En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Bonnes feuilles

Pourquoi les surdoués font souvent preuve de bêtise

Publié le 24 mai 2014
Et s’il fallait non pas considérer les aptitudes supérieures des "surdoués" mais plutôt se demander ce qui inhibe l’intelligence "normale" ? Et s’il n’y avait pas de "dons" particuliers, mais un type de positionnement psychique, un certain rapport au monde, qui produirait des résultats remarquables sans relever pour autant d’une faculté cérébrale ? En bout de ligne, que signifie vraiment "être intelligent" ? Extrait de "Intelligents, trop intelligents", de Carlos Tinoco, publié aux éditions JC Lattès (1/2).
Carlos Tinoco est normalien, agrégé de philosophie, enseignant et psychanalyste. À l’âge de dix ans, il a intégré l’un des premiers centres en France dédiés aux enfants dits « précoces » : Jeunes Vocations artistiques, scientifiques et littéraires. Père...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carlos Tinoco
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carlos Tinoco est normalien, agrégé de philosophie, enseignant et psychanalyste. À l’âge de dix ans, il a intégré l’un des premiers centres en France dédiés aux enfants dits « précoces » : Jeunes Vocations artistiques, scientifiques et littéraires. Père...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et s’il fallait non pas considérer les aptitudes supérieures des "surdoués" mais plutôt se demander ce qui inhibe l’intelligence "normale" ? Et s’il n’y avait pas de "dons" particuliers, mais un type de positionnement psychique, un certain rapport au monde, qui produirait des résultats remarquables sans relever pour autant d’une faculté cérébrale ? En bout de ligne, que signifie vraiment "être intelligent" ? Extrait de "Intelligents, trop intelligents", de Carlos Tinoco, publié aux éditions JC Lattès (1/2).

Définir un espace de solutions, s’il n’est pas donné explicitement par l’énoncé, est une étape indispensable du travail de réflexion. C’est vrai pour l’énigme des neuf points, c’est vrai pour n’importe quel problème que nous avons à résoudre dans la vie quotidienne. La réalité qui se présente à nous est toujours trop complexe, trop riche en informations. Il faut commencer par opérer un tri entre ce que nous garderons comme matériau de réflexion et ce que nous négligerons (en théorie de l’information, cela s’appelle : éliminer le bruit). Si quelqu’un s’interroge sur les raisons pour lesquelles il est anxieux depuis quelque temps, il ne passera pas en revue, un à un, tous les détails récents de son existence (tout ce qu’il a mangé, tous les gestes qu’il a accomplis, etc.). Il va commencer par supposer que son anxiété vient d’un ou de plusieurs champs bien délimités : par exemple, sa vie professionnelle ou sa vie familiale. Puis il va encore restreindre ces champs à ce qui lui semble de nature à provoquer une anxiété : son travail avance- t-il correctement ? Est- il inquiet pour ceux qu’il aime ? Se sent- il toujours aimé par eux ?

Je pose parfois le problème des neuf points à mes élèves, pour les faire réfléchir sur leur intelligence et tenter de les aider à voir plus clair dans ce qui est souvent une source de complexes douloureux. Ce que je trace à la hâte au tableau, ce ne sont pas neuf points bien alignés formant un carré. Ce sont des croix plus ou moins malhabiles, plus ou moins alignées. Mais mes élèves négligent aussitôt ce côté brouillon pour y voir le carré. Et puis, bien sûr, ils supposent que la ligne brisée doit se construire sur le plan du tableau (que le problème est donc en deux dimensions), et, même si je ne l’ai pas précisé, que nous sommes dans le cadre de la géométrie euclidienne. Même ceux qui aiment la science- fiction et qui rêvent de trous dans l’espacetemps qui permettraient de joindre des points d’une autre manière, vont immédiatement admettre qu’ici ce n’est pas le propos.

Cela les conduit donc, non seulement à faire un tri entre les informations, mais aussi à en rajouter ! Car il ne s’agit pas seulement de relever celles qui sont pertinentes et celles qu’on peut négliger, il faut aussi les articuler de manière logique pour déboucher sur un véritable espace de solutions. Affronter un problème, c’est d’abord y mettre de l’ordre, introduire un certain nombre de suppositions sur le type de réponse qui peut être trouvé. Cela vaut pour tout le monde, pas seulement pour les « surdoués ».

