En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 32 min 26 sec
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 1 heure 11 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 2 heures 12 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 6 heures 51 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 8 heures 17 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 51 min 13 sec
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 1 heure 29 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 5 heures 39 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 5 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 7 heures 8 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 19 heures 34 min
© DR
© DR
Bonnes feuilles

Reporter de guerre : "Ma première expérience du conflit"

Publié le 24 juillet 2014
Irak, Iran, Vietnam, Cambodge, Guatemala, Turquie, Afghanistan… Pascal Manoukian a suivi le flux des conflits qui ont agité la planète des années 1970 à nos jours. Extrait de "Le Diable au creux de la main", publié chez "Don quichotte" (2/2).
Pascal Manoukian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Manoukian a couvert la plupart des grands conflits qui ont secoué la planète pendant 25 ans. Il est aujourd’hui directeur général de l’Agence de Presse Capa.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Irak, Iran, Vietnam, Cambodge, Guatemala, Turquie, Afghanistan… Pascal Manoukian a suivi le flux des conflits qui ont agité la planète des années 1970 à nos jours. Extrait de "Le Diable au creux de la main", publié chez "Don quichotte" (2/2).

Cette année- là, Balavoine voudrait bien réussir sa vie. Moi aussi. Le monde accouche de ce qui le mettra à feu et à sang au cours des dix prochaines années.

Khomeiny invente la République islamique, Saddam Hussein met la main sur l’Irak, et le gouvernement israélien autorise les colons à acquérir et à construire dans les territoires occupés. Le décor est en place pour faire craqueler l’histoire.

Je veux parcourir les lignes de fracture mais il me faut un terrain d’expérience vierge, loin des professionnels qui accumulent trop d’avantages sur moi.

J’ai vingt- quatre ans. Patrice, vingt- trois ans, un moral et un physique trempés dans l’acier, voudrait lui aussi tâter l’aventure du journalisme – pour voir si elle est à sa taille.

Alors nous feuilletons les atlas. Nous disséquons les journaux à la recherche d’un conflit auquel personne n’aurait pensé. Parmi l’avalanche de nouvelles importantes, une toute petite retient notre attention. En Afghanistan, le président pro- soviétique vient d’être étranglé par son Premier ministre. L’information n’intéresse pas grand monde. Les Afghans n’ont rien : ni débouché sur la mer, ni gaz, ni pétrole. Rien qu’une solide réputation d’invincibles guerriers et d’emmerdeurs. Par deux fois déjà ils ont corrigé les Anglais.

Pour Kipling, le pays n’est qu’un fouillis de montagnes, de pics et de glaciers. Un avantage de plus. Nous sommes en novembre, l’hiver va bientôt s’installer, et l’on dit que là- bas il est aussi cassant et froid qu’une femme vexée. Personne ne devrait donc se bousculer pour franchir les cols et les rivières gelées. Même l’increvable Joseph Kessel a failli y laisser ses doigts d’écrivain. Le vieux lion vient d’ailleurs tout juste de s’éteindre à quatre- vingt et un ans. Alors, c’est décidé : ce sera l’Afghanistan.

Nous débarquons à Peshawar, une petite ville située au nord du Pakistan et la base arrière de la résistance afghane. Un entrelacs de ruelles coupe- gorge où le gouvernement pakistanais tolère que la guérilla s’organise – pour mieux la surveiller. Car la grande peur des autorités, c’est de voir la révolte afghane se propager au Pakistan où, depuis fort longtemps, vivent les mêmes tribus de part et d’autre de la frontière.

Après des nuits de rendez- vous discrets dans la poussière d’une petite échoppe bourrée d’armes et de munitions, nous finissons par convaincre un jeune commandant de nous faire passer clandestinement en Afghanistan. Lorsque nous rejoignons les montagnes afghanes, en novembre 1979, nous sommes alors les seuls journalistes sur place.

