En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 10 heures 33 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 1 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 13 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 18 heures 50 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 9 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 11 heures 36 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 27 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 14 heures 53 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 18 heures 37 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 18 heures 56 min
© Flickr
© Flickr
Homme à la dérive

Vouloir être moderne à tout prix crée un terrible vide social et politique

Publié le 30 mars 2014
La "modernité" – concept souvent vide de sens dans la bouche de ceux qui s'en réclament – ne doit pas être la fin en soi de l'action politique. Plutôt que de sombrer dans le culte de cette "modernité", mieux vaudrait savoir préciser cette notion difficile à manier.
Membre de l'Institut, professeur de philosophie à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilians-Universitat de Munich, Rémi Brague est l'auteur de nombreux essais dont Europe, la voie romaine (1992), la Sagesse du monde ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Brague
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre de l'Institut, professeur de philosophie à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilians-Universitat de Munich, Rémi Brague est l'auteur de nombreux essais dont Europe, la voie romaine (1992), la Sagesse du monde ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La "modernité" – concept souvent vide de sens dans la bouche de ceux qui s'en réclament – ne doit pas être la fin en soi de l'action politique. Plutôt que de sombrer dans le culte de cette "modernité", mieux vaudrait savoir préciser cette notion difficile à manier.

Atlantico : Vous dénoncez dans votre dernier livre la "maladie de la modernite" qui a envahi nos sociétés contemporaines. En quoi le terme de modernité a-t-il fini par devenir "pathologique" pour comprendre ce qui nous entoure actuellement ?

Rémi Brague : « Moderne » était à l’origine un curseur : aujourd’hui est plus moderne qu’hier, et moins que demain… Il est donc absurde de vouloir être « absolument moderne », voire « de plus en plus moderne » : nous le serons de toute façon demain plus qu’hier. La pathologie commence là où l’on arrête le curseur pour dire : désormais, nous serons modernes, et on fait du passé un épouvantail : « nous ne sommes plus au Moyen Age ! », comme on a encore le culot de le dire après le XXe siècle.

D'après vous, l'individu pouvait toujours s'inscrire autrefois dans une référence qui le dépassait (la nature, Dieu…) alors que l'homme moderne ne peut se penser que par rapport à lui-même. Jusqu'à quel point ce "vide" est-il soutenable ? Comment notre modernité tente d'y remédier actuellement ? 

Mais il n’est pas soutenable ! Si l’on ne se pense que par rapport à soi-même, on ne peut plus savoir s’il est bon que l’on existe. Il faut un point d’appui extérieur. Les succédanés abondent, mais ils s’usent vite. Qui épouse son temps se retrouve très vite veuf. Tout un côté de nous ne croit plus au progrès ; mais nous croyons encore qu’il faut être « progressiste », et « réactionnaire » est encore une insulte.

En quoi la modernité actuelle se distingue-t-elle de celles des Lumières ? Le terme de "post-modernisme" souvent employé est-il justifié ?

Distinguons « postmodernité » et « postmodernisme ». La première veut dire mille choses, par exemple que les gens qui pensent ont cessé de croire en un tapis roulant qui mènerait automatiquement vers des sommets radieux, illusion qui date justement des « Lumières » avec Turgot, et plus encore Condorcet. Nous ne sommes pas sortis de la modernité, mais nous sommes peut-être en train de sortir du modernisme et donc d’entrer dans le « postmodernisme ».

Vous évoquez notamment dans l'ouvrage une "inflation" du mot "culture" qui s'étend désormais à tout, ou presque, (graffiti, management…). Cela n'illustre t-il pas paradoxalement une disparition de la culture en tant que telle ? 

La culture, comme le mot le dit, transpose l’agriculture au domaine humain. Elle suppose un intense et travail sur soi qui dure toute la vie : il faut acquérir des informations, des compétences et des manières. Il s’agit de s’élever au-dessus de soi-même bien plus qu’au-dessus d’autrui pour devenir « distingué ». Ce qui m’énerve, c’est qu’on appelle « culture » l’expression brute de n’importe quel caprice irréfléchi, ou n’importe quelle habitude reçue du milieu social, des médias ou de la pub. La culture devrait être un moyen pour la personne de trouver son chemin singulier. Elle devient un principe de ce que l’on appelle l’« identité », c’est-à-dire de l’appartenance à un troupeau.

D'aucuns évoquent aujourd'hui une "révolution des valeurs" qui s'illustrerait par une résistance de plus en plus forte à l'égard de projets "progressistes" (mariage homosexuel, PMA, sélection génétique…). Peut-on parler de l'émergence d'une véritable tendance "traditionaliste" ou d'un simple sursaut ?

Quand j’entends parler de valeurs, je sors mon revolver. Des valeurs, ce sont toujours nos valeurs, ou celles d’autres. Pourquoi ne pas parler plutôt de « biens » ? Les biens sont nécessairement communs.

Et tout ce qui se termine en « -isme » suscite ma méfiance. Le progressisme croit bêtement que tout ce qui est nouveau est bon. Mais quand on va dans le mur, on va aussi de l’avant. Quant au traditionalisme qui voudrait figer le passé, il est le pire ennemi de la tradition vivante, laquelle conjugue la piété envers le passé et le souci du bien, qu’il faut toujours chercher à nouveaux frais. Finalement, ce que menacent ces « avancées », c’est l’avenir de la civilisation, et peut-être de l’huPlumanité. De la sorte, s’y opposer, ce n’est pas retourner au passé, c’est se ménager un avenir. Je ne sais pas si cette résistance sera durable ou un simple feu de paille. Si elle doit durer, il lui faudra un gros travail de réflexion, à long terme. J’espère que, à côté de  bien d’autres, mon dernier livre et ceux qui le précèdent et le suivront, pourront y contribuer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ヒナゲシ
- 01/04/2014 - 04:51
Non merci ! Sans façons…
« Des personnalités comme le Père
Daley et le Professeur Brague sont
exemplaires pour la transmission d’un
savoir qui unit sciences & savoir,
rigueur scientifique & passion pour
l’homme, afin de découvrir le
véritable art de vivre.
C’est de telles personnes dont nous
avons besoin, des personnes qui à
travers une foi vécue et illuminée
rendent Dieu proche et crédible pour
l’homme d’aujourd’hui. »
 
Benoît XVI, lors de la remise à Rémi Brague du « Prix Ratzinger pour la théologie » en 2012…

Eh bien, quelque grand qu'il soit, il semblerait que notre théologien atteigne ses limites en s'avouant incapable d'imaginer que des humains n'aient nul besoin de béquilles spiritualistes (& autres baudruches mentales issues de l'exploitation de la crédulité) pour vivre.
 
R. Brague : « tout ce qui se termine en “-isme” suscite ma méfiance. »
Oui.
Moi pareil.
Christianisme, islamisme, catholicisme, protestantisme, judaïsme… La liste est longue.
pemmore
- 30/03/2014 - 15:21
Non il faut être moderne quoi qu'on dise,
pour accepter ou refuser ce que le monde nous prépare ou nous fait subir sans qu'on se rende compte par manque d'informations ou une forme de culture qu'on appelle le bon sens.
Ca peut être oui au smarphone, l'imprimante 3D, mais non à NDL, et tout ce qui piétine le vivant.
Léa
- 30/03/2014 - 13:50
A part la coquille huPlumanité
Bravo, points bien posés. Bon article.