Par exemple, lorsqu’un professeur soumet un problème à ses élèves, ceux- ci font jouer, sans même s’en rendre compte, une très grande quantité de données implicites dans leur réflexion : que le problème possède une solution ; que cette solution doit pouvoir être trouvée avec ce que le professeur a déjà indiqué dans son cours ; que le souci du professeur n’est pas de mettre ses élèves dans l’embarras mais de les aider à progresser, etc. Cela paraît trivial, mais implique déjà tout un cadre de réflexion qui interdit radicalement de trouver la réponse de certaines énigmes. Par exemple, toutes celles qui contiennent un piège et qui supposent, non pas qu’on trouve la solution, mais qu’on parvienne à démontrer pourquoi il ne peut pas y en avoir (et qui deviendraient soudain plus simples à résoudre si elles étaient soumises par un individu notoirement pervers, dont le but évident est de piéger ses interlocuteurs !).

En tant que professeur de philosophie, ce cadre présupposé est l’un des pires obstacles que j’ai à affronter pour enseigner à mes élèves comment construire une dissertation. Car disserter implique que l’on admette la chose suivante : les questions qui constituent la réflexion philosophique (et la réflexion de toutes les disciplines où la dissertation peut être légitimement appliquée – histoire, lettres, économie, etc.) sont en général tellement complexes que personne, pas même le professeur, n’en connaît la réponse. Ce n’est qu’en partant de là qu’on peut entrer de plain- pied dans cette forme de pensée sans laquelle l’exercice de la dissertation n’a aucun sens. Je m’acharne, je passe du temps à tenter d’en convaincre mes élèves. Mais supposer que je leur soumets une question dont je ne possède pas moi- même la réponse et qu’elle n’est trouvable, telle quelle, ni dans mon cours, ni sur Internet, ni dans aucun ouvrage, renverse toutes les habitudes intellectuelles prises à l’école, et, pour beaucoup, c’est impossible. À la fin de l’année, après un ultime devoir avant leurs examens, il y en a toujours un qui vient, avec un grand sourire, me demander : « Qu’est- ce qu’il fallait répondre ? »

Cet élève, qui n’a rien compris à tout ce que j’ai tenté de transmettre, ne fait pas preuve pour autant de bêtise, au sens usuel du terme. Au contraire, il manifeste ainsi qu’il a parfaitement saisi plusieurs choses : la logique de l’institution bien sûr, mais pas seulement. Il a aussi depuis longtemps admis que ce qu’un individu demande explicitement (notamment un professeur) ne correspond pas toujours (et même assez rarement) à ce qu’il veut vraiment. C’est pourquoi il a pu m’entendre toute l’année expliquer que je ne possédais pas les réponses sans que cela ébranle sa conviction. Et le pire dans tout cela ? C’est qu’il a raison : pour la plupart des examens, il existe effectivement une réponse toute faite, qui, si elle ne suscite pas l’enthousiasme des correcteurs, est une garantie de succès. Quelle que soit la sincérité du professeur, la logique dominante de l’institution l’emporte nécessairement. Prendre des chemins de traverse, c’est- à- dire sortir du cadre est toujours ardu.

Extrait de "Intelligents, trop intelligents",  de Carlos Tinoco, publié aux éditions JC Lattès, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

03.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 24/05/2014 - 18:20
Réponse d’un lycéen du temps jadis
Mais si, mon bon Monsieur : le pauvre garçon qui vous demande : « Qu’est-ce qu’il fallait répondre ? » a parfaitement compris, sinon ce-que-vous-avez-tenté-de-transmettre, au moins sa malheureuse situation d’élève de terminale, obligé de passer cet examen appelé baccalauréat et dont plusieurs épreuves relèvent du bizutage. Dans les matières scientifiques, normalement, il n’y a en principe qu’une réponse juste ; en philosophie on entend les divers pontifes pontifiants se traiter les uns les autres d’imbéciles, et il se pourrait bien que tous aient raison à la fois. Comme le candidat ignore quelle sera l’opinion de celui qui le corrigera, il essaie de ne rien dire de façon trop catégorique et d’éviter seulement une note éliminatoire, en espérant pouvoir se rattraper dans les matières plus sérieuses. Je pense que vous bifferez de rouge cette réaction et inscrirez en marge : « Vous répondez à côté du sujet ! » Ne vous gênez pas, c’était une appréciation que j’avais l’habitude de recevoir au temps de mes dissertations.
2bout
- 24/05/2014 - 14:21
Très intéressante démonstration,
un peu longue dans son début mais éclairante dans sa conclusion. L'intelligence pourrait être plus que l'édiction d'une formulation souhaitée, l'exploration de pistes inexploitées.
ELLENEUQ
- 24/05/2014 - 14:09
C'est tout simple !
Parce que les sous-doués ne comprennent pas ce qui est intelligent !