En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Macron skie français

03.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

04.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

05.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 1 heure 11 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 1 heure 38 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 2 heures 23 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 2 heures 42 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 3 heures 14 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 3 heures 55 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 14 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 15 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 16 heures 43 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 1 heure 18 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 1 heure 46 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 2 heures 30 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 4 heures 12 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 14 heures 56 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 15 heures 51 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 18 heures 5 sec
© Allo ciné
La comédie "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu" cartonne actuellement au cinéma.
© Allo ciné
La comédie "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu" cartonne actuellement au cinéma.
So French...

"Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu" et autres comédies françaises : les Français en pleine obsession pour leurs familles et tribus

Publié le 09 mai 2014
Plusieurs comédies françaises ont déboulé – avec un certain succès – sur les écrans ces dernières semaines. Une popularité et un mode de traitement des thèmes proposés qui donnent quelques indices sur le rapport que les Français entretiennent avec la notion de tribu ou de famille.
Clément Bosqué
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué est Agrégé d'anglais, formé à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers. Il dirige un établissement départemental de l'aide sociale à l'enfance. Il est l'auteur de chroniques sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs comédies françaises ont déboulé – avec un certain succès – sur les écrans ces dernières semaines. Une popularité et un mode de traitement des thèmes proposés qui donnent quelques indices sur le rapport que les Français entretiennent avec la notion de tribu ou de famille.

Comédies familiales à la française : scènes de genre

Barbecue nous présente ces cinquantenaires touchants, restés un peu jeunes hommes, la patte d’oie alerte, soucieux de plaire et pas mûrs encore pour la sagesse. Comme dans Le Cœur des hommes (Esposito, 2003), ils cultivent une masculinité sensible, à cœur ouvert. La grillade, le rosé, le petit pull parce qu’il fait frais : le décrochage champêtre rappelle Boccace (Décaméron), où le retrait à la campagne permet que d’autres choses se passent et se disent. Motif fréquent en cinéma français que celui de la maison de campagne, de préférence une campagne idéale, douceâtre, loin des "beaufs" des campings (Camping, F. Onteniente), et qu’on a pu voir chez Julie Delpy (Before Sunset), chez Bacri-Jaoui (Comme une image), ou même à la télévision avec "La parenthèse inattendue" (France 2).

Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? s’intéresse au sort de ceux que distinguent leur origine ou leur couleur de peau, au risque de les cantonner à une identité quelque peu étouffante. Pour les gendres juif, noir, arabe et chinois, confrontés aux beaux-parents sexagénaires BCBG, s’ouvre le boulevard de l’humour sur les différences ethniques et culturelles, déjà emprunté avec brio par des comiques biculturels tels que, chez nous et parmi d’autres, Djamel, Frédéric Chau (qui joue dans Qu’est-ce qu’on a fait…), dans le monde anglophone par le grand Russell Peters, etc.

Baby-sitting, de son côté, fait se rencontrer le trentenaire attardé et le chenapan insolent. L’occasion pour le premier, sous prétexte de garder le second, de retomber en enfance et d’en goûter à nouveau l’espièglerie et l’absolue insouciance.

Mais les ressemblances entre ces trois comédies frappent plus encore que les différences. Bien sûr, toute comédie repose sur un canevas bien connu. Étonnant, pourtant, comme la comédie française semble ressasser cette mise en scène de la famille, de la bande de copains, de la tribu – ses affres et recompositions. La comédie "familiale" en France n’est pas un vain mot : voilà de véritables "scènes de genre". Des productions "chorales" qui semblent être une marque de fabrique hexagonale : l’on songe à Alain Resnais, qui a bien exploité le filon ; dans un registre plus sombre, Arnaud Despleschin (dans, par exemple, Un conte de Noël), qui peint la famille dysfonctionnelle, cruelle, qui exclut, étiquette, et détruit.

A l’origine : le sentiment de la famille

La famille y apparaît comme un lieu où, bon an mal an, se fréquentent des générations différentes – générations que le marketing et la sociologie découpent en tranches, avec chacun sa culture et ses rites d’initiation.

Un phénomène qui n’a pas toujours prévalu. Philippe Ariès (1914-1984) montre comment, dans l’Ancien Régime, adultes et enfants partageaient les mêmes divertissements, les mêmes chants, les mêmes jeux. La famille médiévale n’existait pas. A l’image des mois de l’année, les "âges de la vie" se succédaient inexorablement pour l’individu, "aux divers moments de son destin" (L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien-Régime, Seuil, coll. Points, 1973). L’affaiblissement de l’État franc conduira la noblesse à une solidarité du "lignage", les paysans à celle du village.

