En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Bonnes feuilles

Pourquoi les surdoués font souvent preuve de bêtise

Publié le 24 mai 2014
Et s’il fallait non pas considérer les aptitudes supérieures des "surdoués" mais plutôt se demander ce qui inhibe l’intelligence "normale" ? Et s’il n’y avait pas de "dons" particuliers, mais un type de positionnement psychique, un certain rapport au monde, qui produirait des résultats remarquables sans relever pour autant d’une faculté cérébrale ? En bout de ligne, que signifie vraiment "être intelligent" ? Extrait de "Intelligents, trop intelligents", de Carlos Tinoco, publié aux éditions JC Lattès (1/2).
Carlos Tinoco est normalien, agrégé de philosophie, enseignant et psychanalyste. À l’âge de dix ans, il a intégré l’un des premiers centres en France dédiés aux enfants dits « précoces » : Jeunes Vocations artistiques, scientifiques et littéraires. Père...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carlos Tinoco
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carlos Tinoco est normalien, agrégé de philosophie, enseignant et psychanalyste. À l’âge de dix ans, il a intégré l’un des premiers centres en France dédiés aux enfants dits « précoces » : Jeunes Vocations artistiques, scientifiques et littéraires. Père...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et s’il fallait non pas considérer les aptitudes supérieures des "surdoués" mais plutôt se demander ce qui inhibe l’intelligence "normale" ? Et s’il n’y avait pas de "dons" particuliers, mais un type de positionnement psychique, un certain rapport au monde, qui produirait des résultats remarquables sans relever pour autant d’une faculté cérébrale ? En bout de ligne, que signifie vraiment "être intelligent" ? Extrait de "Intelligents, trop intelligents", de Carlos Tinoco, publié aux éditions JC Lattès (1/2).

Définir un espace de solutions, s’il n’est pas donné explicitement par l’énoncé, est une étape indispensable du travail de réflexion. C’est vrai pour l’énigme des neuf points, c’est vrai pour n’importe quel problème que nous avons à résoudre dans la vie quotidienne. La réalité qui se présente à nous est toujours trop complexe, trop riche en informations. Il faut commencer par opérer un tri entre ce que nous garderons comme matériau de réflexion et ce que nous négligerons (en théorie de l’information, cela s’appelle : éliminer le bruit). Si quelqu’un s’interroge sur les raisons pour lesquelles il est anxieux depuis quelque temps, il ne passera pas en revue, un à un, tous les détails récents de son existence (tout ce qu’il a mangé, tous les gestes qu’il a accomplis, etc.). Il va commencer par supposer que son anxiété vient d’un ou de plusieurs champs bien délimités : par exemple, sa vie professionnelle ou sa vie familiale. Puis il va encore restreindre ces champs à ce qui lui semble de nature à provoquer une anxiété : son travail avance- t-il correctement ? Est- il inquiet pour ceux qu’il aime ? Se sent- il toujours aimé par eux ?

Je pose parfois le problème des neuf points à mes élèves, pour les faire réfléchir sur leur intelligence et tenter de les aider à voir plus clair dans ce qui est souvent une source de complexes douloureux. Ce que je trace à la hâte au tableau, ce ne sont pas neuf points bien alignés formant un carré. Ce sont des croix plus ou moins malhabiles, plus ou moins alignées. Mais mes élèves négligent aussitôt ce côté brouillon pour y voir le carré. Et puis, bien sûr, ils supposent que la ligne brisée doit se construire sur le plan du tableau (que le problème est donc en deux dimensions), et, même si je ne l’ai pas précisé, que nous sommes dans le cadre de la géométrie euclidienne. Même ceux qui aiment la science- fiction et qui rêvent de trous dans l’espacetemps qui permettraient de joindre des points d’une autre manière, vont immédiatement admettre qu’ici ce n’est pas le propos.

Cela les conduit donc, non seulement à faire un tri entre les informations, mais aussi à en rajouter ! Car il ne s’agit pas seulement de relever celles qui sont pertinentes et celles qu’on peut négliger, il faut aussi les articuler de manière logique pour déboucher sur un véritable espace de solutions. Affronter un problème, c’est d’abord y mettre de l’ordre, introduire un certain nombre de suppositions sur le type de réponse qui peut être trouvé. Cela vaut pour tout le monde, pas seulement pour les « surdoués ».

