En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 6 heures 6 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 8 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 9 heures 59 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 16 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 37 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 31 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 34 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 13 heures 1 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 15 heures 37 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 37 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 33 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 29 min
© Reuters
L'Ecosse fait partie du Royaume-Uni depuis plus de trois siècles.
© Reuters
L'Ecosse fait partie du Royaume-Uni depuis plus de trois siècles.
Royaume-(dés)uni

L’esprit british pourrait-il survivre à une indépendance de l’Écosse ?

Publié le 18 septembre 2014
Liées depuis plus de trois siècles, les différentes parties du Royaume-Uni ont contribué ensemble à la conception d'une "identité britannique". Si l’Écosse devient indépendante, elle risque néanmoins de voler en éclats.
Anne-Marie Motard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Marie Motard est professeure d'études britanniques contemporaines à l'Université Paul-Valéry de Montpellier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Liées depuis plus de trois siècles, les différentes parties du Royaume-Uni ont contribué ensemble à la conception d'une "identité britannique". Si l’Écosse devient indépendante, elle risque néanmoins de voler en éclats.

Atlantico : L'Ecosse fait partie du Royaume-Uni depuis plus de trois siècles. Une possible indépendance de la partie nord de la Grande-Bretagne pourrait-elle donc changer "l'identité britannique" telle qu'elle s'est construite depuis 300 ans ? Quelles en seraient les manifestations visibles ?

Anne-Marie Motard : Les conséquences seraient multiples et sans doute grave, bien sûr au niveau constitutionnel économique et social, mais encore plus pour l'aspect identitaire. L'Ecosse représente une partie très importante du territoire et de la richesse britannique mais surtout de son identité. Depuis trois siècles les destins de l'Angleterre, de l'Ecosse et du Pays de Galles sont très liés. Depuis l'acte d'union en 1707, les élites écossaises ont participé de manière très active à l'entreprise impériale. L'Ecosse n'a pas rejoint l'Angleterre comme un peuple colonisé qui aurait été soumis à une force brute.

Il y eut également un rôle considérable des élites intellectuelles écossaises en Grande-Bretagne, notamment lors des Lumières, ou avec Adam Smith considéré comme le père du libéralisme économique. Les Ecossais ont aussi été très liés à la richesse du Royaume-Uni et à son industrialisation. Glasgow a été un port et un centre industriel très puissant au cours des XIXe et XXe siècle. IL y a donc une très forte interaction  entre les deux entités. La rupture ne peut donc pas être anodine et amènera à un déchirement identitaire, car cette Grande-Bretagne, comme on la conçoit, n'existera plus.

L'Ecosse a toujours gardé une certaine indépendance culturelle et des mythes rattachés à des héros "nationaux". Comment l'identité britannique avait-elle réussi à se constituer avec une Ecosse qui gardait pourtant de telles références ?

Il y a toujours eu depuis le XVIIIe siècle la volonté d'un renouveau pittoresque d'une identité écossaise avec l'exaltation d'un sentiment d'appartenance à ce pays. Mais justement, la force de l'identité britannique était d'être à la fois souple et plurielle, intégrant dans une démarche pragmatique les territoires. Elle était fondée sur des valeurs comme la démocratie, la liberté individuelle, mais aussi le respect de la différence et l'acceptation d'une société multiculturelle. C'était une force considérable, et cela l'est toujours. Tony Blair en 1997 avait même mis en place une politique de "devolution" pour donner immédiatement plus d'autonomie au Pays de Galles, à l'Irlande du Nord et à l'Ecosse. Il était donc accepté que le parlement écossais ait plus d'autonomie, ce qui est représentatif du pragmatisme britannique. Cette capacité d'adaptation et d'évolution est vraiment un atout. S'il y a éclatement de cette entité qu'est la Grande-Bretagne, tout cela sera remis en cause.

L'idée de l'indépendance de l'Ecosse a resurgi depuis une dizaine d'années, poussée par le Scottish National party. Pourquoi l'identité d'une "Ecosse indépendante" du Royaume-Uni s'est-elle imposée dans les esprits au point de représenter presque 50% du corps électoral ? Pourquoi les Ecossais ne se sentent plus "britanniques" ?

Il faut comprendre les évolutions des équilibres économiques qu'a connus le Royaume-Uni ces dernières années. Entre le sud de l'Angleterre, et les périphéries, les écarts se sont creusés. Même si le sentiment nationaliste est très ancien, la crise économique, la fermeture des chantiers navals, le déclin des industries lourdes, un certain questionnement par rapport au lien avec le centre s'est mis en place. Un sentiment de délaissement est apparu. Cette incompréhension a été accentué lors des années 80. La conjonction des problèmes économiques, la nouvelle politique insufflée par Margaret Thatcher, et la montée du chômage, a été un tournant pour les relations entre Londres et l'Ecosse.

La "devolution" mise en place par les travaillistes étaient utilisée pour freiner le nationalisme écossais. Finalement, c'est l'inverse qui s'est passé. Au lieu de calmer les ardeurs nationalistes, la "devolution" les a accentuées. Et le système de représentation britannique a accentué le décalage entre une Ecosse avec très peu de députés conservateurs (il n'y en avait même aucun à la fin des années 80), et le reste du Royaume-Uni, ce qui a rajouté à l'éloignement. Les nationalistes se sont en effet imposés comme les garants d'une société de l'Etat-providence alors que les travaillistes nt essayé de renouveler leur politique sociale ces dernières années.     

Le Pays de Galles a également sa propre culture, incluse pourtant dans l'identité britannique. Si l'Ecosse se sépare définitivement, les Gallois peuvent-ils, eux aussi, venir mettre un coup de grâce à l'identité britannique ?

Si l'Ecosse devient indépendante, les Gallois vont sans doute ramener leurs revendications nationalistes. Ils ont eux aussi leurs spécificités très fortes par rapport à l'Angleterre. Et justement, l'Angleterre elle-même va devoir se poser la question de ce que serait son identité "anglaise".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires