences chez les enfants français ?

Nous savons que lorsqu’un fast food ouvre à proximité d’un établissement scolaire, les jeunes prennent du poids. Pour cette unique raison, 1 % d’obésité en plus dans cette population ! C’est énorme, pour cette seule cause, qu’1 % des adolescents voient leur poids augmenter de la sorte. Bien sûr, les autres grossissent aussi, sans pour autant voir leur IMC grimper autant. La modélisation d’un type de nourriture est grave car les habitudes se modifient par la fréquentation régulière de ces établissements. En dehors de mesurer par le poids la nocivité de rétrécir les choix d’aliments, c’est la santé globale qui pâtit d’une variété réduite des menus. Effectivement le nombre de possibilités différentes est plus que limité dans un fast food. C’est même pour cela que cela va vite…

Pour conclure, c’est essentiel de poser en amont la question, d’interdire des implantations, de favoriser d’autres possibilités de se nourrir, etc. Il n’y a pas que le comportement individuel qui soit à modifier, on doit le souligner.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Arbannais
- 01/10/2014 - 09:49
Je ne suis pas persuadé que
Je ne suis pas persuadé que le steak frites à la française, avec beaucoup de sauce à la crème, soit vraiment plus diététique, mais bon...