Par exemple, lorsqu’un professeur soumet un problème à ses élèves, ceux- ci font jouer, sans même s’en rendre compte, une très grande quantité de données implicites dans leur réflexion : que le problème possède une solution ; que cette solution doit pouvoir être trouvée avec ce que le professeur a déjà indiqué dans son cours ; que le souci du professeur n’est pas de mettre ses élèves dans l’embarras mais de les aider à progresser, etc. Cela paraît trivial, mais implique déjà tout un cadre de réflexion qui interdit radicalement de trouver la réponse de certaines énigmes. Par exemple, toutes celles qui contiennent un piège et qui supposent, non pas qu’on trouve la solution, mais qu’on parvienne à démontrer pourquoi il ne peut pas y en avoir (et qui deviendraient soudain plus simples à résoudre si elles étaient soumises par un individu notoirement pervers, dont le but évident est de piéger ses interlocuteurs !).

En tant que professeur de philosophie, ce cadre présupposé est l’un des pires obstacles que j’ai à affronter pour enseigner à mes élèves comment construire une dissertation. Car disserter implique que l’on admette la chose suivante : les questions qui constituent la réflexion philosophique (et la réflexion de toutes les disciplines où la dissertation peut être légitimement appliquée – histoire, lettres, économie, etc.) sont en général tellement complexes que personne, pas même le professeur, n’en connaît la réponse. Ce n’est qu’en partant de là qu’on peut entrer de plain- pied dans cette forme de pensée sans laquelle l’exercice de la dissertation n’a aucun sens. Je m’acharne, je passe du temps à tenter d’en convaincre mes élèves. Mais supposer que je leur soumets une question dont je ne possède pas moi- même la réponse et qu’elle n’est trouvable, telle quelle, ni dans mon cours, ni sur Internet, ni dans aucun ouvrage, renverse toutes les habitudes intellectuelles prises à l’école, et, pour beaucoup, c’est impossible. À la fin de l’année, après un ultime devoir avant leurs examens, il y en a toujours un qui vient, avec un grand sourire, me demander : « Qu’est- ce qu’il fallait répondre ? »

Cet élève, qui n’a rien compris à tout ce que j’ai tenté de transmettre, ne fait pas preuve pour autant de bêtise, au sens usuel du terme. Au contraire, il manifeste ainsi qu’il a parfaitement saisi plusieurs choses : la logique de l’institution bien sûr, mais pas seulement. Il a aussi depuis longtemps admis que ce qu’un individu demande explicitement (notamment un professeur) ne correspond pas toujours (et même assez rarement) à ce qu’il veut vraiment. C’est pourquoi il a pu m’entendre toute l’année expliquer que je ne possédais pas les réponses sans que cela ébranle sa conviction. Et le pire dans tout cela ? C’est qu’il a raison : pour la plupart des examens, il existe effectivement une réponse toute faite, qui, si elle ne suscite pas l’enthousiasme des correcteurs, est une garantie de succès. Quelle que soit la sincérité du professeur, la logique dominante de l’institution l’emporte nécessairement. Prendre des chemins de traverse, c’est- à- dire sortir du cadre est toujours ardu.

Extrait de "Intelligents, trop intelligents",  de Carlos Tinoco, publié aux éditions JC Lattès, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

06.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 24/05/2014 - 18:20
Réponse d’un lycéen du temps jadis
Mais si, mon bon Monsieur : le pauvre garçon qui vous demande : « Qu’est-ce qu’il fallait répondre ? » a parfaitement compris, sinon ce-que-vous-avez-tenté-de-transmettre, au moins sa malheureuse situation d’élève de terminale, obligé de passer cet examen appelé baccalauréat et dont plusieurs épreuves relèvent du bizutage. Dans les matières scientifiques, normalement, il n’y a en principe qu’une réponse juste ; en philosophie on entend les divers pontifes pontifiants se traiter les uns les autres d’imbéciles, et il se pourrait bien que tous aient raison à la fois. Comme le candidat ignore quelle sera l’opinion de celui qui le corrigera, il essaie de ne rien dire de façon trop catégorique et d’éviter seulement une note éliminatoire, en espérant pouvoir se rattraper dans les matières plus sérieuses. Je pense que vous bifferez de rouge cette réaction et inscrirez en marge : « Vous répondez à côté du sujet ! » Ne vous gênez pas, c’était une appréciation que j’avais l’habitude de recevoir au temps de mes dissertations.
2bout
- 24/05/2014 - 14:21
Très intéressante démonstration,
un peu longue dans son début mais éclairante dans sa conclusion. L'intelligence pourrait être plus que l'édiction d'une formulation souhaitée, l'exploration de pistes inexploitées.
ELLENEUQ
- 24/05/2014 - 14:09
C'est tout simple !
Parce que les sous-doués ne comprennent pas ce qui est intelligent !