En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Fauda" : devant l’engouement pour la fiction israélienne sur la scène internationale, focus sur Fauda (= Le Chaos)

il y a 53 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 1 heure 25 min
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 2 heures 39 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 5 heures 9 sec
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 6 heures 42 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 6 heures 47 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie à vendre" de Yukio Mishima : un inédit jubilatoire de Mishima

il y a 1 heure 13 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 1 heure 45 min
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 4 heures 15 min
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 5 heures 22 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 8 heures 27 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 13 heures 23 min
Carnet d'un fou du foot

France-Allemagne, de 1982 à 2014 : Séville, le syndrome d’une génération...

Publié le 03 juillet 2014
Il y a 32 ans, l'Allemagne brisait le destin de l'équipe de France en demi-finale de Coupe du monde. Un traumatisme qui ressurgit désormais alors que les deux pays vont (enfin) se retrouver...
Vincent Roger est Conseiller du 4ème arrondissement de Paris et conseiller régional d'Ile-de-France.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Roger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Roger est Conseiller du 4ème arrondissement de Paris et conseiller régional d'Ile-de-France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 32 ans, l'Allemagne brisait le destin de l'équipe de France en demi-finale de Coupe du monde. Un traumatisme qui ressurgit désormais alors que les deux pays vont (enfin) se retrouver...

France-Allemagne, 32 ans après... Cette demi-finale de la Coupe du Monde 82 fait la une de tous vos journaux, envahit vos écrans télé, et est même retransmis en intégralité sur une grande radio. Connaissez-vous un événement sportif qui, 30 ans plus tard, suscite encore tant d’émois ? Nos parents se souviennent de l’endroit où ils étaient le jour où l’homme marcha sur la Lune ; les quadras de mon espèce n’ont pas oublié le lieu où ils regardèrent France-Allemagne. Cette soirée hante nos mémoires tant elle fut un condensé d’émotions. Ce soir-là, c’est plus qu’un match qui se déroula à Séville sur la pelouse du stade Ramon-Sanchez-Pizjua : c’est le rendez-vous d’une génération, son symbole voire pire son syndrome !

La veille du match, dans un château andalou, l’Alcazar del rei don Pedro, Michel Hidalgo, sélectionneur des bleus, avait posé le décor : « Si on doit mourir, ce sera d’une belle mort ». La fin tragique de la rencontre fut au-delà de ses espérances : ce match fut au football ce que l’œuvre de Racine est à la dramaturgie. Ce France-Allemagne a été une succession de coups de théâtre. Chaque instant fut un événement. Il n’y eut aucun temps mort mais la mort roda. « J’ai cru que Patrick était mort » déclara Platini en parlant de « l’attentat » – non sanctionné par l’arbitre – de Schumacher sur Battiston. Chaque équipe chercha le coup de grâce, à l’image d’un Manuel Amoros qui tira sur la barre… à la 90’. Les prolongations furent l’avant-dernier acte de ce drame. Après deux buts extraordinaires de Trésor et de Giresse, la France menait 3 à 1 Il ne restait plus que 20’ de jeu pour aller au Paradis de la finale : l’enfer fut au rendez-vous ! 

Le football, quand il est au sommet de son art, prend des allures de rencontre imaginaire entre Kasparov et Noureev. Incontestablement, ce duel franco-allemand associa le ballet à la partie d’échecs. A Séville, Hidalgo fut le chorégraphe ; son homologue allemand Jupp Derval fit échec et mat. Son coaching durant les prolongations détermina la fin. L’entrée de Rummenigge, pourtant blessé, permit à l’Allemagne de marquer par deux fois et d’égaliser. La séance des pénaltys constitua le dernier acte de cet incroyable scénario : son dénouement fut fatal aux Français. Et c’est à ce moment qu’ils rentrèrent dans l’histoire...

Dans la nuit du 8 au 9 juillet, le comédien Francis Huster écrivit une lettre sublime à Michel Platini. Cette missive illustre ce que ressentit tout un peuple en général et en particulier ma génération. Extrait : « Nom de dieu, Michel, tu te rends pas compte ou quoi ? Ce pourquoi Cyrano, Molière, Jean Moulin en France, mais aussi dans le monde entier, des soldats, des médecins, des artistes, des sportifs, des inconnus sont morts : le panache. Contre la brute aveugle, contre la bêtise de la force, contre la masse des muscle sans faille, vous avez jailli avec poésie, votre imagination, votre intelligence, votre inspiration, et tu sais quoi Michel, votre humilité. » Tout est dit !

