En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 5 heures 53 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 7 heures 14 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 7 heures 53 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 8 heures 54 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 13 heures 33 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 14 heures 13 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 7 heures 33 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 8 heures 11 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 12 heures 21 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 12 heures 39 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 13 heures 50 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 14 heures 34 min
© Capture d'écran
© Capture d'écran
Le show de l'info

Les chaînes d'info sont-elles obligées de faire de l'infotainment pour survivre ?

Publié le 14 avril 2014
L'infotainment, cette technique existant depuis les années 2000, prend une grande importance sur la place médiatique au point de devenir une menace. Cette information "fast food", fruit de la course à l'audience, pose la question de la crédibilité des médias aujourd'hui.
Rémy Rieffel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Rieffel est professeur à l’université de Paris-II où il enseigne la sociologie des médias. Il a publié L’Elite des journalistes(PUF, 1984) et Les Journalistes français en 1990. Radiographie d’une profession (en collaboration, La Documentation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'infotainment, cette technique existant depuis les années 2000, prend une grande importance sur la place médiatique au point de devenir une menace. Cette information "fast food", fruit de la course à l'audience, pose la question de la crédibilité des médias aujourd'hui.

Atlantico : Pour quelles raisons les chaînes d'information se lancent dans l'infotainement ou l'info drama ?

Rémy Rieffel : L'infotainment existait déjà depuis les années 2000 sur plusieurs chaînes qui mélangent les genres avec la politique. La politique a basculé dans le divertissement depuis une dizaine d'années notamment en France, il y a un effet d'imitation face à la concurrence.

Autre élément, la montée en puissance des réseaux sociaux qui met davantage en avznt l'information de divertissement qui buzz, l'information trop sérieuse est mise en second plan. L'information décalée et humoristique reste celle qui circule le plus sur ces plateformes. Le mélange des genres est très fort sur les réseaux sociaux. Les chaînes d'information en continue ont besoin de rattraper leur retard à ce niveau.

Est-ce uniquement une politique commerciale ? Est-elle nuisible au traitement de l'information ?

Fondamentalement, la politique est commerciale. Elle est liée notamment au marché et à la concurrence entre les chaînes d'information et les autres outils technologiques. L'évolution culturelle du mode de consommation de l'information a également joué un rôle, les personnes veulent en même temps se divertir et s'informer. Ce mélange a pris une grande importance sur la place médiatique.

C'est préjudiciable pour l'information car cela donne une représentation des événements qui sont partiellement mis en valeur, qui manque d'approfondissement et de mise en perspectives. Il ne s'agit pas d'affirmer que l'info-divertissement n'est pas nécessaire mais sur certains thèmes, le mécanisme devient systématique et génère ainsi des exagérations de certains faits, des mauvais traitements. Ce cas de figure pose le problème de la hiérarchisation de l'information.

Nous avons mené une enquête pendant trois ans sur comment les français s'informent aujourd'hui à l'ère du numérique. Les éléments frappants sont que les français s'informent encore essentiellement par la télévision par rapport aux Etats-Unis mais nous avons observé une montée en puissance de l'information captée sur le web. La majorité des personnes qui vont sur Internet veulent se divertir ou chercher des renseignements pratiques.

Les internautes vont prioritairement sur les moteurs de recherche et ensuite certains vont sur les sites les plus légitimes dans la presse pour finir sur les pure players qui apportent de l'information alternative. C'est cette hiérarchie que nous constatons dans les usages de l'information.

En quoi l'infotainment bouleverse le travail du journaliste ? La diffusion d'informations propres et neutres est-elle mise au second plan ?

Par définition, un journaliste traite, sélectionne, hiérarchise l'information, plus particulièrement les faits qui se produisent et les événements d'actualités. Son métier ne consiste pas à mélanger ce traitement de l'information avec du divertissement. Cette technique le bouscule et cela remet en cause sa mission première qui est de servir d'intermédiaire et de médiateur entre les événements et le public et pas d'amuser la galerie.

La demande pour le journaliste est de rendre l'information attractive, un peu "sexy", il joue sur les mots, cherche des images choques, mets des titres plus accrocheurs notamment sur les sites en ligne. Ces pratiques participent au même mouvement.

L'information rapide, instantanée et un peu superficielle est de plus en plus mise au premier plan. De plus, la majorité des internautes vont sur les sites en ligne par le biais de Google Actualités, ce sont les moteurs de recherche et les algorithmes qui mettent en exergue les informations les plus chaudes et les plus attractives. De ce fait, les journalistes sont poussés par ce mécanisme et jouent sur ce créneau. L'information neutre qui décrypte, il faut aller la chercher ailleurs ou alors sur des sites spécialisés qui ont pour objectif de traiter cette information. Nous sommes dans un système à deux vitesses. Les personnes qui souhaitent une information neutre, au-delà d'aller la chercher, vont devoir la payer. L'info-divertissement est accessible à tout le monde, cela fait de l'audience, fait monter les taux de clics mais l'information plus fouillée a un coût. Nous allons vers un système où l'information fiable est à chercher.

Cette technique est-elle amenée à se généraliser ? Quelles en seront les conséquences pour le lecteur/spectateur et pour les différents métiers de la presse et de l'audiovisuel ?

Le système actuel amplifie le phénomène. Cette technique se généralise déjà. La conséquence va être le clivage du public. Il y aura d'un côté un public cultivé, diplômé ayant un bon niveau de vie qui sera bien informé car il a les capacités, la curiosité et les moyens financiers de le faire. Et de l'autre côté, une majorité qui aura droit à une information plus rapide, plus superficielle. Nous sommes saturés d'information, c'est ce que certains chercheurs appellent "l'information fast food". Le récepteur public a dû mal à choisir la bonne information. L'infotainment est une information fastfood, car vite vue, vite oubliée, bien souvent avec laquelle nous pouvons rire et s'amuser et elle ne suffit pas.

Au niveau des métiers du journalisme, les jeunes générations doivent être plus polyvalentes et donc mêler les types d'écriture. Ce fait industrialise le travail des journalistes notamment sur les chaînes d'information.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 14/04/2014 - 16:43
J'ai trouvé la solution !
Avoir les avantages sans les inconvénients, c'est pas compliqué !
Il faut regarder BFMTV ou iTélé en coupant le son !!!
La touche "mute" de la zapette est vitale.
Les images et les sous-titres, suffisent amplement pour se faire une idée.
Les commentaires ne sont qu'un bruit de fond assez désagréable produit par des présentateurs et surtout présentatrices qui n'ont pas compris ce qu'est de l'information.
Alors, ils (elles) font des commentaires, avec une intonation qui est la même que celle de la pub ou des magasines, comme s'ils avaient quelque chose à vendre. Ce qui est le contraire de l'information.
Alors la solution : "mute" pour supprimer les désagréments du bruit de fond.
Mélissa31
- 14/04/2014 - 16:28
les chaines d'info en continu comme BFMTV ou iTélé
ne sont pas vraiment des chaines "d'infos". Sur une demie heure de diffusion, il y a exactement 11 minutes d'informations avec des images qui passent en boucle, les 19 minutes restantes, c'est de la PUB, la météo et du blabla.-
-
Notre télé nous diffuse de plus en plus de publicités entre coupées d'émissions souvent minables ou de films vus revus et re revus.
taramis
- 14/04/2014 - 12:20
BFM
Reine de cette merde inregardable mis à part la présence de 2 ou 3 vrais journalistes dont on se demande ce qu'ils sont venus faire dans cette bouillie.Bouffer? On peut le faire dignement .