En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 13 heures 53 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 24 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 18 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 22 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 24 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 13 heures 42 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 14 heures 41 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 19 heures 49 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 20 heures 27 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 20 heures 57 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 19 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 22 heures 3 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 22 heures 33 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 23 heures 6 min
Bonnes feuilles

Afrique, Moyen-Orient, Caucase : les erreurs stratégiques des dirigeants français face aux conflits

Publié le 25 mai 2014
Extrait de "Carnet de guerres et de crises, 2011-2013", de Jean-Bernard Pinatel, publié aux éditions Lavauzelle (2/2).
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Extrait de "Carnet de guerres et de crises, 2011-2013", de Jean-Bernard Pinatel, publié aux éditions Lavauzelle (2/2).

Il s’agit ici, à travers des chroniques de guerres, de crises et d’analyses de dossiers brûlants, de proposer le regard d’un officier parachutiste, homme de terrain et de réflexion, sans concession aux partis.

Ces articles mettent en lumière le contexte géopolitique et stratégique de ces événements qui sont autant de facteurs déterminants de l’évolution des relations internationales, de la sécurité et du développement économique de la France et de l’Europe. Ils s’attachent à souligner la notion d’ « intérêts permanents » au-delà de toute réaction émotionnelle qui, bien souvent en démocratie, entache le jugement et les décisions des responsables politiques soumis à la pression des médias et des opinions publiques.

Ce concept « d’intérêts permanents »  a été popularisée par Benjamin Disraeli qui reprochait en 1852 au premier ministre britannique Robert Peel « de ne donner pour base ni à sa politique ni à la vie de son parti aucun principe élevé et permanent, de mettre sa gloire dans l’habileté des compromis et dans le succès d’expédients temporaires, au lieu de la placer en des idées largement conçues, franchement proclamées et fidèlement pratiquées » [1].  Un siècle et demi plus tard, cette critique conserve toute son actualité pour résumer les reproches qui sont faits à la gouvernance du chef de l’Etat.

Retour sur trois années d’analyses géopolitiques

Les années 2011-2013 ont été marquées par une évolution majeure du contexte international qui concerne directement la sécurité et le développement économique de la France et de l’Europe.

De nombreux conflits et crises se sont développés dans notre environnement stratégique. Ils ont révélé des modifications importantes des rapports de force et d’influence dans le Monde.

Ils ont notamment mis en lumière trois évolutions négatives pour notre sécurité dans les régions (Afrique, Moyen-Orient, Caucase) qui les déterminent.  La montée en puissance de l’islamisme radical s’est accélérée. Le désengagement américain de ces régions, initié après l’élection du Président Obama, s’est poursuivi permettant à la Russie, historiquement présente dans ces régions, d’y faire un retour en force et à la Chine de s’y introduire patiemment, poussée par l’impératif de sécuriser ses voies d’approvisionnement en énergie et en matières premières. Le suivisme et la passivité des dirigeants européens face à ces évolutions ont mis en lumière et ont confirmé l’incapacité de l’Europe à définir et à mettre en œuvre une politique étrangère et de défense conforme à ses intérêts.

A l’inverse, les dirigeants français ont démontré leur volonté de ne pas subir ces événements et de maintenir l’influence de la France dans cette partie du monde.  Mais ils ont commis de graves erreurs stratégiques car ils ont souvent réagi émotionnellement aux évènements qui s’y produisaient et sous l’influence des lobbies américains et israéliens, sans encadrer leur action par une analyse géopolitique et stratégique des intérêts à long terme de la France.

Les Etats-Unis, en effet, ont clairement montré dans cette période qu’ils ne veulent plus être, sans compter, les seuls gendarmes du Monde et qu’ils concentrent désormais leurs efforts diplomatiques et militaires dans le Pacifique et l’Asie, préoccupés par la montée en puissance chinoise.

La Chine, de son coté, en Asie, n’hésite plus à se confronter directement aux pays qu’elle considère appartenir à sa zone d’intérêt économique et d’influence. Dans cette période, la tension s’est accrue entre la Chine et ses voisins (Brunei, Japon, Malaisie, Philippines, Taïwan, Vietnam) à propos du partage des zones économiques maritimes[2] et notamment de l’archipel inhabité dénommé Diaoyu par la Chine et appelé Senkaku par le Japon qui commande l’accès des SNLE[3] chinois aux eaux profondes du Pacifique.

En Asie centrale et au Moyen-Orient, profitant du repli américain, la Chine a accentué son effort de pénétration économique en particulier au Pakistan, en Iran et en Irak, guidée par l’objectif stratégique  d’éviter les détroits d’Ormutz et de Malacca et de sécuriser une partie de son approvisionnement énergétique en l’acheminant par voie terrestre.