Ce match confina au sublime parce qu’il incarna une aventure romantique. Il en glorifia ainsi la défaite. Footballistiquement parlant, le France-Brésil de 1986, quart de finale du Mondial mexicain, fut aussi intense que ce France-Allemagne : malgré tout, il n’en eut pas le même retentissement. Pour une raison simple : la France l’emporta (également aux tirs au but). « La défaite est plus intelligente, on pourrait passer sa vie à la méditer » a écrit l’académicien Jean-Marie Rouart. C’est un mystère français – un mal ? – nous préférons sublimer les grognards de Waterloo à ceux d’Austerlitz. Notre pays s’aime romantique. Enfin il s’aimait ainsi...

C’est tout le paradoxe de ce match. Il fut d’une part un acte de bravoure et d’autre part signifia la fin du romantisme à la française. Platini expliquait récemment que « Michel Hidalgo avait une façon romantique de concevoir le jeu, presque idéologique ». Après Séville, le jeu français ne fut plus le même : il s’italianisa. Il y eut moins de poésie et plus de « catenaccio » (verrouillage) : la France en domina l’Europe deux ans plus tard. Le passage de Platini de l’AS Saint-Etienne à la Juventus de Turin constitua un acte fondateur de cette évolution. Ce transfert ouvrit le football français à la mondialisation. Au lendemain de cette demi-finale, le football français n’allait jamais plus être le même, à la fois dans son organisation et dans son style de jeu. Séville est au football français d’aujourd’hui, ce que furent les Etats-Généraux pour le Tiers état : une prise de conscience pour faire la révolution.

Mais si ce match est à part dans notre inconscient collectif, c’est aussi qu’au fil des ans, la date du 8 juillet est apparue comme un marqueur générationnel. Ce match n’est pas qu’une affaire de ballon rond,  il est devenu avec le temps un repère sociologique.

Si ce France-Allemagne cogne encore et toujours dans nos têtes, c’est aussi parce que nous autres gamins à l’époque comprirent que l’injustice pouvait triompher. « Nous, à Séville, nous apprîmes l’immoralité » écrivit début juin, Benoit Hopquin, grand reporter au Monde, dans un remarquable papier consacré à ce match.   

Ce match marqua également dans le marbre de l’inconscient français la fin des années 70, la fin de la dolce vita à la française. Avec retard la France prit, au même moment, acte du décès des « Trente Glorieuses ». Sans le savoir, les adolescents que nous étions s’apprêtaient à être, bien malgré nous, les acteurs et les victimes des « Trente Piteuses » pour reprendre l’expression de l’économiste Nicolas Baverez. Notre génération allait connaître ses premiers émois sexuels avec l’apparition du Sida alors que nos parents avaient été les bénéficiaires de la libération des mœurs. Elle allait également devoir vivre avec le chômage de masse alors que la France d’après-guerre n’avait connu que le plein emploi. Séville apparaît comme un briseur de rêve : ce match symbolise, sans doute malgré lui, la fin d’une époque. Il fut un élément déclencheur pour percevoir que les décennies à venir allaient être tout sauf romanesques. Selon l’écrivain Philippe Delerm, après ce match, « on a enterré les rêves de 68 ». Changement de paradigme, cette rencontre fut le cimetière de beaucoup d’illusions françaises. Sur le plan footballistique avant tout, mais le 9 juillet 1982 au matin, la France qui un an auparavant s’était donnée à François Mitterrand, prit progressivement conscience qu’il fallait retourner à la réalité. Quelques mois plus tard, le vieux sage du Morvan opéra le tournant de la rigueur.

Pour en revenir au football, rien qu’au football, le journaliste Pierre-Louis Basse dédia en 2005 son  époustouflant ouvrage « Séville 82, France-Allemagne : le match du siècle » à « ceux qui ont perdu le sommeil, le 8 juillet 1982 ». Formons le vœu que demain nous le retrouvions... La différence entre Michel Hidalgo et Didier Deschamps réside que pour ce dernier, « seule la victoire est belle » ! Pas si simple…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Solon92
- 03/07/2014 - 18:40
Très bon article mais...
...une petite erreur qui a son importance, dans le scénario final : après les buts de Trésor et Giresse pendant la première prolongation, la France mène 3-1 évidemment, pas 2-0 !