En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pas d'hommes, pas de problèmes
La saleté à Paris ? "Un problème d'éducation" pour Anne Hidalgo
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 5 heures 32 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 11 heures 14 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 23 heures 31 min
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 5 heures 21 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 11 heures 28 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 1 jour 3 min
© Reuters
Une étude australienne sur le bien-être des familles homoparentales a rendu public des résultats biaisés.
© Reuters
Une étude australienne sur le bien-être des familles homoparentales a rendu public des résultats biaisés.
Tout le monde il est beau...

Homoparentalité : des études sociologiques biaisées

Publié le 17 juillet 2014
Une étude australienne sur le bien-être des familles homoparentales dresse un portrait flatteur de la situation. Et pour cause : malgré la rigueur scientifique dont elle se réclame, la méthodologie de l'étude l'a amenée à ne s'intéresser qu'aux gays et lesbiennes les mieux intégrés. Au risque de gravement fausser la réalité.
Mark Regnerus est maître de conférences en sociologie à l’Université du Texas, à Austin, chercheur au Centre d’études des populations de cette université et membre fondateur de l’Institut de recherche sur famille et culture d’Austin. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mark Regnerus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mark Regnerus est maître de conférences en sociologie à l’Université du Texas, à Austin, chercheur au Centre d’études des populations de cette université et membre fondateur de l’Institut de recherche sur famille et culture d’Austin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude australienne sur le bien-être des familles homoparentales dresse un portrait flatteur de la situation. Et pour cause : malgré la rigueur scientifique dont elle se réclame, la méthodologie de l'étude l'a amenée à ne s'intéresser qu'aux gays et lesbiennes les mieux intégrés. Au risque de gravement fausser la réalité.

L’étude australienne sur le bien-être des enfants des familles homoparentales a été abondamment commentée  ces derniers jours et présentée de façon positive par un certain nombre de médias et sites. Elle pâtit malheureusement de faiblesses méthodologiques majeures : elle ne porte que sur les vies et ressentis de l’élite LGBT.

Imaginez qu’une équipe de sociologues chrétiens évangéliques s’attelle à documenter les caractéristiques et la qualité de vie des enfants de familles de cette religion. Imaginez qu’ils commencent par recruter des parents d’enfants assidus au catéchisme, de communautés comme celle de la Wheaton Bible Church, près de Chicago, ou de la Saddleback Community Church d’Orange County, en Californie, c’est-à-dire des communautés prospères de "CSP+" soutenues dans leurs activités familiales et relevant de la foi. Ils ont choisi cette approche car les chrétiens évangélistes pratiquants ayant des enfants mineurs ne constituent que 3% de la population américaine adulte et qu’ils jugent plus aisé de recruter des participants à leur étude que d’étudier ceux qui devraient, statistiquement et sans recrutement particulier, apparaître dans un échantillon de population constitué selon la méthode des quotas. Ils savent que cette méthode est la meilleure, mais ils citent les "contraintes de coût" et des "difficultés liées à l’étude" pour justifier leur décision de recourir à un échantillon dit "de commodité".

Puis les chercheurs interrogent les parents, leur posent des questions sur la vie de leurs enfants. Ils compilent leurs résultats et titrent leur travail, "Étude sur la famille chrétienne américaine". L’étude comprend des comparaisons avec d’autres types de familles, dont les caractéristiques sont tirées d’autres études, effectuées selon la méthode des quotas, qui rendent compte du sort moyen des enfants de familles moyennes. Les enfants de familles évangéliques en ressortent avec une image flatteuse, s’en tirant mieux que la moyenne des enfants du pays dans son ensemble. Leurs parents ont plus de probabilités que les autres d’être mariés, bien éduqués, d’avoir une vie stable et un travail. Ces parents confirment aux chercheurs qui les interrogent que les enfants vont bien, qu’ils ne sont pas particulièrement soumis à des stress émotionnels, travaillent bien à l’école et sont bien dans leur peau de manière générale. Les premières conclusions de l’étude sont publiés dans une revue de sciences sociales  dans le cadre des évaluations par pairs ("peer review") et ils contribuent à améliorer la perception par la population des familles évangéliques.

Est-ce que la communauté scientifique considérerait cette étude comme majeure, recourant à des méthodes de sélection d’échantillons sérieuses, et utile aussi bien pour mieux comprendre la vie des foyers chrétiens en Amérique que pour comparer leur mode de vie à ceux d’autres enfants ? Pour le dire avec retenue, c’est peu probable et ce n’est pas mon avis non plus.

