En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 31 min 57 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 12 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 35 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 50 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 52 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 6 heures 7 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 28 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 19 heures 13 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 51 min 33 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 24 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 4 heures 3 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 32 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 58 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 17 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 17 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 33 min
© Caputre d'écran / l'Express
Près de mille jeunes sont partis de France pour faire le djihad.
© Caputre d'écran / l'Express
Près de mille jeunes sont partis de France pour faire le djihad.
Djihad Psycho

Dans la tête d’un djihadiste : le monde vu par ceux qui ne se voient pas comme des terroristes mais comme des défenseurs de l’Islam contre le reste du monde

Publié le 19 septembre 2014
Près de mille jeunes sont partis de France pour faire le djihad. Des jeunes qui se trouvent dans une crise identitaire si profonde que la mission sacrée qu'ils se sont donnée a pour eux valeur de planche de salut et justifie tout, même les crimes les plus abominables.
Farhad Khosrokhavar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Farhad Khosrokhavar est directeur d’études à l’EHESS. Il était directeur du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS, EHESS‑CNRS) de mai 2015 à août 2016. Il est également directeur de l’Observatoire de la radicalisation à la Maison des...
Voir la bio
Romain Caillet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Caillet est chercheur et consultant sur les questions islamistes. Basé à Beyrouth, il est également doctorant associé à l'Institut français du Proche-Orient.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Près de mille jeunes sont partis de France pour faire le djihad. Des jeunes qui se trouvent dans une crise identitaire si profonde que la mission sacrée qu'ils se sont donnée a pour eux valeur de planche de salut et justifie tout, même les crimes les plus abominables.

Mourad Fares, "sergent-recruteur" du djihad et originaire de Thonon-les-Bains en Haute-Savoie, a été arrêté en août 2014 en Turquie et mis en examen le jeudi 11 septembre à Paris. En février dernier, il donnait une interview au magazine "Vice" où il détaillait, entre autres, ses motivations au djihad. Une plongée inédite dans le système des valeurs et la psychologie de ces jeunes occidentaux qui ont choisi de partir combattre au côté de leurs "frères".

Se pose inévitablement en premier lieu la question de l'identité de ces personnes avant qu’elles ne deviennent djihadistes. Des gens normaux, des frères, des amis ou des connaissances si l’on en croit les propos du journaliste à l’origine de l’interview, Johan Prud’homme, qui désigne son ancien camarade, avant qu’il ne s’engage, comme étant "très instruit", quelqu’un "très au fait de la religion musulmane" mais chez qui "nulle trace d’extrémisme" ne régnait. Un jeune homme somme toute comme les autres, qui buvait, fumait et sortait le soir en boîte de nuit.

Atlantico : Qui sont ces djihadistes, à l'origine? Quelles étaient à leur vie et leurs aspirations, et pourquoi ont-il décidé de partir en "croisande" ?

Farhad Khosrokhava : Il y a deux types de jeunes occidentaux non musulmans qui partent faire le djihad. Les premiers sont des jeunes qui habitent aux alentours de cités à majorité musulmane. Ils grandissent entourés d’amis musulmans et s’assimilent à eux, miment leur comportement : ils ne mangent pas de porc, ne boivent pas d’alcool et s’essayent au jeun du Ramadan. Pour se prouver à eux-mêmes qu’ils sont de vrais musulmans, ils ont tendance à faire de l’excès de zèle et à se radicaliser bien plus que les autres.

La deuxième catégorie concerne plus les gens appartenant aux classes moyennes. Ils ne sont pas radicalisés par les cités mais par l’Internet. Actuellement l’islam est la seule idéologie militante qui demeure dans le monde. L’extrême gauche a presque disparu en Occident. Avant il y avait les décembristes, les communistes, les anarchistes… Désormais, même les trotskistes ne battent plus le pavé que pour des histoires de salaires ou de droits syndicaux.

L’extrémisme djihadiste permet donc de redonner un idéal de révolution, anti-impérialiste, à ces jeunes européens en perte d’identité. Le djihadisme leur donne une vision dichotomique, leur dit enfin quoi faire, ce qui est bien, ce qui est mal. Enfin, chez ces Occidentaux qui vont faire le djihad, il y a aussi une dimension humanitaire. Il ne s’agit pas de personnes qui veulent assouvir une folie meurtrière à la Merah ou à la Nemmouche, mais d'êtres humains qui veulent aller prêter main forte à leurs "frères" sur le terrain, des frères qu’ils sentent malmenés, maltraités.

Romain Caillet : Il est clair qu’il s’agit pour la plupart de jeunes qui n’ont pas forcément d’attaches familiales et professionnelles fortes. Rien ne les retient dans leur pays, et ils aspirent à participer à l’édification d’un Etat islamique et à venir en aide à une population opprimée à laquelle ils s’identifient par la religion. D’autres partent également parce qu'ils recherchent l’aventure et le besoin de mourir en martyr pour une cause qui les animent, à savoir la défense d’une religion qu’ils considèrent comme étant l’unique légitime.

Il est utile de préciser par ailleurs que l’aspect communautaire évoqué par les termes de Mourad Fares lorsqu’il dit que dans l’Islam, il n’y a "ni frontière, ni nationalisme" n’est pas spécifique aux djihadistes. Bien entendu, cela joue également un rôle important dans leurs motivations, mais en réalité cela dépasse la question du djihadisme. Tous les mouvements islamistes considèrent qu’il n’y a qu’une seule communauté musulmane, en dépit des différences ethniques qui peuvent être assez fortes d’un pays à l’autre, et que les frontières ont été inventées par les occidentaux. Au Moyen-Orient, la plupart des pays, comme la Jordanie ou le Liban, sont des créations occidentales. Seuls certains pays, à l’instar de l’Egypte ou du Maroc, ont conservé leurs frontières et leur identité culturelle depuis plusieurs siècles.

 

L’identité de ces jeunes djihadistes ne diffère pas non plus de celle de l'écrivain, essayiste et journaliste Michael Muhammad Knight, converti à l'Islam et sur le point de partir faire le djihad contre la Russie dans les années 1990. Cependant, les motivations divergent radicalement. A travers une tribune intitulée "I understand why Westerners are joining jihadi movements like ISIS. I was almost one of them" ("Je comprends pourquoi des Occidentaux rejoignent des mouvement djihadistes comme l'Etat islamique. J'ai failli être l'un d'entre eux") publiée dans le Washington Post, il y explique son parcours.

Pour Michael Muhammad Knight, tout a changé il y a vingt ans. Alors qu'il est encore un adolescent américain comme les autres, étudiant dans un lycée catholique, la résistance tchétchène contre les Russes commence à prendre de l'ampleur. Chaque jour, la télévision fait défiler des images de "destructions et de souffrance". Révolté par de tels clichés, le jeune homme se met en tête de rejoindre la résistance tchétchène et quitte les Etats-Unis. Il se rend alors dans une école coranique au Pakistan, où il se lance dans l'étude des saintes écritures. "Cela peut être difficile à croire mais je pensais à la guerre en termes de compassion. Comme de nombreux Américains qui ont servi dans les forces armées par amour de leur pays, je voulais combattre l'oppression et protéger la sécurité et la dignité des autres. Je croyais que le monde allait mal. Je plaçais ma foi dans une quelconque solution magique, clamant que le monde irait mieux grâce au renouveau d'un islam authentique et à un système gouvernemental véritablement islamique. Mais je croyais aussi que lutter pour la justice valait plus que ma propre vie", explique-t-il.

"Ce n'est pas un verset que j'ai pu lire dans mon étude du Coran qui m'a donné envie de me battre, mais plutôt mes valeurs américaines. J'ai grandi dans les années 80 sous Reagan. J'ai grandi en regardant les dessins animés G.I Joe, dont les chansons disaient : "Bats-toi pour la liberté, partout où il y a des problèmes". J'étais sûr que ces individus avaient le droit et la légitimité d'intervenir dans quelque endroit du monde où ils pensaient que la liberté, la justice et l'égalité étaient menacées", raconte l'écrivain.

Pour lui, ce désir de combats ne pouvait se réduire à une "rage musulmane" ou à une quelconque "haine de l'Occident". Avec le recul et l'expérience Michael Muhammad Knight se rend compte que son "scénario imaginaire de libérer la Tchétchénie et de la transformer en un Etat islamique était un fantasme purement américain, basé sur des valeurs et des idéaux américains". Et l'écrivain d'ajouter : "Nous sommes élevés pour aimer la violence et voir dans la conquête militaire un acte de bénévolat. L'enfant américain qui veut intervenir dans la guerre civile d'un autre pays doit cette vision du monde autant à l'exceptionnalisme américain qu'à une interprétation djihadiste des écritures. J'ai grandi dans un pays qui glorifie les sacrifices militaires et se croit en droit de reconstruire les autres sociétés selon son propre idéal. J'internalise ces valeurs avant même de penser à la religion. Avant même de savoir ce qu'était un musulman, ignorant les concepts de "djihad" ou "d'Etat islamique", ma vie américaine m'avait enseigné que c'était ce que les hommes courageux font. "

Les termes employés sont forts. John Muhammad Knight lie de toute évidence ses valeurs et ses idéaux américains à son attraction pour le djihad. Une situation aujourd’hui radicalement différente, bien que le pays de nationalité joue toujours un rôle aussi prégnant.

Que nous apprend cette analyse quant aux rapports compliqués que les jeunes djihadistes entretiennent à leur pays de nationalité ?

Romain Caillet : Si l’on prend le cas de la France, il est clair qu’ils éprouvent une certaine rancœur envers elle, et ce pour différentes raisons. D’une part, parce qu’ils considèrent qu’il s’agit d’un Etat islamophobe, et d’autre part parce que leur histoire familiale s’est construite contre la France, la plupart étant originaires du Maghreb. Par conséquent, ces jeunes partent avec l’intention de ne plus jamais y revenir. Il arrive cependant que certains reviennent malgré tout. J’ai pu voir certains mettre des photos d’eux sur Facebook aux côtés de leurs camarades de combat.

Farhad Khosrokhava : La situation est bien différente aujourd’hui de celle des années 90 dont parle Michael Muhammad Knight. Désormais le djihad est profondément anti-américain et anti-européen par la même occasion. Pour les extrémistes musulmans, l’Occident a une attitude anti-islamique, démontrée à travers la politique pro-Israël des Etats-Unis ou l’intervention française au Mali. Aujourd’hui, quiconque se rend dans un pays arabe avec l’intention de faire le djihad sera pris en charge par une organisation extrémiste qui le guidera et le confortera dans ses choix.

 

Pour les djihadistes d’aujourd’hui, l’amour de la patrie et du monde semble donc avoir disparu, au profit d’un amour de la religion et d’une volonté de l’imposer.

Le djihad au Levant et en Irak relève en effet "d’une obligation religieuse" à en croire les termes de Mourad Fares, une obligation de défendre ses frères de religion et sa patrie récemment proclamée contre une armée étrangère. "Un rendez-vous historique pour la communauté musulmane, prédit par notre prophète Mahomet et qu’on attend tous depuis des siècles. C’est la troisième et dernière guerre mondiale qui a commencé ici. Le monde entier contre l’Islam", ajoute-t-il.

Comment de jeunes occidentaux en arrivent-ils à développer une telle vision des choses, à la conclusion que le monde serait en guerre contre l'islam ? 

Romain Caillet : La réponse à cette question est intrinsèque aux motivations de ces jeunes occidentaux à partir faire le djihad. Au début des évènements en Syrie, la principale motivation qui a pu pousser ces jeunes à partir était de venir en aide à un peuple qui se faisait massacrer par un dictateur, un peuple auquel ils se sentaient appartenir. De manière générale, à chaque grand conflit, comme lors du conflit israélo-libanais de 2006 ou du conflit croato-bosniaque à partir de 1992, des combattants français ont voulu s’investir et aller aider leurs "frères". Certains sont devenus terroristes par la suite, d’autres se sont rangés. Aujourd’hui, c’est surtout l’instauration d’un Etat islamique qui prévaut. Ils y voient un événement historique et religieux, prophétisé dans les textes sacrés musulmans, auquel ils ont envie de prendre part. Ils veulent faire partie de l’Histoire.

 

Une dimension religieuse que laissent transparaître les mots utilisés par Mourad Fares au cours de l’interview, tels que "prophétie", "obligation religieuse" ou encore "prêcheur", terme qu’il préfère à celui de recruteur.

Pourquoi le vocabulaire religieux est-il à ce point important pour lui ?

Romain Caillet : Il y a quelque chose d’universel à vouloir venir en aide à un peuple victime. Mais dans le contexte du conflit en Syrie et en Irak, au-delà du djihad, ce qui unit ces jeunes aux populations opprimées, c’est l’Islam. Par conséquent, la dimension religieuse joue un rôle très important. Dans les hadiths, les textes écrits de la tradition musulmane, la Syrie, et plus largement le Levant, tient une place importante.

 

Cet engagement dans la guerre est donc principalement un engagement religieux. Une chose inconcevable pour la communauté internationale étant donné les exactions dont ils sont les auteurs. Le monde occidental les qualifie plutôt de "terroristes", un rôle que n’assume visiblement pas Mourad Fares lorsqu’il parle de "soi-disant terroriste".

Comment peut-on soutenir les images de décapitation de James Foley et réfuter l'adjectif "terroriste" ?

Romain Caillet : Dans la logique de Mourad Fares, et plus largement des djihadistes, ce sont les occidentaux les terroristes, tandis que eux se voient comme des résistants, malgré des éléments concrets, notamment de droit international, qui quelque part pourraient attester du contraire.

Quelque part, le terme "terroriste" est politique et subjectif. Il est souvent employé pour désigner l’opposant. Pour donner un exemple, la première fois qu’il a été employé à l’époque contemporaine en France, c’était par les autorités de Vichy pour qualifier les résistants. En Algérie, lors de la guerre d’Indépendance de 1954 à 1962, le FLN (Front de Libération Nationale) était considéré par les autorités françaises comme étant constitué de terroristes. Ce même parti politique qualifie aujourd’hui ses opposants islamiques de terroristes. Il n’y a donc pas de frontières définies pour ce mot.

Par ailleurs, il est important de préciser que le groupuscule auquel appartient Mourad Fares, Jabhat Al-Nostra, a condamné la décapitation du journaliste américain, bien que le mouvement en ait commis également.

 

Contre toute attente, si Michael Muhammad Knight a renoncé à son projet d'aller se battre en Tchétchénie, c'est grâce aux paroles sages de musulmans pourtant très conservateurs. Ces derniers lui ont fait comprendre qu'il accomplirait plus de bien en étudiant qu'en allant se battre, lui rappelant que "le sang d'un écolier vaut plus ce que celui d'un martyre". Ils lui ont appris à aspirer à être plus qu'un "corps dans un fossé". Et l'auteur de conclure : "D'autres dans la même situation que moi à cette époque ont dû recevoir des conseils différents."

De quoi se demander si aujourd'hui encore, il arrive que certains djihadistes remettent en question leurs actions ou leurs aspirations et écoutent des musulmans qui maîtrisent réellement les préceptes de l'Islam.

Ces djihadistes passent-ils par des moments de remise en question de leurs actions et de la direction qu'ils prennent ? Quel rôle jouent ici les organisations qu'ils rejoignent ?

Farhad Khosrokhava : Une fois de plus, la situation est réellement différente aujourd’hui. Les occidentaux qui partent aujourd’hui au Pakistan, en Afghanistan ou en Irak sont soit rejetés, soit intégrés. Il n’y a en effet plus du tout de musulmans conservateurs au Pakistan par exemple. Ceux que l’on peut rencontrer sont des radicaux anti-occidentaux, tandis que la population civile, elle, ne se prononce pas.

De plus, une fois en Syrie ou en Irak,  la probabilité pour qu’ils puissent se remettre en question est véritablement faible. Cela peut arriver mais l’engrenage des choses fait qu’ils coupent radicalement les ponts avec leurs origines et deviennent véritablement djihadistes avec la guerre sainte ancrée en eux. 

Romain Caillet : Cela peut effectivement arriver et ce, pour des griefs différents. Alors qu’ils pensaient venir en aide au peuple syrien, certains se sont rendus compte que les djihadistes qu’ils avaient rejoint avaient d’autres intentions. La violence des combats peut également être un facteur de remise en question. D’autres encore se sont trouvés démoralisés par les combats entre djihadistes, entre supposés frères donc, tandis que d’autres ont tout simplement fuit un affaiblissement du groupe auquel ils appartenaient. D’autant plus qu’au sein de certains groupes, comme Jabhat Al-Nostra, les étrangers peuvent ne pas être très bien respectés, ni très bien vus, les incitant à fuir ou à entrer en conflit avec certains membres.

Raphaëlle de Tappie et Clémence de Ligny

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 14/09/2014 - 21:05
Djihad islamique.
Tout ça c'est aussi en grande partie de la faute de ces cons du genre Bush fils et ses acolytes, Sarko, BHL qui ont ouvert ou poussé à ouvrir le chaudron dont sont sortis tous ces attardés du VI siècle, alliant fanatisme, barbarie, bigoterie. On était tranquille avec ces dictateurs qui, chacun à leur manière, d'une poigne de fer, tenaient tous ces fanatiques en laisse. Mais non! il a fallu que ces imbéciles cités plus haut nous foutent le nez dans ces merdiers ou la ramène à grands cris pour nous pousser, (sans jamais rien regretter) à y plonger à pieds joints pour imaginer quoi faire? aider ces pays à devenir des démocraties. À mourir de rire si c'était pas si tragique.
langue de pivert
- 14/09/2014 - 17:50
RE-CI-PRO-CI-TE ! BORDEL DE DIEUX !
C'est quand même pas compliqué !!! L'occident va lancer un énième "Djihad démocratique" contre l'orient ! La mesure la plus intelligente serait d'extirper - par tous les moyens - toutes représentations de cette secte démoniaque de NOTRE SOL...et de laisser mijoter sunnites et chiites ensemble en terre d'orient ! Charbonnier est maitre chez lui ! La raison finira par l'emporter, je ne suis pas inquiet, mais on va encore perdre du temps, des vies et de l'argent !
yeneralobregone
- 14/09/2014 - 15:24
le terme " terroriste "
est crée sous la révolution française. il s'agissait de terroriser les opposant à la république et de canaliser les violences populaires pour ne pas qu'elles ne dégénèrent : danton " il faut etre terrible pour éviter au peuple de l'etre...le nouveau régime était trés fragile, la terreur était une construction plus ou moins légale destiné à combattre les opposant : royalistes, fédéralistes, profiteurs ... les guillotinages apparaissent comme une guerre de l'intérieur, et une " compensation " envers les nombreux morts patriotes sur les différents fronts.