En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 28 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 30 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 21 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 38 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 59 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 53 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 55 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 23 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 22 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 58 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 55 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Et vices versa

10 jours après le pseudo-séisme des Européennes, la classe politique française retombe dans ses pires travers, François Hollande en tête

Publié le 04 juin 2014
François Hollande a retenu une leçon des Européennes : il faut agir… sauf qu’il le fait en se jetant dans une réforme bâclée.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a retenu une leçon des Européennes : il faut agir… sauf qu’il le fait en se jetant dans une réforme bâclée.

Soyons réalistes : s'il suffisait de quelques lois et décrets pour résoudre la crise en France, ce serait peut-être déjà fait. Et s'il suffisait de donner de la voix pour incarner une opposition crédible, l'UMP se porterait mieux.

Mais voilà, jusqu'à présent François Hollande n'a pas su trouver la bonne réponse à l'inexorable progression du chômage ni à l'inquiétante montée du Front national qui revendique désormais le titre de premier parti de France. Quant à l'UMP, elle n'a pas, selon l'aveu de François Fillon devant ses troupes de Force Républicaine, su "mettre à profit sa période d'opposition pour renouveler (ses) nos logiciels (...) mettre au clair de nouvelles convictions, de nouvelles idées et incarner une alternative solide (... ) qui plus est, sur fond de disputes fratricides et de coups tordus". Constat certes lucide, mais d'ici à ce que l'UMP, si elle survit à sa crise interne, retrouve la confiance des Français, il coulera de l'eau sous les ponts.

L'initiative et l'action étant du ressort du pouvoir, en attendant les effets bénéfiques pour l'emploi que sont censés produire le pacte de responsabilité et les crédits d'impôts accordés aux entreprises, François Hollande a décidé d'occuper le terrain politique avec la réforme territoriale, la réduction du millefeuille administratif , soit "la troisième grande réforme du quinquennat avec la réduction des déficits et l'effort de compétitivité des entreprises", selon le porte-parole du Parti socialiste. Un vaste chantier assurément, puisque la dernière grande réforme date de 1960 ,c'est-à-dire de l'époque du Général de Gaulle. Une initiative qui fait hurler le Front de gauche et que les Verts jugent "déconnectée" de la réalité. A l'inverse pour le PS, une réforme qui pourrait faire remonter la cote présidentielle, puisque les instituts de sondages nous enseignent qu'elle est populaire auprès des Français. Mais un chantier qui passe au-dessus de la tête des mêmes Français. Car, passées les railleries provoquées par les récits surréalistes sur la laborieuse élaboration de la future carte des régions, passé le petit jeu de la question autour du nom de ces futurs ensembles, c'est à des plaintes éplorées sur les "mariages forcés" et à des luttes de pouvoir que l'on va assister au cours des prochains mois. Tout cela sur fond de manoeuvres d'appareils. Bien sûr on évoquera l'intérêt général, on critiquera ( c'est déjà largement commencé ), la logique géographique et économique de la future carte ; tellement peu logique d'ailleurs que Manuel Valls a dû laisser entendre qu'elle pourrait être amendée. Mais tout cela ressemble furieusement à un combat de survie, car les élus locaux, joliment qualifiés de "confrérie des immobiles" par un défenseur de la réforme, n'ont aucune envie de se faire hara- kiri et d'être mangés sur l'autel de la réforme territoriale. Toujours optimiste, François Hollande veut les prendre de vitesse et espère que les textes seront votés d'ici la fin de l'année. Pour gagner la partie, il a nommé Thierry Mandon secrétaire d'Etat en charge de la Réforme de l'Etat et de la Simplification. Co-auteur d'un rapport sur ce sujet, celui-ci, lorsqu'il était encore député de l'Essonne, avait évalué à cinq ans minimum le temps qu'il faudrait pour finaliser une réformer territoriale ; en admettant que celle-ci commence à devenir effective au début de 2015, le quinquennat s'achèvera en plein chantier... Que fera alors le successeur de François Hollande qu'actuellement personne ne voit réélu pour un second mandat ? Le centriste Jean-Christophe Lagarde prédit que si la réforme est adoptée, elle ne tiendra pas trois ans.

A moins qu'elle ne devienne irréversible d'ici là. Car du côté de l'UMP, on est plus dans la guerre de tranchées que dans le débat sur les futurs échelons locaux. Pour l'heure, nul ne sait si le triumvirat composé des trois anciens Premiers ministres va survivre et pouvoir se mettre au travail pour organiser le congrès refondateur, car il est contesté par les proches de Jean-François Copé et de Nicolas Sarkozy  :"On est dans un juridisme à deux balles" déplore un membre du bureau politique qui prédit que "si le triumvirat n'arrive pas à travailler, l'UMP explosera" . Il faudra sans doute clarifier les choses par un nouveau vote au bureau politique du parti la semaine prochaine. En attendant, François Fillon attaque : "Des millions d'euros détournés… c'est cela la politique ? La fin justifie les moyens ? On peut mentir, tricher, détourner l'argent des adhérents et des sympathisants et prétendre représenter la France et les Français ? Non !" On attend maintenant la salve retour du camp Copé. La préparation de l'alternance, ce n'est pas pour maintenant !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 04/06/2014 - 16:27
Et pendant ce temps la,
TAUBIRA retourne les couteaux dans les plaies des victimes de nos chances pour la France. Les plages marseillaises sont encore plus voilées que les plages mahométanes, et vogue la galère !
Au titre de la formation professionnelle, nos policiers devraient demander des stages de tir avec armes de toutes catégories, dans tous les cas de figure, ils n'iront plus en prison, une séance de repentir ou d'eux devraient êtres suffisantes.
winnie
- 04/06/2014 - 11:32
du Hollande tout cracher!
Une reforme sans en etre une, tout en faisant semblant de reformer pour penser faire plaisir aux gens et sans choquer ses copains de gauche, bref une annerie de plus!
vangog
- 04/06/2014 - 09:19
Mais il est vraiment C... ce Flamby!
Il faisait sa réforme territoriale un mois après être arrivé au pouvoir, en 2012, et il n'aurait pas fallu six mois (même pour des gauchistes lents et bornés) pour mettre en place ses régions à faveurs...
Mais non!
À la place, il nous pond des réformes sociétales contre-nature et essentiellement dirigées vers sa. Clientèle électorale minoritaire, activistes homosexuels et écologistes...
Nul!
Il croyait peut-être qu'en favorisant des minorités électorales, il allait séduire les Français qui n'avaient voté pour lui?
Il n'a fait que perdre ses soutiens ultra-gauchistes et socialistes non sectaires (oui, oui, cela existe!...).
Comment réformer efficacement après un tel sabordage?
En plus il fait des rassemblements contre-nature avec la super-région de la très niaise Royale, en évitant les unions logiques et saines:
Bretagne et pays de la Loire, Nord et Picardie, Poitou-Charente et Languedoc, PACA et Corse ( une façon de cesser de subventionner ce territoire à fonds perdus et de le responsabiliser...)