En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Dans certains cas les effets secondaires du Prozac peuvent être mortels
Bonnes feuilles
Ces médicaments qui mènent à la mort : quand le Prozac pousse au suicide
Publié le 18 août 2014
60 % de prescriptions ou de médicaments inutiles sont vendus 10 à 100 fois leur prix de revient à 25 millions de bien-portants, « souffrant » de maladies qui n'existent guère, inventées par l'industrie pour son profit : pré-hypertension artérielle, pré-diabète, pré-ostéoporose, cholestérol, dépression, etc. Dans son livre "Médicaments effets secondaires : la mort ", John Virapen montre que de nombreux médicaments sont mis sur le marché, sans que soit étudié de près les effets secondaires, qui font pourtant des dizaines de milliers de morts chaque année à travers le monde. (1/2)
John Virapen a été PDG d'Eli Lilly & compagnie, en Suède. Son livre a déjà été traduit dans une vingtaine de pays.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
John Virapen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
John Virapen a été PDG d'Eli Lilly & compagnie, en Suède. Son livre a déjà été traduit dans une vingtaine de pays.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
60 % de prescriptions ou de médicaments inutiles sont vendus 10 à 100 fois leur prix de revient à 25 millions de bien-portants, « souffrant » de maladies qui n'existent guère, inventées par l'industrie pour son profit : pré-hypertension artérielle, pré-diabète, pré-ostéoporose, cholestérol, dépression, etc. Dans son livre "Médicaments effets secondaires : la mort ", John Virapen montre que de nombreux médicaments sont mis sur le marché, sans que soit étudié de près les effets secondaires, qui font pourtant des dizaines de milliers de morts chaque année à travers le monde. (1/2)

Les médicaments psychotropes peuvent déclencher une « akathisie », un sentiment d’angoisse très profonde avec impossibilité de rester calme et immobile, assis, debout ou couché. Elle s’accompagne d’une agitation pulsionnelle pouvant conduire à des violences explosives et au suicide. (Elle est parfois associée au syndrome des jambes sans repos, au Parkinson et surtout au sevrage des benzodiazépines et des ISRS. NPE.) L’akathisie peut être le premier signe de risques de pulsions, d’homicides ou de suicide, mais jamais, avant l’apparition du Prozac, on n’avait établi de liens entre akathisie et antidépresseurs. Les médecins prescripteurs ne s’attendaient certainement pas à cela avec le Prozac, car Lilly n’avait jamais émis d’avertissement sur ce point, alors qu’il savait, d’après les essais cliniques, que certains patients avaient montré des signes d’akathisie. Les archives internes de Lilly montrent que le phénomène fut noté pour la première fois dès 1978. Le 2 août, on peut lire : « Il y a eu pas mal de réactions négatives. Un patient a développé une psychose et akathisie et agitation sont apparues chez d’autres patients. » Dix jours plus tard, on trouvait : « Certains patients sont passés d’une forte dépression à une agitation sévère en quelques heures et nous avons dû interrompre aussitôt le traitement chez l’un d’entre eux. »

Depuis ce jour, les patients traités au Prozac ont aussi reçu des benzodiazépines ou même des tranquillisants (ou neuroleptiques) pour lutter contre cette agitation inquiétante. Mais lorsque la fluoxétine fut mise sur le marché, il n’y eut aucun avertissement pour en aviser médecins et patients et pas un mot dans la notice incluse dans la boîte (et rien dans le Vidal français, NPE). Lilly connaissait pourtant parfaitement les risques d’akathisie, puisqu’il excluait des essais cliniques du Prozac les malades qui en avaient présenté les symptômes.

Cela démontre à quel point le Prozac ne peut être éventuellement prescrit que dans des conditions étroitement contrôlées, en l’associant à d’autres médicaments et en surveillant de très près les effets secondaires. L’utilisation d’un médicament aussi dangereux potentiellement devrait être clairement réservée aux seuls psychiatres (comme d’autres médicaments à haut risque sont déjà réservés aux seuls spécialistes, par exemple en cancérologie, NPE). Mais cela n’est évidemment pas la meilleure manière de faire du chiffre et voilà pourquoi la fluoxétine continue à être librement et largement prescrite par les médecins généralistes, contre la dépression, les anxiétés, les insomnies et même contre les maux de tête. (En France, 30 % des plus de 65 ans en prennent au moins une partie de l’année et deux fois plus dans les maisons de retraite. Un rapport récent du Centre de pharmacologie de Bordeaux a indiqué qu’après 70 ans, et en moyenne à 78 ans, la fréquence des démences était accrue par ces médicaments de 60 % après dix-huit ans de surveillance des groupes traités et non traités... Sans compter les chutes, fractures, embolies et morts résultant de ces effets thérapeutiques encore plus graves qu’avec les benzodiazépines données pour calmer et faire dormir les vieillards quand les établissements qui les abritent manquent de personnel la nuit. NPE.)

Bien que la FDA ait explicitement demandé de nouveaux essais cliniques, Lilly se borna à produire une méta-analyse des essais qu’il avait réalisés pour obtenir l’AMM des années auparavant. Cette méta-analyse menée par Charles Beasley fut refusée par le New England Journal of Medicine, mais finalement publiée par le British Medical Journal en 1991. Mais David Healy montra qu’elle n’avait inclu que 3 000 des 27 000 patients de ces essais, dont la plupart sous benzodiazépine, pour en atténuer les effets excitants, et qu’elle avait en outre exclu les résultats de 5 % des patients qui avaient souffert d’akathisie et éliminé 13 des 15 suicides observés ! Cela n’empêcha pas Lilly d’accuser ceux qui critiquaient le Prozac de manipulation sélective et de rappeler que le taux de suicide chez les déprimés atteint 0,3 %, soit 20 fois celui de la population générale, ce qui, pour Lilly, confirmait une fois de plus que la cause des suicides était la dépression et non le Prozac (mais sous Prozac le taux est de 1,25 %... soit 60 fois le taux moyen des Français. NPE).

David Healy, qui avait accès aux publications médicales aussi bien qu’aux documents internes de Lilly, affirma qu’il était réaliste d’estimer qu’un quart de million de personnes dans le monde ont fait une tentative de suicide consécutive à la prise de Prozac et que 25 000 d’entre elles en sont mortes60, soit 17 000 tentatives et 1 700 morts par an dans le monde. Cette estimation date de 1999, il y a quatorze ans, et elle trouble souvent mon sommeil, car quatorze ans se sont encore écoulés et le Prozac et les autres ISRS sont non seulement toujours sur le marché,mais de plus en plus prescrits. Pour Lilly, la conséquence fut d’éliminer dans les essais ultérieurs tous les patients présentant des signes d’akathisie, ce qui permit d’obtenir l’autorisation de la fluoxétine grâce à ces exclusions multiples. Les effets secondaires ont donc été jugés extrêmement rares dans les essais, mais il n’en est évidemment pas de même dans la vraie vie. Seul le Bureau fédéral pour la santé allemand eut des doutes sur la sécurité de la fluoxétine. Alors, est-ce que tout se passe bien en Allemagne ?

Extraits de "Médicaments effets secondaires : la mort ", de John Virapen publié aux Editions du Cherche-Midi (2014). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Médicaments, mort, prozac, suicide
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 19/08/2014 - 06:26
Sécurité pharmaceutique
Le quidam que je suis ne sait rien des essais cliniques quand son médecin (dit de référence ou spécialiste) lui prescrit un médicament. Il lui fait confiance. Ceci dit j'avais été surpris dans ma jeunesse quand un de mes oncles, aujourd'hui retraité, médecin et plus, m'a dit qu'il mettait les échantillons des démarcheurs à la poubelle. Pour lui, telle molécule était dangereuse selon ce qui était indiqué dans le Vidal. Et il n'était pas content qu'un labo pût passer outre. Alors, que font les autres médecins ? Mais est-ce seulement possible aujourd'hui ? Cibler le Prozac, soit, mais ne serait-il pas plus utile de faire un état des lieux quant à la sécurité pharmaceutique ?
cloette
- 18/08/2014 - 20:56
Le millepertuis
Est un antidépresseur , il peut se prendre en gélules ( chez elusanes c'est plus concentré) , Prozac est à fuir !
cpamoi
- 18/08/2014 - 18:42
Les autorités sanitaires doivent rendre des comptes !!!!
L’extrait le plus enrichissant jamais paru dans la rubrique « bonnes feuilles ». Bravo pour ce choix.
«…un quart de million de personnes dans le monde ont fait une tentative de suicide consécutive à la prise de Prozac » et ce produit létal est toujours prescrit ? Quel scandale !
Les autorités sanitaires françaises doivent désormais prendre leur responsabilité avant que les victimes ne demandent des comptes à la justice. De leur côté, qu’ont fait les responsables politiques pour protéger les Français contre les agissements du laboratoire Lilly ? Je pense tout spécialement aux personnes âgées, les plus vulnérables, conduites à la démence sénile par ce que l’on n’ose plus appeler des médicaments ? Ils devront rendre des comptes !!!!
Quant aux médecins généralistes, ils savent désormais qu’ils sont les complices d’une médicamentation ignoble, visant ni plus ni moins qu’à l'autodestruction de leurs patients. Les psys ne sont pas en reste dans ce concours d’atrocité puisqu’aucun « médicament » visant la santé mentale ne peut être mis sur le marché sans leur approbation "d'experts".