L'Étude australienne sur la santé des enfants des familles monoparentales

On ne note pourtant aucune réserve de cet ordre dans le milieu de la recherche sur une nouvelle étude qui vient d’être publiée et qui analyse les données recueillies lors d’une Étude australienne sur le bien-être des enfants de familles homoparentales (ACHESS), alors que l’analogie que je viens de faire reflète assez fidèlement la façon dont l’échantillon considéré a été constitué et les comparaisons effectuées. Je n’entretiens aucune animosité particulière envers l’équipe concernée ; la collecte de données est une tâche qui est loin d’être simple. Je ne conteste en rien les motivations de l’auteur et de ses collaborateurs. Les raisons de conduire une étude sont très diverses et chacun peut avoir les siennes propres. Je ne me soucie pas plus du financement de l’étude. Mais l’étude elle-même peut faire l’objet de commentaires critiques.

Les auteurs déclarent que "’étude vise à décrire l’état de santé physique, mentale et sociale d’enfants australiens vivant dans des familles homoparentales et l’impact qu’a sur eux la stigmatisation négative dont ils peuvent faire l’objet". Ils concluent que "les enfants de familles homoparentales obtiennent de meilleurs résultats que ceux d’échantillons de populations moyens sur de nombreux critères de bien-être tels que rapportés par leurs parents". Les articles que cette étude a suscités sont nombreux à avoir repris ces conclusions, à l’instar de celui publié par le Washington Post et titré,  "Une étude révèle que les enfants des familles homoparentales sont plus heureux et en meilleure santé globale que les autres".

Mais ce n’est pas, en réalité, ce que peut nous révéler cette étude, en raison des deux propositions suivantes tirées de son exposé de la méthodologie suivie :

"L’échantillon de commodité a été recruté à la fois sur Internet et par recrutement classique, c’est-à-dire entrée en contact avec des couples homoparentaux au travers d’annonces dans les médias, auprès d’associations, à l’occasion d’événements spécifiques, etc. Trois cent quatre-vingt-dix couples éligibles ont contacté l’équipe."

Le rapport intérimaire de l’ACHESS, publié il y a près de deux ans, allait déjà dans le sens des conclusions positives de l’article récemment publié — dans la même revue, il faut le noter — et donnait des précisions sur la constitution de l’échantillon étudié :

"Le recrutement initial se fera […] par le biais de publicités et d’annonces presse dans les revues pour gays et lesbiennes, de tracts distribués à des réunions de groupes gays et lesbiens et de la présence de chercheurs lors d’événements gays et lesbiens […] L’essentiel du recrutement se fera par envoi de mails à des listes de diffusion gays et lesbiennes, notamment les listes “Gay Dads Australia” et “Rainbow Families Council of Victoria”."

On ne peut pas dire que ce soit là une approche susceptible de donner une image de ce qui se joue dans une famille homoparentale moyenne, et mon analogie fournie en introduction était peut-être le meilleur moyen de le faire entendre. Confronter les résultats tirés d’un échantillon aussi particulier avec ceux tirés d’études générales de population suivant la méthode des quotas ne peut être qualifié que de pratique douteuse. Et c’est sans doute encore une formulation trop indulgente.

Échantillons non aléatoire et biais de désirabilité sociale

Ce n’est pas la première fois qu’une étude adoptant cette même approche rencontre un succès considérable auprès des médias. L’étude de l’ACHESS ressemble beaucoup à l’Étude nationale longitudinale des familles lesbiennes (NLLFS), en plus grand et plus récent. Je suis conscient que 500 échantillons, c’est un nombre considérable, surtout concernant des populations qui sont de petites minorités. Mais ce n’est qu’à la condition que l’équipe de chercheurs en sciences sociales ne rechigne pas à emprunter la voie difficile et coûteuse de l’identification de familles homoparentales (quelle qu’en soit la définition par ailleurs) au sein d’un échantillon aléatoire constitué par méthode des quotas — de préférences des candidats ne permettant de "devancer" dès le départ les conclusions souhaitées, comme dans le cas de l’ACHESS — que nous pourrions avoir l’assurance que des conclusions telles que "il n’y a pas de différence marquée" ou "sont plus heureux et en meilleure santé que" sont vraies, valides et fiables. Pourquoi ? Parce que cet échantillon non aléatoire reflète les vues de personnes qui ont résolument cherché à participer à l’étude, motivées par des raisons personnelles et politiques. Dans un contexte ainsi chargé émotionnellement, le grand public aussi bien que les médias, observateurs, et la Justice ferait bien de demander explicitement des études aux méthodologies plus sérieuses plutôt que des résultats qui lui conviennent.

L’échantillonnage dit "en boule de neige" ne mène à rien. Si je veux savoir qui est le candidat le plus susceptible de gagner la prochaine élection, je ne vais pas me contenter de demander à mes amis et proches qui ils soutiennent. Je ne vais pas non plus collaborer à un sondage qui pratique la réclame pour attirer les sondés. Ce que je vais rechercher, c’est un échantillon aléatoire tel que ceux qu’utilisent les grands instituts de sondage ou organismes de recherche.

Un autre motif de scepticisme fondé est que les participants à l’étude ACHESS — des parents qui rendent compte de la vie de leurs enfants — sont très conscients de l’importance politique de l’objet de l’étude, au point qu’un nombre indéterminé d’entre eux ont certainement souhaité y participer pour cette raison. De ce fait, on peut difficilement se fier à leurs commentaires non contrôlés, au vu du risque de "biais de désirabilité sociale", c’est-à-dire la tendance à se présenter (ou plutôt ici à présenter ses enfants) sous un jour plus favorable que la réalité pour y gagner une meilleure image dans la société. Je le répète, il est impossible d’évaluer précisément le poids d’un tel biais dans l’étude telle qu’elle a été conduite. Mais je pense que la tentation de peindre une image positive de la situation est forte, au sein de cet échantillon auto-sélectionné  et sur un sujet de société aussi sensible. (Au final, les différences entre les éléments fournis par les parents ACHESS et ceux de la population en général sont plus limitées — en gros de 3 à 6 pour cent — que ce à quoi je m’attendais.)

Le scepticisme que peut susciter l’étude ACHESS est une raison de plus, dans ce domaine, de conduire une étude aléatoire qui ne prétende pas afficher le début de ses conclusions avant de se livrer au travail de terrain. C’est précisément pourquoi l’étude que j’ai moi-même coordonnée, l’Étude sur les nouvelles structures familiales (NFSS), a choisi d’interroger les enfants une fois parvenus à l’âge adulte, laissant ainsi les parents hors circuit pour bénéficier d’un témoignage plus direct ; de ne pas dévoiler nos motivations dans le titre de l’étude ou dans le questionnaire de qualification ; et enfin de sélectionner des participants de façon aléatoire au sein d’un large échantillon représentatif de la population. Si vous suivez l’actualité sur ces questions, vous savez probablement que le rapport final de mon étude — qui se fondait sur 248 répondants ayant grandis, selon leur dire, dans une famille homoparentale — et la réponse aux critiques que j’ai faite trois mois après la publication du rapport sont parvenus à des conclusions bien différentes de celles de l’étude ACHESS.

De nouvelles technologies de procréation

Il faut préciser que l’étude ACHESS porte sur un nombre important d’enfants nés selon de nouvelles méthodes : 80% de ceux ayant des parents féminins ont fait l’objet d’un recours à une insémination à domicile ou à une assistance médicalisée à la procréation (PMA), et 82% de ceux ayant des parents masculins sont passés par une gestation par autrui (GPA). Notre étude NFSS portait sur une génération d’enfants antérieure, à une époque où la PMA et la GPA étaient rares. Cela dit, aucune information sérieuse sur la diffusion de ces nouvelles techniques de procréation au sein des couples homosexuels dans les pays occidentaux, notamment les États-Unis et l’Australie, n’est disponible.

D’ailleurs, la plupart des enfants nés à l’aide de la PMA ou de la GPA se distinguent d’emblée des 99% de ceux pour lesquels ces techniques n’ont pas utilisées – et il n’y a pas besoin de conduire d’étude pour le constater – par l’importance des dépenses occasionnées par leur conception et leur acquisition. C’est un aspect qui fait figure d’exception par rapport à l’expérience du couple moyen, qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel. En d’autres termes, parmi les familles de l’échantillon ACHESS, il y a eu très peu de grossesses non planifiées. Dans cette étude, comme dans la plupart de ce qui s’exprime publiquement concernant le mouvement pour le mariage homosexuel, ce sont les vécus de ceux qui constituent en quelque sorte « l’élite LGBT » qui sont livrés au public. Les cas de familles plus modestes, plus ordinaires sont passés sous silence.

Que savons-nous vraiment de l'homoparentalité ?

