En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Hmmmm... miam miam !
Aimez-vous la cochenille ? Parce que vous en mangez tout le temps sans le savoir...
Publié le 14 avril 2014
La cochenille permet de colorer une énorme partie des plats que nous mangeons régulièrement, de la charcuterie aux sodas, en passant par les yaourts. Ce petit insecte produit un colorant qui permet de produire le E120, notamment utilisé dans le Coca-Cola.
Jean-Baptiste de Panafieu est auteur scientifique, qui cherche avant tout à vulgariser des procédés scientifiques parfois méconnus ou complexes. Il a fait des études en biologie, puis s'est attelé à des recherches en océanologie. Il a ensuite...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste de Panafieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste de Panafieu est auteur scientifique, qui cherche avant tout à vulgariser des procédés scientifiques parfois méconnus ou complexes. Il a fait des études en biologie, puis s'est attelé à des recherches en océanologie. Il a ensuite...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La cochenille permet de colorer une énorme partie des plats que nous mangeons régulièrement, de la charcuterie aux sodas, en passant par les yaourts. Ce petit insecte produit un colorant qui permet de produire le E120, notamment utilisé dans le Coca-Cola.

Atlantico : Si certains sont persuadés de ne jamais manger d'insectes, il s'avère pourtant qu'ils ont déjà avalé des cochenilles. Comment celle-ci est-elle utilisée dans l'agro-alimentaire et en cuisine ?

Jean-Baptiste de Panafieu : La cochenille est utilisée comme colorant, c'est d'elle que certains plats et aliments – comme la saucisse de Francfort et d'autres formes de charcuteries – tiennent leur teinte rosées. Elle permet également de colorer d'autres mets, comme certains yaourt mais aussi des boissons et des sodas. Le colorant extrait de la cochenille, le E120, est notamment utilisé par le coca-cola.

La cochenille est, aujourd'hui, le seul insecte autorisé à la consommation en France, tandis qu'il existe une douzaine d'espèces disponibles sur le marché Belge. Elle n'a, néanmoins, aucune autre utilisation que celle de colorant, ne serait-ce qu'en raison du coût que son élevage représente : il s'agit d'un insecte particulièrement petit, complexe à cultiver et qui, finalement ne représente qu'un complément alimentaire anecdotique en termes de consommations d'insectes. Particulièrement quand on sait que nous avalons en moyenne entre 300 et 500 grammes d'insectes par an – soit l'équivalent d'un steak bien fourni. La nourriture que l'on ingère compte évidemment des restes d'insectes, que ce soit dans les farines ou les pâtes alimentaires et les céréales. Il est, dans les faits, impossible de se débarrasser d'absolument tous les résidus, aussi il existe une certaine forme de tolérance quant à cela.

La cochenille a également inspiré un colorant semblable, mais synthétique, qu'on appelle le carmin de cochenille.

Dans quelles conditions ce colorant est-il produit ? Dans quels pays ? Avec quelles garanties de traçabilité ?

La cochenille est un insecte parasite, qui vient se fixer sur une variété de cactus qu'on appelle Opuntia. Les cochenilles se fixent sur la raquette du cactus et se nourrissent de sa cève – ce qui peut potentiellement tuer le cactus quand trop de cochenilles s'installent. Et puisqu'ils s'agit d'insectes particulièrement aplatis, ils ont une capacité singulière à se fixer sur ces feuilles de cactus.

Dans le cadre d'un élevage, comme on peut en trouver aux Canaries (qui ne représentent qu'une petite partie de la production mondiale de cochenilles), il faut ensuite passer à la récolte des insectes. Bien souvent, pour pouvoir nourrir les cochenilles on dispose également de cultures d'opuntia, et puisqu'il faut récolter l'ensemble des cochenilles à la main, les coûts peuvent vite enfler, et faire du colorant un bien coûteux. Pour extraire le colorant, il convient d'abord de tuer l'insecte. Selon la façon dont c'est réalisé, celui-ci ne sera pas exactement le même. On utilise un solvant pour extraire le colorant, naturellement produit par la cochenille – qui lui sert à repousser les prédateurs.

La majeure partie de cette production, qui reste cependant assez réduite, se situe en Amérique du Sud, et tout particulièrement au Pérou. Etant donné que le colorant issu de la cochenille est particulièrement puissant, il n'y a pas besoin d'énormément de cochenilles pour colorer efficacement un aliment ou même un tissu. En raison de la taille relativement minime de cette culture, je ne crois pas que l'on connaisse de vrai problèmes de traçabilité.

Quels peuvent-être les risques, notamment d'allergie, liés à la coloration par la cochenille ? Certains produits utilisés pour stabiliser la couleur posent-ils également problème ?

Je ne suis pas sûr qu'il y ait des résultats secondaires particulier avec le colorant E120 dont nous parlions plus tôt, pas plus qu'avec la cochenille. Il s'agit de structures moléculaires que nous connaissons bien, et depuis longtemps. La cochenille était déjà utilisée durant l'antiquité Romaine et servait notamment de teinture pour les toges des plus aisés. On utilisait à l'époque des cochenilles méditerranéenes qui au lieu de se fixer sur des cactus s'installaient sur des petits chènes. Quant au colorant E120, ce n'est pas l'amarante : il est aujourd'hui utilisé dans nombres de préparations toutes plus banales que les autres, tant et si bien qu'on en avale vraisemblablement tous les jours. S'il est encore autorisé aujourd'hui, c'est bien parce qu'il est considéré comme innofensif. Les colorants dont on s'est apperçus qu'ils étaient dangereux comme le E123 qui correspond à l'amarante ont été retirés du marchés. Les substances dangereuses sont rapidement écartées de notre alimentation.

Néanmoins, il peut effectivement exister un risque réel, qui réside dans l'allergie. Davantage que l'allergie au colorant c'est, à mon sens, l'allergie à la cochenille en tant que telle (et à différents insectes) qui peut s'avérer dangereuse. De la même façon que l'allergie à la crevette, cela peut devenir un danger pour une partie de la population, puisqu'on rencontre les mêmes molécules chez les insectes et les crevettes. Ce qui peut effectivement être un problème de santé publique, dans la mesure où tout un pan de la population est susceptible d'être touchée. C'est toutefois quelque chose à nuancer, dans la mesure où ce danger est le même quelque soit l'allergie dont on parle. Comme pour l'allergie aux pollens, aux acariens ou aux poils de chat, par exemple, on constate divers degrés de sensibilité et donc divers degrés de risques. Il faut donc être particulièrement vigilant. De plus, quelqu'un déjà sensible aux crustacés devrait sans doute éviter de consommer des insectes car cette abstention serait bien plus prudente. Les deux allergies ne sont pas nécessairement liées, elles peuvent l'être néanmoins.

Faut-il éviter de consommer des produits colorés de cette façon ? Quels substitutifs existent ?

Dans le passé, on utilisait également des petits coquillages pour teinter les tissus et les toges, en méditerrannée. Cependant, ce colorant était particulièrement onéreux, et a petit à petit disparu au profit de la cochenille. Elle même a partiellement disparu quand nous avons commencé à maîtriser les colorants chimiques. Ils représentent aujourd'hui la majorité des colorants utilisés et disponibles sur le marché. On assiste donc régulièrement à un processus de remplacement, pour des colorants moins chers et souvent de plus en plus efficaces. Néanmoins, si la cochenille refait surface aujourd'hui, c'est aussi parce que de plus en plus de consommateurs demandent une alimentation plus saine, plus naturelle. C'est cela qui traduit ce phénomène.

L'autre alternative à la cochenille, outre le synthétique comme le rose-cochenille, c'est le fruit. On est aujourd'hui capable d'extraire des colorants de fruits, qui pourraient donc devenir une piste intéressante.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
05.
Arabie saoudite : mais pourquoi la France ferme-t-elle les yeux sur la condamnation à mort d’un jeune militant arrêté à 13 ans pour une manifestation à vélo ?
06.
Angela Merkel prise de tremblements en pleine cérémonie officielle à Berlin
07.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 15/04/2014 - 15:16
Titre erroné
« vous en mangez tout le temps sans le savoir »
 
Parlez pour vous !
Pour ma part j'ai la manie depuis longtemps de scruter les listes de tous les constituants des produits alimentaires et j'avais repéré la cochenille depuis des lustres.
Varennes
- 14/04/2014 - 15:51
Pouah
Pouah!