Ce n’est qu’à la modernité, au XVIe et au XVIIe que se multiplient les scènes de genre qui – bouleversement ! – témoignent d’un "sentiment de la famille". C’est ainsi qu’on commence à représenter des familles réunies (jusque sur les bas-reliefs des tombes – vivants et défunts ensemble !). On doit à l’historien d’avoir montré comment ce sentiment de la famille avait "pénétré la piété commune" : le portrait de la "Sainte Famille" se laïcise, les prières sont dites en cercle privé, familial (le bénédicité)… la famille est "reconnue comme une valeur et exaltée". C’est à ce moment que "l’enfant" fait son apparition comme autre chose qu’un adulte en miniature.

Ces films français si typiques, si prévisibles (parfois si irritants) sont pleins d’enseignements sur notre âme collective. Même dépeintes dans leur fragilité, ces tribus familiales n’en révèlent que mieux la force du mythe qui les porte.

Des films qui fonctionnent comme de vraies "réunions de famille"

Eric Lavaine, réalisateur de Barbecue, ne s’en cache pas : ses acteurs sont devenus une véritable bande de copains, le tournage a eu lieu dans les Cévennes, lieu de vacances de son enfance… tout sent le film de vacances, l’album photo qu’on se ressert avec complaisance.

Chacun le sait : la famille est le lieu d’un récit : un récit qui, dans les familles réussies (c'est-à-dire où la polyphonie, voire le désaccord a sa place), se raconte à plusieurs voix, inlassablement, au dîner hebdomadaire. Ce récit qui, chez les familles éclatées, décomposées, éclate en dissonances qui – c’est pire que tout – s’ignorent.

La famille est le lieu où s’agrègent et se désagrègent les liens avec les autres : ceux qui ne sont pas du sang, les vieux amis, les récentes conquêtes ; ceux qui seront adoptés et les autres, malheureuses pièces à jamais "rapportées". Où les appartenances communautaires, parfois contraignantes, se relativisent au gré des alliances et des mélanges, comme dans Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ?

Tant il est évident que trouver sa place dans une famille, c’est aussi accepter d’endosser un rôle et de le jouer avec la meilleure grâce possible. Une réunion de famille est une pièce de théâtre éternellement à l’affiche, partiellement improvisée, largement écrite à l’avance et répétée mainte fois. Le rôle nous contraint mais permet de s’y exprimer. Tragédie fertile de cet éternel recommencement qui, quand le cadre mythique est suffisamment vivace, dynamique, permet au nouveau d’advenir. L’étranger a sa place parce qu’il a sa part dans un rituel commun.

A l’inverse, ces familles ou cercles d’amis frileux, arc-boutés sur un passé mythique, incapables d’accueillir parce qu’elles ne voient en l’autre, celui qui n’est pas du même sang, celui ou celle qui n’était pas là dès les premiers albums photo, un intrus autour duquel il convient d’ériger un cordon sanitaire. Et qui, nostalgique du nucleus originel, désespérément et stérilement cultivent le regret de l’unité perdue.

Il apparaît que ces comédies françaises, chacune à sa façon, jouent elles-mêmes le rôle de réunions de familles, en rassemblant autour d’un récit commun, en tendant un miroir à notre imaginaire collectif. Ces trois comédies du printemps reviennent à une conception peut-être plus tragique, au fond, que sentimentale, de la famille. Elles déploient une iconographie où le retour en arrière, ce qu’en grec ancien on appelle ἀνάληψις, est érigé en valeur ; où par conséquent le flashback n’est pas qu’un artifice de mise en scène (la technique du found footage dans Baby-sitting), mais une métaphore : on se repasse, littéralement, le film de nos potacheries, de nos bons moments et de nos engueulades. Entre amis… et en famille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
coucou.cmoi35
- 10/05/2014 - 03:09
Je boycotte d'office tous les films de propagande.
Relaxer le cerveau pour mieux lui implanter les instructions à suivre, voilà la raison des Hollywood.
ignace
- 09/05/2014 - 18:22
@biturige -Rien ne nous dit que les noirs, arabes, jaunes, verts
rouges.....voudraient faire partie de votre famille ou de la mienne
car chez eux aussi, il existe des Biturgie...donc rien est définitif
...cela ne vous semble t'il pas rassurant ?

Quant au film que je n'ai pas vu , toutes les personnes qui l'ont visionné , semblent avoir ri (comme vous dites..peut être qu'ils préfèrent en rire pendant le film que s'ils se retrouvaient dans les mêmes situations.... personnelles...)
Le seul qui peut me faire rire, mais que je n’apprécie pas du tout c'est Clavier (mais c'est mon probléme)
walküre
- 09/05/2014 - 14:16
Attends coco
Quand il va s'agir de polygamie, y'aura plus personne.