En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 8 heures 1 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 9 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 14 heures 39 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 38 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 12 heures 13 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 13 heures 11 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
En voie de disparition

Café en danger : la production mondiale menacée par le dérèglement climatique et par un champignon meurtrier

Publié le 09 juin 2014
2012-2013 a été marquée par une grave épidémie de rouille orangée, causée par le champignon Hemileia vastatrix, qui s'attaque aux feuilles de caféier. Une menace pour la production de café, aggravée par le réchauffement climatique qui pourrait provoquer la disparition de l'Arabica.
Jacques Avelino est un phytopathologiste du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) basé au Costa Rica, au CATIE (Centro Agronómico Tropical de Investigación y Enseñanza). Il conduit des recherches en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Avelino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Avelino est un phytopathologiste du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) basé au Costa Rica, au CATIE (Centro Agronómico Tropical de Investigación y Enseñanza). Il conduit des recherches en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
2012-2013 a été marquée par une grave épidémie de rouille orangée, causée par le champignon Hemileia vastatrix, qui s'attaque aux feuilles de caféier. Une menace pour la production de café, aggravée par le réchauffement climatique qui pourrait provoquer la disparition de l'Arabica.

Atlantico : 499 millions de dollars : c'est le montant estimé des pertes dans la production de café en Amérique centrale. En cause : le parasite Hemileia vastatrix qui s'attaque aux feuilles de caféier, nuisant ainsi au mécanisme de photosynthèse. D'où provient-il ? Quels sont les moyens de lutter efficacement contre lui ? 

Jacques AvelinoL'épidémie de rouille orangée de 2012 a été sûrement la plus sévère de toute l'histoire de la caféiculture centraméricaine. Les pertes sont encore difficiles à estimer, car l'impact de cette épidémie va s'étendre sur plusieurs années: 2012-13 évidemment, mais aussi 2013-14 et 2014-15 car les plants fortement défoliés en 2012-13 ont été taillés et ne reproduiront normalement qu'en 2015-16. Les pertes pourraient être supérieures à celles annoncées. 

La rouille orangée est présente dans tous les pays producteurs. Seuls Hawai et l'Australie semblent encore libres de la maladie. L'origine du pathogène, un champignon, est l'Afrique de l'Est où il a coévolué avec le caféier Arabica, originaire aussi de cette région. La première grande épidémie a eu lieu à Ceylan, ancien nom du Sri Lanka, en 1869. On pense que la rouille s'est propagée en profitant de l'expansion de l'Empire britannique qui a favorisé les échanges de biens et personnes, et de plantes et de leurs pathogènes. Le champignon a rapidement envahi toute l'Asie. Il a atteint l'ouest de l'Afrique plus tardivement. L'Angola n'a été touché qu'en 1966. Puis, il est détecté au Brésil en 1970. On pense que les alizées ont permis la dispersion du pathogène de l'Afrique vers l'Amérique. Le champignon a été détecté pour la première fois en Amérique centrale, au Nicaragua, en 1976. Depuis, plusieurs épidémies sévères ont eu lieu, en 1989-90 au Costa Rica, en 1994-95 au Nicaragua, en 2002-03 au Salvador, en 2008-11 en Colombie, puis en 2012-2013 dans toute l'Amérique centrale, y compris le Mexique, et en 2013 au Pérou et Equateur. Toutes ces fortes épidémies ont eu des déterminants climatiques, mais pas seulement. La gestion des parcelles est aussi en cause. Quand les cours du café sont à la baisse ou quand les intrants augmentent, en définitive quand la rentabilité diminue (ce qui s'est passé en 2012  et 2013), immédiatement la gestion des parcelles s'affaiblit (moins de fertilisants, moins de traitements en général) ce qui les met dans un état de fragilité face aux aléas.

Il est assez facile de lutter contre ce champignon. Il y a des molécules chimiques très efficaces comme les triazoles ou les strobilurines. Les fongicides cupriques aussi fonctionnent bien. Et on n'a pas besoin de pulvériser de nombreuses fois: trois fois dans l'année suffisent très souvent ; rien à voir avec les dizaines de traitements annuels que l'on applique chez les fruitiers ou chez la banane. Encore faut-il que les traitements soient appliqués au bon moment, c'est à dire de façon préventive, avant même que la maladie ne soit visible. Il y a aussi des génotypes résistants. Cependant, environ 90 % du parc caféier centraméricain est encore composé de matériels sensibles. Le remplacement variétal est toujours une tâche compliquée. Ca l'est encore plus quand il s'agit d'une culture pérenne comme le café qui ne commence à produire de façon normale que 2 à 3 ans après la plantation, une période pendant laquelle il n'y a pas de revenus. Très difficile pour la plupart des petits producteurs de la région.

Le changement climatique renforce les effets dévastateurs de l'Hemileia vastatrix, en contribuant à sa propagation à travers d'autres régions. Selon National Geographic, ce double phénomène pourrait réduire de 2/5 la production de café en Amérique centrale, l'un des premiers producteurs de café au monde. Quelles conséquences concrètement sur notre consommation de café quotidienne ? Comment anticiper cette tendance annoncée ? L'innovation pourrait-elle envisager de nouveaux modes de production de café évitant ces désagréments d'ordre climatique ?

Les premières estimations faisaient état de pertes d'environ 20 % pour l'année 2012-13, et au minimum du même pourcentage pour la récolte 2013-14 (toujours en relation avec l'épidémie 2012). Il paraît assez clair aujourd'hui que l'augmentation des températures en 2012, jointe à la chute des cours (30%), ont conduit au développement d'une épidémie hors norme. L'augmentation des températures a réduit la durée du cycle de vie du champignon ce qui a permis à l'épidémie de croître très rapidement. La baisse de rentabilité de la caféiculture centraméricaine a conduit les producteurs à en faire moins que d'habitude. Et puis, il faut reconnaître que la rouille n'était pas crainte par le secteur café. Personne n'avait imaginé qu'elle pouvait créer des épidémies de cette ampleur.

L'Amérique centrale produit environ 15% de la production mondiale. Cela reste assez peu. Le développement du café en Asie, particulièrement en Chine, peut facilement compenser la diminution de production de la région. Mais le pays qui fait le prix du café, c'est le Brésil, premier producteur mondial, et de loin. C'est ce qui se passe au Brésil qui est donc important. La production du Brésil allait en grandissant ces dernières années. Mais la sécheresse qui a lieu en ce moment a réduit fortement les estimations de production pour cette année, ce qui a eu comme effet une augmentation des cours. 

Au niveau du consommateur, ce qu'il faut savoir, c'est que sur le prix d'une tasse servie dans un café (disons 1.5 euros, mais plutôt plus), la part de la matière première ne représente que quelques centimes. Pas sûr donc qu'il y ait un énorme impact sur les prix au consommateur. Mais, je ne suis pas économiste...

On compte beaucoup sur l'innovation pour mieux affronter le changement climatique: sélection variétale (résistance à la sécheresse, aux fortes températures), mais aussi systèmes de culture (agroforesterie, les températures sont régulées sous ombrage) ou encore sytèmes d'avertissement, ou techniques pour récupérer l'eau de pluie, réduire l'érosion etc...

Outre ces conséquences sur la consommation, la propagation de l'Hemileia vastatrix favorisée par le changement climatique est également à l'origine de nombreuses pertes d'emplois, chiffrées en centaine de milliers, dans des pays déjà en difficultés économiques (République dominicaine, Honduras, Guatémala, Nicaragua, etc.). Quelles réponses peuvent apporter ces pays pour protéger tous ces emplois dépendants de la production de café, et avec eux leur économie ?

Il y a assez peu d'aides. Et ces aides sont essentiellement orientées vers les producteurs. Le Costa Rica a créé un fonds fiduciaire de 40 M de $ pour aider les producteurs qui produisent moins de 4 600 kg de café marchand, des producteurs qui doivent avoir moins de 5 ha à peu près.  Les  ouvriers agricoles, eux n'ont rien, à ma connaissance. Les récolteurs (la récolte du café se fait à la main) du Costa Rica sont essentiellement Nicaraguayens ou Panaméens. Le problème est donc pour le Nicaragua ou le Panama ! Dans des Etats faibles comme ceux d'Amérique centrale, où la protection sociale est très limitée, je crois que le seul moyen de faire face à cette crise sociale est de relancer la caféiculture de ces pays. Mais il y aura forcément une période de 2-3 ans difficile. 

Le réchauffement climatique, quant à lui, menace la production d'Arabica : la production pourrait être réduite de 2/3 d'ici 2080 (étude du Royal Britanic Gardens, 2012). Ces phénomènes d'ordre climatique vont-ils nous contraindre à changer entièrement nos habitudes alimentaires ? 

En fait, si l'on se base uniquement sur des critères climatiques, effectivement le café Arabica pourrait pratiquement disparaître. Cela dit, il faut savoir que l'Arabica est une plante qui peut se cultiver dans une grande gamme de températures. Au Costa Rica, on le cultive entre 600 y 2 000 m d'altitude pratiquement. C'est sûr qu'à 600 m, c'est plus difficile, et cela sera encore plus dur à l'avenir, mais si les prix du café sont bons, on peut faire les investissements nécessaires pour produire et gagner encore sa vie. L'évolution des cours est donc aussi un point qu'il faut considérer pour comprendre comment évoluera la caféiculture. Les critères climatiques ne sont pas suffisants à mon sens. Et si l'innovation suit, on aura du café pour un bon bout de temps encore. Ca n'est que ma perception personnelle évidemment. C'est un peu comme lire dans une boule de cristal....

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires