En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 23 min 28 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 25 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 6 heures 53 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 26 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 8 heures 52 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 28 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 25 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 18 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 3 heures 51 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 9 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 29 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 11 heures 44 min
© Reuters
Les pédophiles frappent autant les enfants de leur sexe que du sexe opposé.
© Reuters
Les pédophiles frappent autant les enfants de leur sexe que du sexe opposé.
Parité

Agressions sexuelles, les témoignages qui s'attaquent au mur du silence : oui forcer les garçons, ça arrive

Publié le 19 avril 2014
Avec
Selon une étude américaine, 43% des jeunes hommes d'âge secondaire ou universitaire confient avoir été contraints à une activité sexuelle non désirée. Les viols commis sur des hommes sont pourtant peu médiatisés.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boueilh est un ancien rugbyman. Il est le fondateur de "Colosse aux pieds d'argile", une association dont le but est de libérer la parole des victimes d'infractions sexuelles. Patrick Blachère est sexologue, psychologue et expert en criminologie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude américaine, 43% des jeunes hommes d'âge secondaire ou universitaire confient avoir été contraints à une activité sexuelle non désirée. Les viols commis sur des hommes sont pourtant peu médiatisés.
Avec

Atlantico : Aux Etats-Unis, une étude menée par Bryana French et l'Université du Missouri a révélé que 43% des jeunes hommes d'âge secondaire ou universitaire confient avoir été contraints à une activité sexuelle non désirée. Ce phénomène est-il récent ou est-ce uniquement aujourd'hui que les voix commencent à se faire entendre ? Pourquoi les infractions à caractère sexuel sur les hommes sont-elles moins évidentes dans l'esprit des gens ?

Sébastien Boueilh : Jusqu’ici personne n’en parlait tout simplement. Mais ce phénomène a en réalité toujours existé. Ceci dit, il y a peut-être un peu plus de pédophilie depuis l’arrivée d’Internet à cause des sites pédopornographiques. Selon l’Unicef, 750 000 prédateurs sexuels sont connectés dans le monde et agrémentent les quelques 4 millions de sites de la sorte de 200 nouvelles photos. Dans les histoires que j’ai pu écouter, toutes les agressions sur des hommes ont été commises par des hommes. On estime d’ailleurs à 1% les personnes attirées par les enfants, abstinents ou actifs. Et 5 à 10 % de ces personnes sont des femmes. Car on ne le sait pas forcément, mais oui, les femmes aussi peuvent être pédophiles. Par exemple, une des histoires qui m’a été rapportée est celle d’une enfant qui a été violée de sa naissance à l’âge de 4 ans par sa mère. Donc finalement, on n’est pas très éloigné du film Polisse, qui d’ailleurs est tiré d’histoires vraies.

Patrick Blachère :  Il faut distinguer les hommes victimes enfant et les hommes victimes adultes. Il n’y a aucune raison pour que les garçons ne soient pas autant victimes que les filles. Il faut savoir que les pédophiles peuvent être autant attirés par des enfants de sexe opposé que des enfants de même sexe. La plupart même sont statistiquement plus attirés par ces derniers. Une chose est sûre, on parle beaucoup moins des garçons victimes que des filles victimes, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’adolescents agressés par des femmes. Un rapport sexuel entre un adolescent et une femme va tout de suite être considéré comme une initiation sexuelle, alors qu’en fait il s’agit d’un acte de pédophilie. Ces adolescents sont finalement victimes de l’idée reçue que l’on a d’eux, à savoir l’obsession de la sexualité propre à leur âge. Un garçon de 13 ans qui a un rapport sexuel avec une femme de 35 ans sera moins choquant qu’une fille de 13 ans ayant un rapport sexuel avec un homme de 35. Et pourtant, c’est la même chose.

Il y a une sous-représentation de l’adolescent victime car on considère justement qu’il n’est pas victime. Et pour l’adulte, cette sous-représentation est encore plus importante. J’en veux pour preuve les violences conjugales. Il y a bien sûr les violences physiques mais aussi sexuelles, chose dont on ne parle pas. Une étude a été réalisée à ce sujet en 2008 qui révélait qu’un nombre non-négligeable des hommes interrogés avaient été victimes de viol par leurs femmes au moins une fois. Et pourtant, aucune plainte n’avait été déposée. Ce qui prouve l’existence d’un tabou à ce sujet.
Finalement, les hommes victimes n’en parlent pas car il y a un sentiment de honte, surtout si l’agresseur est une femme. Pour l’adulte, le sentiment de honte est pire encore, notamment lorsqu’il y a pénétration anale. Il faut dire à ces victimes qu’elles sont victimes et qu’elles ont le droit de porter plainte comme les femmes.

Pourquoi est-ce plus difficile d'en parler lorsque l'on est un homme ?

Sébastien Boueilh : C’est une question de fierté. Il est déjà très difficile pour une femme de parler d’un viol, alors pour un homme ça l’est d’autant plus. Généralement, les hommes n’arrivent pas à en parler car ils ont peur de se faire traiter d’homosexuel ; cela remet en cause leur hétérosexualité et aussi leur masculinité. Pour ma part, je n’osais pas en parler à cause de ça. Depuis que je suis passé sur TF1, M6, France 3 et L’Equipe 21, les hommes qui me contactent sont beaucoup plus nombreux. Et ce, grâce au fait que je sois un homme, rugbyman, que j’ai réussi à mettre ma fierté de côté et que j’ai pu révéler au grand public ce qui m’était arrivé. Mon témoignage a réussi à libérer leur parole. Ainsi, on est passé de 10 témoignages par mois à 150 par semaine. Nos publications étaient vues en général 3000 fois et aujourd’hui, notre audimat atteint les 35 000. Le reportage de TF1 a été partagé 300 fois. Finalement, on a couvert beaucoup de monde. J’ai donc créé un forum mensuel où je serai accompagné d’une psychologue-victimologue afin de répondre aux victimes.

Patrick Blachère : Les hommes sont peut-être moins souvent crus ou considérés comme victimes que les femmes. De plus, on attend d’un homme, même d'un garçon, qu’il sache se défendre. Ces tabous existent toujours dans notre société. Et la victime, qu’elle soit homme ou femme, a toujours tendance à se culpabiliser. Nous cliniciens, on retrouve cette culpabilité encore plus chez les victimes hommes. On associe en effet souvent à l’agression sexuelle d’un homme par un homme ou une femme par un homme un côté humiliant. Notamment dans l’acte d’une fellation imposée ou d’une sodomie. Parfois, on va même jusqu’à des pratiques sexuelles plus régressives, c’est-à-dire que l’agresseur va se mettre à uriner ou à déféquer sur sa victime. Ce type de pratique renforce la culpabilité et empêche réellement de parler. La grande difficulté qu’ont les garçons ou hommes à porter plainte, c’est qu’être victime de quelque chose signifie également ne pas avoir pu se défendre et donc être en quelque sorte responsable de ce qui est arrivé.

Quelles sont les séquelles pour ces hommes victimes de violences sexuelles ?

Sébastien Boueilh : Chaque personne réagit à sa manière. Certaines tombent dans l’alcool, d’autres dans la drogue, d’autres dans le sexe. Dans le sexe, comme pour se réapproprier sa sexualité. Pour ma part, je consommais de la femme pour prouver que j’étais un homme. Le chemin de la sexualité se forme à partir de 10 ans. La plupart des victimes se font agresser à cette période-là et ne savent donc plus trop quel est le chemin à prendre. Une autre séquelle possible est l’argent. Certains gaspillent leur argent à tout va. Je me suis même fait interdire de casino. D’autres encore s’autodétruisent, parfois, et malheureusement, jusqu’au suicide. Finalement, on n’a plus de limites dans ses réactions, on ne réfléchit plus vraiment, voire plus du tout. Concernant la confiance en soi, on n’en a plus. J’ai eu la chance d’avoir le rugby. Ça m’a permis d’avancer, de montrer que j’existe. J’ai réussi à m’en servir pour m’en sortir. Mais d’autres, au contraire, vont s’enfermer, devenir introverti. Quelle que soit la manière de réagir, les séquelles sont graves.

Patrick Blachère : Elles peuvent être à la fois physiques et psychiques. Chez les hommes, il s’agit essentiellement d’IST (Infections Sexuellement Transmissibles). Si acte de barbarie il y a, on peut également mentionner des lésions sphinctériennes et donc des incontinences anales, qu’on retrouve chez les garçons, mais aussi chez les filles lorsqu’il y a sodomie.

Il y a des dégâts psychiques principalement lorsqu’il n’y a pas reconnaissance du statut de victime et lorsqu’il n’y a pas d’accompagnement psychologique par la suite. Cet accompagnement est essentiel : il faut que la victime puisse se reconnaître comme telle et donc dépasser sa culpabilité. On note notamment comme séquelles le stress post-traumatique, c’est-à-dire la peur de se faire agresser, de se faire retrouver par son agresseur accompagné d’un repli sur soi et d’une hyper-émotivité. Certaines personnes développent également des troubles de la personnalité (instabilité, impulsivité, notamment dans le cadre de violences sexuelles intrafamiliales). En aigu, on peut également avoir à faire à des épisodes dissociatifs. Par exemple, un étudiant que j’ai rencontré il y a peu s’est fait violé par plusieurs camarades. Suite à cela, il s’est mis à errer dans les rues pendant plusieurs jours, complètement perdu.  

D’un point de vue sexuel, il y a évidemment des conséquences qui se traduisent soit par un trouble de l’identité sexuelle, c’est-à-dire que la personne va se chercher, soit par un blocage purement fonctionnel, c’est-à-dire des problèmes érectiles ou des troubles du désir.

Dans quelle situation ce type d'agression a-t-elle le plus souvent lieu ?

Sébastien Boueilh : Dans le milieu familial. La majeure partie des victimes que j’écoute ont été agressées par des personnes de leur famille. Et j’ai vraiment écouté de tout : le père sur le fils, le demi-frère sur la demi-sœur, le mari de la nounou sur l’enfant qui est gardé, etc. Dans le milieu sportif également, il y a beaucoup d’histoires de la sorte et il peut s’agir d’un infirmier, d’un éducateur, d’un entraineur, etc. Les prédateurs sont la plupart du temps des personnes proches car elles ont la confiance des parents du fait de leur gentillesse. C’est pour ça aussi que les victimes n’arrivent pas à en parler car elles ont peur que personne ne les croient.

Patrick Blachère : Pour une victime enfant, cela se retrouve dans tous les milieux, mais principalement dans l’intrafamilial ou dans les milieux institutionnels. On assiste d’ailleurs à certains viols en collectivité, notamment dans les foyers ou certains internats. Trois, quatre garçons vont abuser sexuellement de leur copain. Mais ces choses-là sont tues, d’une part pour l’honneur de l’institution et d’autre part, car la victime elle-même n’ose dénoncer ses camarades, d’autant plus lorsqu’il y a pénétration anale qui est vécu comme humiliante.

Lorsqu’on est adulte, les agressions surviennent surtout dans des collectivités (vestiaires, saunas, etc.) ou dans le cercle familial, comme mentionné tout à l’heure. Il arrive souvent qu’il s’agisse de partenaires âgés ou handicapés qui vont avoir du mal à s’opposer à ce genre d’agressions.

Y a-t-il un profil type d'agresseur ? Quelles sont leurs méthodes ?

Sébastien Boueilh : Non, c’est vraiment M. Tout-le-monde. Personnellement, j’ai réussi à développer une sorte de sixième sens : lorsque je suis en intervention, j’arrive à reconnaître les bourreaux et les victimes.

La méthode principalement utilisée, c’est la gentillesse. Sur un groupe de 20 enfants, le prédateur va en repérer un un peu plus faible que les autres. Il va commencer par être très gentil avec lui, va lui tourner autour, tisser sa toile autour de lui en englobant ses parents, ses amis, etc. Tout le monde va lui faire confiance et petit à petit, le piège va se refermer autour de la victime. Le bourreau va emmener sa victime faire un tour et la ramener chez elle. En rentrant, ce que les parents ne savent pas, c’est que cinq minutes avant, le prédateur violait sa victime. Mais ça, personne ne peut le savoir.

Généralement, les gens ne savent pas ce qu’est un viol. Dès lors qu’il y a pénétration de la victime par son agresseur, que ce soit au niveau du vagin, de l’anus, de la bouche et ce, par une bouteille ou un pénis, c’est du viol. Par exemple, j’ai reçu une personne cette semaine, un homme, et je lui ai appris qu’il avait été violé : pour lui, faire une fellation à quelqu’un n’était pas du viol, mais en réalité, si.

Patrick Blachère : Il n’y a pas de profil type mais il y a des typologies d’agresseurs. Certains sujets vont être très carencés affectivement, vont avoir des déficits intellectuels et/ou des problèmes d’identité. Il s’agit généralement d’une frange marginale, sauf dans des milieux particuliers comme les hôpitaux psychiatriques ou les foyers pour handicapés où surviennent certaines agressions entre hébergés. Un deuxième profil est celui du psychopathe qui sera plutôt impulsif et ne saura jamais vraiment ce qu’il fait. Enfin, il y a le pervers, celui qui va manipuler la victime et qui va presque s’auto-persuader que c’est elle qui est responsable de la chose.

Concernant les méthodes, pour qu’il y ait un acte pervers commis, il faut qu’il y ait une emprise, et ce, qu’elle soit de fait (un homme sur une femme ou un employeur sur son salarié), qu’elle soit contextuel (par exemple, vous assistez à une soirée échangiste avec votre compagnon et vous vous retrouverez dans un guet-apens face à dix personnes) ou qu’elle soit subtil (dans le cadre d’un chantage par exemple). Ce dernier type d’emprise est la plus répandue.

Outre les agressions violentes, la notion de consentement est-elle la même chez les hommes que chez les femmes ?