En Afrique, où elle poursuit son expansion économique, elle devient, désormais,  partie prenante des règlements politiques des crises qui s’y déroulent comme c’est le cas actuellement au Sud Soudan où elle possède d’importants intérêts pétroliers.

Dans ce contexte de repli américain et de montée en puissance de la Chine, les années 2011-2013 ont été le théâtre de grands bouleversements dans le monde arabe.

Sur la côte méditerranéenne de l’Afrique, les révoltes bourgeoises en Tunisie ou en Egypte face à la prédation économique des familles régnantes et la révolte de la Cyrénaïque, qui a toujours été en conflit avec la Tripolitaine sur laquelle s’appuyait le pouvoir de Kadhafi, ont pu faire croire aux leaders politiques occidentaux, mal conseillés par des idéologues sans réelle expertise, qu’un « printemps arabe » était en marche.  Cette généralisation était en grande partie inexacte car les situations révolutionnaires étaient profondément différentes dans chaque pays. Aussi, les mouvements laïques et spontanés ont vite été dépassés par des mouvements islamiques mieux organisés et financés directement ou indirectement par les monarchies du golfe.

Au Moyen-Orient, à l’affrontement historique et géopolitique entre l’Arabie Saoudite et l’Iran qui contrôlent les deux rives du Golfe Persique et les détroits d’Ormutz, s’est superposée progressivement une guerre civile confessionnelle entre sunnites et chiites. L’Arabie Saoudite et le Qatar ont cru longtemps pouvoir manipuler les organisations de l’islamisme radical (salafistes et frères musulmans) en finançant largement leurs actions et poursuivre ainsi, indirectement au travers d’elles, leur affrontement géopolitique traditionnel[4]. Mais ces organisations se sont progressivement émancipées de la tutelle de leurs sponsors et poursuivent désormais leurs propres objectifs. Petit à petit elles ont supplanté les mouvements révolutionnaires laïques tant sur le terrain des affrontements armés comme en Syrie que dans le combat politique comme en Tunisie et en Egypte.

Ces groupes djihadistes qui déclarent combattre au nom de l’Islam sont eux-mêmes composés de forces d’origine très disparates, aux objectifs souvent divergents comme cela a été démontré au Sahel (AQMI, MUJAO, Ansar Dine, MLA), en Irak/Syrie (EIIL[5] , FIS) ou dans le Caucase (Emirat du Caucase[6], confréries soufies).

Leur montée en puissance a pris à contrepied François Hollande et la diplomatie française qui a cru naïvement voir dans « les printemps arabes »  l’éclosion pérenne d’une voie démocratique laïque et respectueuse des droits de l’homme mais qui à ce jour n’apparaît  plus possible à moyen terme qu’en Tunisie, déjà très avancée dans cette voie avant sa révolution.

Ainsi, par idéologie, manque de culture géopolitique et sous l’influence d’intérêts particuliers, les dirigeants français ont pris des positions partisanes dans cette région du monde qui ont écarté la France d’un règlement de la crise syrienne et du dossier du nucléaire iranien. Bien plus, ils ont permis à la Russie de Poutine de prendre notre place traditionnelle de médiateur dans cette région et de nous ôter la possibilité de peser sur le règlement de ces crises  en ouvrant la porte à une négociation directe Poutine-Obama.

De plus, alors que le rôle direct ou indirect[7] de l’Arabie Saoudite (soutien aux organisations salafistes partout dans le monde) et du Qatar (soutien aux frères musulmans en Tunisie, Egypte, Cisjordanie, Syrie) dans la déstabilisation des pouvoirs en place et dans l’aide aux forces révolutionnaires était connu de tous les experts, François Hollande s’est engagé ouvertement à leurs côtés pour des raisons mercantiles de court terme[8] mettant gravement en cause notre sécurité et nos intérêts.

Il a ainsi renforcé considérablement la probabilité d’occurrence d’un risque de représailles sur notre territoire et contre nos expatriés des éléments extrémistes de toutes les parties en présence et notamment des djihadistes français[9] qui n’ont pu qu’être encouragés et légitimés par ses déclarations guerrières : les uns voulant nous punir pour une action médiatiquement proclamée mais peu effective sur le terrain, les autres pour le soutien politique et militaire affiché à leurs adversaires.

De même, la répugnance que la majorité des Français éprouve envers le négationnisme et l’antisémitisme a poussé nos dirigeants, dont certains possèdent des liens particuliers avec Israël, à se faire les complices du sionisme qui implante des colonies illégales en Cisjordanie au mépris de toutes les résolutions onusiennes. Ils ont contribué ainsi à nous ranger dans le sillage de la politique extérieure israélienne qui a besoin de maintenir un état permanent de tension au Moyen-Orient pour justifier sa politique de colonisation, facteur principal du blocage de tout  règlement du problème israélo-palestinien.

Enfin, l’incapacité des leaders européens à définir une position au Moyen-Orient commune avec la Russie concernant la Syrie,  l’Iran  et le conflit israélo-palestinien a contribué à aggraver la guerre civile confessionnelle en Syrie, à la diffuser en Irak et à maintenir ouverte la plaie israélo-palestinienne,  source et prétexte du terrorisme contemporain.

En Afrique, comme dans les années 70 sous la Présidence du Président Carter, la France a été confrontée à un contexte politico-militaire caractérisé par les réticences d’Obama, prix Nobel de la Paix, à engager ses forces armées dans un nouveau conflit, à une diplomatie européenne lente ou rendue impuissante par l’absence de vision commune sur les menaces et les moyens d’y faire face et à des armées africaines sans valeur militaire, exceptée celle du Tchad. La France dont l’influence diplomatique dans le monde est en partie liée à l’appui diplomatique qu’elle a toujours réussi à obtenir de ses anciennes colonies, s’est trouvée ainsi, à son corps défendant, en première ligne face à la montée des périls sur ce continent, caractérisé par la déstabilisation islamique dans le Sahel et les crises politiques et ethniques en Côte-D'ivoire et en Centre-Afrique.

Seul fait positif, porteur d’avenir de cette période, dans des contextes stratégiques très différents (Afghanistan, Libye, Mali, Centrafrique), l’Armée française a démontré qu’elle avait conservé des valeurs militaires, une capacité opérationnelle et un savoir-faire  qui ont étonné les observateurs étrangers même si des doutes légitimes s’expriment à moyen terme sur leur maintien à ce niveau du fait des réductions budgétaires et des choix effectués par le gouvernement actuel.



[1] «  L'Angleterre n'a pas d'amis ou d'ennemis permanents, elle n'a que des intérêts permanents. » http://www.revuedesdeuxmondes.fr/archive/article.php?code=68545

[2] Les zones économiques autour des archipels des îles Spratleys, des îles Paracels, des îles Pratas, du récif de Scarborough et du banc Macclesfield riches en diverses ressources dont des hydrocarbures

[3] Sous-marins Nucléaires Lanceurs d’Engins

[4] Un récent décret du Roi Abdallah stipule que tout engagement dans une organisation extrémiste sera désormais passible de 5 à 30 ans de prison. Ce décret constitue l’aveu que, d’une part, le Royaume finançait les djihadistes ce qu’il n’avait jamais reconnu et, que, d’autre part, les organisations djihadistes sont devenues assez puissantes pour se libérer de la tutelle du Royaume et se passer de son financement  et poursuivent désormais leur propres buts.

[5] L’Etat Islamique en Irak et au Levant qui a pris en décembre 2013 le contrôle de la ville de Faloudja et d’une partie de la ville de Ramadi en Irak

[6] L'organisation terroriste internationale Al-Qaïda considère le Caucase russe comme partie intégrante d'un "califat islamique" qu'elle souhaite implanter en Asie et en Afrique du nord, a annoncé mardi le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev. (http://fr.ria.ru/russia/20101005/187564388.html)

[7] Au travers des familles les plus riches

[8] Le Moyen-Orient est revenu en 2013, la principale zone d’exportations d’armement de la France

[9] Plusieurs centaines de djihadistes français sont partis combattre en Syrie. Il est difficile d’évaluer quel effet d’entrainement ont eu les déclarations va-t’en guerre des dirigeants français qui n’ont pas été suivi d’effet sur le terrain. « Au cours de ces deux dernières années, un peu moins d’une centaine de citoyens américains se sont rendus en Syrie pour combattre le régime de Bachar al-Assad. Ce qui nous inquiète le plus est leur retour aux Etats-Unis » a déclaré à TTU n°918 DU 22/01/2014 un « Legal attaché » du FBI en poste dans une capitale européenne. « En effet, d’après nos services, certains d’entre eux auraient été recrutés, radicalisés et instrumentés par des groupes islamistes de la mouvance Al-Qaïda ».

Extrait de "Carnet de guerres et de crises, 2011-2013", de  Jean-Bernard Pinatel, publié aux éditions Lavauzelle, 2014. Pour acheter ce live, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 25/05/2014 - 12:24
Les fautes stratégiques françaises
Excellent article. Le récent décret du Roi d'Arabie est en effet un aveu implicite, bienvenu quoique tardif.
Mais cela ne saurait laisser oublier nos naïvetés: printemps arabe, Libye, la cour faite au Qatar, l'incapacité à nouer un dialogue avec la Russie afin de la ramener vers l'Europe (encore que nous ne soyons pas seuls dans cette myopie). Et le Général Pinatel a bien raison d'en citer d'autres sans les épuiser toutes.