En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 5 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 1 heure 43 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 25 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 10 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 25 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 52 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 21 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 4 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 9 heures 34 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Mensualisation des salaires : pourquoi il est aberrant d'être payé en fin de mois

Publié le 24 mai 2014
La France est-elle condamnée à subir la domination de la Chine et des pays émergents ? Doit-elle se résoudre au déclin de son économie ? Ce n'est pas l'avis de Xavier Louy, qui dresse ici un inventaire passionnant du potentiel industriel de notre pays en passant en revue les nombreuses filières et les entreprises françaises qui font la course en tête. Extrait de "Parions France !", de Xavier Louy, publié aux éditions le Cherche-Midi (1/2).
Xavier Louy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du cabinet du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas à l’animation du réseau des « 100 plus beaux détours de France » en passant par la Sécurité routière, des responsabilités locales, en qualité de maire-adjoint de Sarlat, et douze années à la direction...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France est-elle condamnée à subir la domination de la Chine et des pays émergents ? Doit-elle se résoudre au déclin de son économie ? Ce n'est pas l'avis de Xavier Louy, qui dresse ici un inventaire passionnant du potentiel industriel de notre pays en passant en revue les nombreuses filières et les entreprises françaises qui font la course en tête. Extrait de "Parions France !", de Xavier Louy, publié aux éditions le Cherche-Midi (1/2).

À cet égard, il faut revenir sur la question de la mensualisation des salaires, instituée par Georges Pompidou après l’élection présidentielle de 1969 et qui avait été saluée comme une avancée sociale.

À première vue, il est vrai que le versement d’un salaire mensuel est apparu comme un progrès par rapport à la situation précédente où nombre de travailleurs étaient payés à la journée, à la semaine, voire à la tâche !

Mais concrètement, et on peut s’étonner que les syndicats n’aient pas réagi à cela, les foyers ont dû dès lors attendre la fin du mois pour percevoir une rentrée financière alors qu’auparavant elle tombait chaque jour ou chaque semaine.

Comme dans le même temps de très nombreuses dépenses du foyer doivent être payées d’avance, on se retrouve avec plus de 20 % des familles françaises qui ont des comptes courants dans le rouge et des découverts répétés qui génèrent des intérêts proches de l’usure – autour de 18 % – au bénéfice des établissements bancaires !

Au fait, qu’est-ce qui justifie qu’on doive payer son loyer en début de mois, surtout après avoir versé des cautions représentant généralement deux mois d’avance ? Il en va de même pour d’autres prestations comme les contrats d’assurance auto ou habitation payables un an à l’avance ! Et cela vaut encore pour divers abonnements : EDF, téléphone, Internet…

Bref, il y a un décalage qui frise ici l’iniquité et qui traduit au bout du compte un manque évident de respect pour la valeur travail.

Et ce décalage va à l’encontre du souci actuel de relancer la consommation des ménages, ce que provoquerait indubitablement le versement des salaires en début de mois ou même le versement d’un acompte vers le 15.

La solution préconisée est claire : soit la loi revoit le principe du paiement anticipé de ces diverses prestations : loyers, assurances, abonnements divers ; soit on verse les salaires en début de mois ou à tout le moins des acomptes après quinze jours ; soit on aménage un mixte des deux afin de faire coïncider dans le temps les dépenses et les rémunérations, même si cela doit mécontenter les banques…

Rendre les banques aux déposants

Il est vrai qu’elles n’ont pas bonne presse auprès de nos concitoyens et il faudrait pourtant trouver le moyen de réconcilier les Français avec leurs banquiers tant la défiance qui existait antérieurement s’est accentuée avec l’occurrence de la crise financière de 2008.

Pour y contribuer, on pourrait utilement s’inspirer d’une démarche similaire à celle que nous préconisons pour les entreprises et basée sur la transparence et sur le partage équitable des plus-values d’actifs.

Concrètement, nous proposons de rendre les clients copropriétaires de leurs banques. On sait aujourd’hui qu’il existe des établissements qui rémunèrent les dépôts tout en apportant les services habituels. C’est reconnaître clairement que ce sont bien les clients de la banque qui lui permettent, par leurs dépôts mais aussi par le jeu de la différence des taux – comme on vient de le voir pour les découverts – et par des mécanismes techniques comme les dates de valeur, non seulement de réaliser de substantiels bénéfices comme le révèlent les bilans annuels, mais plus encore d’augmenter leur capital dans le même temps où se multiplient les guichets et les acquisitions immobilières.

Il n’y aurait donc rien de choquant à redistribuer une part du bénéfice ou de la revalorisation des actifs aux clients les plus importants et les plus réguliers dans leurs dépôts après déduction du prix des services, qui font en général l’objet d’un prélèvement automatique, peu discutable au demeurant. Un tel calcul est aujourd’hui facilité par la complète informatisation du système bancaire. Et le mécanisme mis en place vaudrait autant pour les comptes des particuliers que pour ceux des entreprises.

Que chaque année des milliers de clients se voient attribuer une ou plusieurs actions, dont le nominal aura été divisé pour faciliter l’opération, commencera à modifier le rapport de confiance en responsabilisant les uns et les autres et en donnant un meilleur accès aux comptes de ces établissements à l’exemple des relations établies avec ses actionnaires par une société comme Air liquide.

Extrait de "Parions France !", de Xavier Louy, publié aux éditions le Cherche-Midi, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Grwfsywash
- 24/05/2014 - 14:36
L'argent mis en banque n'est plus notre propriété
Il semble que nous sommes nombreux à ignorer que l'argent mis en banque n'est plus notre propriété, dès lors que nous "prêtons" en fait notre argent aux banques.
Ce prêt est "gratuit" parce que de nombreuses banques considèrent que la gestion du compte et la fourniture d'un certain nombre de services est la "rémunération" due au client et qu'il peuvent donc se dispenser de payer des intérêts.
Il y a cependant d'autres pratiques dans le monde bancaire
A titre d'example, mon compte courant voit son encours rétribué d'un intérêt graduel qui varie de 1% à 3%, dans la limite d'un plafonnement de l'encours à 25000€. Il faut aussi noter que je paye 2.5€ mensuel de tenue de compte. Cela me laisse avec près d'une quarantaine d'euros de plus chaque mois.
Trop de gens ignorent qu'ils sont au travers de leur comptes les supports de la machine économique et ne semble pas faire le rapport entre leurs encours et les milliards dont nous parlent les économistes et les politiques.
C'est dommage, car s'ils le faisaient, cela changerait littéralement la donne.