Patrick Blachère : Tout d’abord, il n’y a pas de consentement chez l’enfant, jamais. C’est important à savoir car les pédophiles disent toujours que l’enfant était consentent, qu’il a même pris du plaisir, ce qui est plausible, mais finalement il reste un enfant. Pour reprendre l’exemple de la femme de 35 ans et l’enfant de 13 ans, c’est un viol. Et pourtant l’enfant a pris du plaisir, est content et a même éjaculé. Mais il a 13 ans, il ne se rend pas compte de ce qu’il fait et n’a donc pas de consentement. La notion de consentement est prise en compte à l’âge de 15 ans, la majorité sexuelle.

Dans le cadre d’un couple, la notion de consentement est plus compliquée. Souvent il y a une confusion : on est consentent pour une chose, pas pour une autre. C’est exactement le même principe lorsqu’on est sous emprise de l’alcool ou lorsqu’on est désinhibé par un spectacle érotique.  Dans nos sociétés actuelles, il y a une banalisation des actes sexuels violents, une banalisation de l’acte sous contrainte. Quand on va sur certains sites d’études épidémiologiques, on constate que 30 % des hommes et 45 % des femmes reconnaissent avoir été contraints dans leur vie de couple à des actes sexuels. Cela fait partie de nos mentalités occidentales mais découle également d’un manque évident d’information.

Les femmes n'ont-elles pas aujourd'hui une attitude plus entreprenante ? Les hommes subissent-ils ainsi eux aussi une sorte de pression sociale au rapport sexuel ?

Patrick Blachère : Les femmes utilisant maintenant les réseaux sociaux pour communiquer, elles osent plus les échanges à caractère sexuel. Et notamment chez les adolescents, on assiste parfois à du harcèlement sexuel d’une adolescente à un adolescent, qui lui, en sort traumatisé.
Les hommes subissent bien sûr une pression sociale par rapport à cela. Un homme osera moins porter plainte contre son chef, qui le harcèle sexuellement, s’il s’agit d’une femme que d’un homme.

Les représentations collectives voient les hommes comme les "initiateurs" du rapport sexuel. Est-ce toujours le cas ?

Patrick Blachère : Les deux sont initiateurs. Néanmoins, les femmes sont plus subtiles, elles utilisent un langage beaucoup plus corporel, c’est-à-dire non-verbal. Le problème survient lorsqu’il s’agit de décoder. Par exemple, dans certains endroits, une mini-jupe sera considérée comme un appel au sexe. Finalement, la manière de communiquer des femmes est bien plus compliquée.

Propos recueillis par Clémence de Ligny

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
pédophilie, Viol, hommes, garçons
Thématiques :
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Appamée
- 24/04/2014 - 10:55
Les Pédophiles
Adolf 1 soulève un problème important : la multiplication des accusations mensongères de pédophilie !
Ce phénomène est ravageur , il suffit de lire les cas connus ,qui ont transformé en cauchemar la vie d'innocents !

Appamée
Ory-Nick
- 23/04/2014 - 15:55
@Redmonde
J'ai l'impression que Adolf c'est mal exprimé.
Prenez un homme lambda, parfaitement normal, et accusez-le (pour lui nuire - pour une raison quelconque) de pédophilie. Pire, faites votre enfant accuser cet homme de pédophile !
Il n'a aucun moyen de se défendre.
"Je n'aime pas les enfants !" -> Conclusion de l'enquête : vous l'avez violer car vous ne l'aimez pas !
"Mais j'aime les enfants !" -> Conclusion de l'enquête : vous êtes bien un pédophile !
pave777
- 20/04/2014 - 23:32
Les plus grands, comme les petits, ont souffert !
Les viols commis sur des hommes sont pourtant peu médiatisés. Nicolas a subi les assauts de mamie zinzin, chaque fois qu'il allait chercher son enveloppe, et pourtant il n'a jamais déposé de plainte ? c'est dans ces moments délicats, que l'on reconnait les grands hommes au service de la France. Ailleurs c'est guère mieux ! la grande Catherine II de Russie, jetait ses amants en pâture aux ours, après les avoir utilisés !! quelle ingrate !! triste monde !! Elle fit construire une pièce secrète remplie de peintures et sculptures montrant des scènes des plus grivoises, et même de viol, de pédophilie, et de zoophilie. Il y avait des godemichés géants réalisés par un artisan, qui décoraient les églises ! Selon l'histoire officielle, elle serait morte de s'être fait pénétrer par un cheval, qui venait d’être piqué par un moustique rédempteur, sur les testicules !! le quadrupède s’emballa dans son séant !! bien fait !! pour sortir de la plaisanterie, castration chimique de tous les violeurs de filles, et de garçons, au moins il n'y aura pas de récidivistes ! limiter la diffusion de la pornographie chez les ados.