On pourrait conclure de toutes ces réserves justifiées que la plupart des études menées dans ce domaine sont irrémédiablement biaisées. Ce n’est pas le cas. Les chercheurs s’accordent sur toute une série de conclusions concernant les familles homoparentales et le sort des enfants qui en font partie. Quelles sont-elles ?

– L’homoparentalité est un mode familial peu répandu. Moins de 2% des Américains en relèvent. Parmi les couples homosexuels qui désirent des enfants, le groupe le plus à même de recourir aux techniques de procréation assistée —les femmes blanches de niveau d’éducation élevé — est en réalité celui qui est le moins intéressé par la procréation.

– Les enfants profitent toujours plus d’un environnement familial stable. Dans la cohorte concernée par l’étude NFSS, la stabilité était le plus souvent absente de l’environnement familial des enfants adultes interrogés. C’est pourquoi leur vécu était (en moyenne) plus problématique que celui de leurs homologues ayant un père et une mère mariés. Certains critiques ont argué qu’une telle comparaison était "injuste". Mais si la réalité est elle-même injuste, les chercheurs en sociologie ne peuvent pas y faire grand-chose.

Je tire une satisfaction de ce que les polémiques relatives aux données de l’étude NFSS aient finalement débouché sur un large consensus autour d’une observation simple : le divorce et autres bouleversements familiaux, notamment rangés sous l’appellation de "recomposition familiale" nuisent aux enfants jusque dans leurs années d’adulte. Ce consensus n’a pas toujours existé dans le monde des spécialistes du mariage et de la famille.

La question est donc : à l’avenir, les couples homosexuels seront-ils plus ou moins stables qu’aujourd’hui ? Un fait établi, d’une part, c’est que les relations homosexuelles sont, de manière générale, plus fragiles que les relations hétérosexuelles (mais pour être honnête, tous les couples ont du mal ces temps-ci). On peut s’interroger sur les raisons de cette différence, mais elle existe. Il est néanmoins trop tôt pour savoir si cette différence perdurera avec l’arrivée du mariage homosexuel ; le nombre de mariages célébrés est en effet encore faible et concerne, de surcroît, ceux qui en attendaient la possibilité le plus impatiemment et sont les plus susceptibles de durer.

D’autre part, la nature "planifiée" des nouvelles formes d’homoparentalité (ex. : PMA) dénote sans doute une réflexion plus poussée (et des moyens financiers plus importants) que dans le cas de la plupart des grossesses non planifiées, alors même que ces naissances par PMA et GPA distendent la relation de parenté, dans la mesure où une des parties prenantes n’est pas le parent biologique de l’enfant. Dans le cadre des études sur la parentalité, niveau de vie et niveau de planification élevés sont des avantages, tandis que la distension de la relation parentale est un risque.

Il n’est pas encore établi que la planification parentale est devenue normale au sein des couples homosexuels. Je n’en suis pas convaincu moi-même. Mais il fait peu de doutes que l’archétype de l’homoparentalité, aujourd’hui, est celui de la mère lesbienne trentenaire de catégorie socio-professionnelle supérieure et de sa partenaire, élevant un enfant plutôt bien intégré conçu par PMA. D’une certaine façon, cela répond à la demande générale, celle des sociologues, des juges, des médias, qui souhaitent avoir une image relativement claire et apaisée de cette nouvelle forme de parenté. L’étude ACHESS a certainement satisfait cette demande… au prix d’une distorsion de la réalité de l’homoparentalité moyenne, comme l’atteste l’étude NFSS.

J’en ai eu un témoignage clair en discutant récemment avec un confrère de l’Université du Colorado. Il me disait que lui et sa famille avaient pour voisine une femme — une mère — qui avait eu successivement trois partenaires homosexuelles au cours des ans. En diverses occasions, lorsqu’il lui arrivait de jouer avec ses enfants dans son jardin, il avait pu remarquer le fils de cette voisine qui les observait depuis son propre jardin. Sa mère en avait été témoin et avait confié à mon confrère, "franchement, je fais de mon mieux".

Si les enseignements de l’étude NFSS sur l’instabilité familiale ne sont pas significatives de l’avenir de l’homoparentalité en Amérique, on doit s’attendre à ce que de tels témoignages d’un certain désarroi se raréfient à mesure que l’homoparentalité gagnera en stabilité et en efficacité, jusqu’à éventuellement dépasser la parenté hétérosexuelle classique. Mais je suis suffisamment bien placé pour savoir que la réalité des situations n’évolue pas aussi vite que les perceptions et attitudes concernant les familles homoparentales.

Je me demande parfois pourquoi je prends le temps d’exprimer de telles préoccupations. Dans ma courte expérience de la chose judiciaire, j’ai vu le Juge de la cour fédérale de district Bernard Friedman décrédibiliser mon étude NFSS et d’autres analyses américaines et canadiennes effectuées à partir de données incontestables issues du recensement, et préférer se donner une image "branchée" en piétinant de façon polémique nos arguments plutôt qu’en y répondant. Dans un pays qui semble de plus en plus abaisser son niveau culturel et intellectuel à celui d’une grande école primaire, les faits et arguments ne semblent plus autant importer. En tout cas beaucoup moins que les adhésions idéologiques.

Certaines parties de cet article ont été reprises et adaptées par l’auteur à partir d’un billet de blog et d’une contribution à la National Review Online.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

07.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

05.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
dōseikekkon
- 23/07/2014 - 17:24
Instabilité, vraiment ? (2/2)
En 2011 des démographes d'UCLA ont utilisé les statistiques de l'état-civil des états américains où le mariage est possible pour les couples de même sexe (Massachusetts, Californie, Connecticut, etc.), ou bien des formes atténuées (partenariat civil), et ont calculé le taux de dissolution des couples de même sexe⁶.
…
Ils ont trouvé que ces taux sont *légèrement inférieurs* à ceux des couples HF(donc les couples de même sexe y apparaissent comme au moins *aussi stables* que les couples HF) !
…
▼“In the states with available data,
dissolution rates for same-sex couples
are slightly lower on average than
divorce rates of different-sex couples.
…
The percentage of those same sex couples
who end their legal relationship ranges
from 0% to 1.8% annually, or 1.1% on
average, whereas 2% of married
different-sex couples divorce annually.”▲
…
⁶ http://williamsinstitute.law.ucla.edu/wp-content/uploads/Badgett-Herman-Marriage-Dissolution-Nov-2011.pdf
dōseikekkon
- 23/07/2014 - 17:24
Instabilité, vraiment ? (1/2)
Regnerus écrit : « Un fait établi, d’une
part, c’est que les relations
homosexuelles sont, de manière générale,
plus fragiles que les relations
hétérosexuelles »
et se réfère à l'article récent de Michael Rosenfeld, un démographe de Stanford, pour appuyer ses dires.
…
Or la lecture de cet article nous explique que, en général et y compris chez les couples hétérosexuels, le mariage dure plus longtemps que le concubinage. En revanche, selon Rosenfeld, si l'on contrôle la variable ‘mariage4 dans les deux populations (couples homos/hétéros) on ne trouve aucune différence !
…
▼“while same-sex couples in the US are
more likely to break up than
heterosexual couples (Hypothesis 1), the
difference in couple longevity is
explained by the lower rate of marriage
among same-sex couples.
Once marriage (and marriage-like unions)
are controlled for, same-sex couples and
heterosexual couples have statistically
indistinguishable rates of break-up”▲
…
C'est le contraire, donc, de ce qu'affirme Regnerus.
dōseikekkon
- 23/07/2014 - 05:11
Incrédulité (4)
Exemple de dialogue⁵ :
« COOPER : Après avoir passé au crible
15 000 personnes, vous n'en avez trouvé
que 2 à avoir été élevées depuis la
naissance par un couple de même sexe.
Est-ce exact ?
REGNERUS : c'est correct. »
(p. 15)

Alors que, dans le présent article, Regnerus ose à nouveau prétendre :
« (…) mon étude — qui se fondait sur 248
répondants ayant grandi, selon leur
dire, dans une famille homoparentale »

Comme quoi, selon que l'on s'exprime dans la presse ou devant un juge, on a des vérités à géométrie variable…

(Depuis cette débâcle, les opposants à l'homoparentalité – en Utah, par exemple – semblent avoir décidé de se passer désormais de ses services.)
 
________________
¹ http://www.asanet.org/documents/ASA/pdfs/12-144_307_Amicus_%20(C_%20Gottlieb)_ASA_Same-Sex_Marriage.pdf
² http://www.apa.org/about/offices/ogc/amicus/windsor-us.pdf
³ http://americanindependent.com/218834/goal-of-ut-parenting-study-was-to-influence-scotus-decisions-on-gay-marriage-docs-show
⁴ http://www.utexas.edu/cola/depts/sociology/news/7572
⁵ http://www.scribd.com/doc/211060684/Day-6-Part-1-of-3-Tuesday-March-4