Je pense qu’il faut toujours tenter sa chance pour savoir ce qu’elle vaut. Leonid Brejnev, secrétaire général du Parti communiste soviétique, va me donner raison. Le 27 décembre, il ordonne aux troupes de l’armée soviétique d’envahir l’Afghanistan. C’est l’événement le plus important des vingt dernières années et nous avons deux mois d’avance sur tous les professionnels.

Match, Time, Newsweek… Mes photos font le tour du monde. Je suis catapulté dans la cour des grands.

Mais en ce jour de janvier, ce n’est pas mon problème. Je donnerais n’importe quoi pour n’avoir lu ni Kipling ni Kessel. L’hiver recouvre la région, et dieu qu’il est froid. Il faut enchaîner les cols à plus de trois mille mètres d’altitude en surveillant les hélicoptères russes qui traquent les colonnes de résistants.

C’est pour ça que, maintenant, je porte quinze kilos sur le dos. Mes pieds glissent sur chaque caillou gelé. Je ne quitte pas des yeux l’à- pic qui dévale sur ma gauche. Je n’en vois même pas le fond.

Autour de moi, les hommes sont nerveux – mais pas à cause du vide. Depuis le matin, un hélicoptère blindé nous cherche des noises.

C’est la terreur ici. Ils peuvent descendre à trois cents mètres, se stabiliser et vous atomiser sans prendre le moindre risque. Régulièrement, quand le bruit s’ approche trop, il faut se jeter dans la neige et se faire le plus petit possible en espérant que le pilote soit aveugle. Une fois, j’ai senti si fort le vent des pales que la neige autour de moi en est devenue toute jaune.

Quand il s’éloigne enfin, il faut remettre ses muscles en marche, oublier qu’on est trempé et repartir sans songer aux dénivelés à venir. Ça fait mal à mourir. Je m’insulte pour continuer à mettre un pied devant l’autre.

Il y a trois jours, après d’interminables tractations à la frontière pakistano- afghane, un jeune commandant a accepté de nous prendre dans sa caravane. Depuis, nous marchons comme des forçats.

Le commandant s’appelle Amin. C’est la première fois depuis la guerre qu’il rentre chez lui. Il ramène cinq hommes et des armes pour se battre. En tout, une dizaine de chameaux croulant sous les kalachnikovs et les explosifs. Je croyais que les chameaux n’aimaient que le sable et les palmiers. Pourtant, depuis que nous avons traversé la frontière, ils se débattent comme nous dans la neige.

Pour les faire avancer, nous les gavons d’huile comme des voitures. De l’huile de palme envoyée par la Croix- Rouge pour nourrir les réfugiés. Nous leur déversons des bidons entiers au fond de la gorge et ils nous rotent au visage.

L’Armée rouge contrôle les routes, les airs et presque toutes les villes. Nous sommes contraints aux sentes les plus difficiles. Il faut grimper et descendre, souvent rebrousser chemin et passer des heures à attendre cachés pour éviter les commandos russes.

En route, nous croisons des dizaines de bandes comme la nôtre. Chacun se salue avec beaucoup de méfiance et d’interminables formules de politesse qui, dans les montées, m’arrachent les poumons et me cisaillent les jambes.

Tous les hommes se ressemblent. Ils n’ont presque rien sur le dos, marchent dans des sandales en plastique et, le plus souvent, portent à l’épaule des Lee- Enfield, vieux fusils de la Seconde Guerre mondiale à la précision redoutable, capables d’abattre un homme en plein front à huit cents mètres – mais impuissants contre les blindages russes.

Plus je croise leur armée de va- nu- pieds, plus je suis convaincu que leur combat est perdu d’avance. Mais les Afghans ont une autre vision du monde. Simple, binaire, rustique, sans compromis. Pour eux, il n’y a pas d’arbre qui n’ait un jour senti la force du vent. Même le plus solide finit un moment par vaciller. La Russie n’échappera pas à la règle et finira elle aussi par plier tel un roseau, quel qu’en soit le prix.

« Ils peuvent tuer toutes les hirondelles, ils n’empêcheront pas la venue du printemps », répète Amin.

Extrait de "Le Diable au creux de la main", de Pascal Manoukian, publié chez les éditions "Don quichotte". Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires