En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 24 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 16 heures 32 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 17 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 20 heures 3 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 20 heures 43 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 21 heures 52 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 22 heures 12 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 22 heures 31 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 22 heures 38 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 22 heures 57 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 16 heures 12 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 17 heures 11 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 20 heures 15 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 21 heures 30 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 22 heures 32 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 22 heures 47 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 23 heures 8 min
© Reuters
Près de la moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici une ou deux décennies.
© Reuters
Près de la moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici une ou deux décennies.
Concurrence déloyale

La moitié des emplois pourraient être remplacés par des robots dans les 20 ans à venir : mais quelle moitié ?

Publié le 10 mars 2014
La moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici 20 ans, selon une récente étude. Du télémarketing à la saisie de données en passant par la couture : les professions les plus menacées concernent les tâches répétitives ou celles pouvant être résolues par des algorithmes.
Robin Rivaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici 20 ans, selon une récente étude. Du télémarketing à la saisie de données en passant par la couture : les professions les plus menacées concernent les tâches répétitives ou celles pouvant être résolues par des algorithmes.

Atlantico : Près de la moitié des emplois américains pourraient être informatisés d'ici une ou deux décennies, selon une récente étude (voir ici). Ce graphique, repris par The Economist (voir ici), montre la probabilité pour certains métiers d'être pris en charge par des robots à une échelle de 20 ans. Les professions concernées sont-elles les mêmes en France ?

(Cliquez pour agrandir)

"Probabilité que l'informatisation provoque des pertes d'emploi, par type de profession". Source : The Economist

Robin Rivaton : Ces analyses sont fondées sur des divisions schématiques des professions, il n'est pas possible d'avoir le détail de toutes les professions donc au mieux on arrive à une spectre de 200-300 professions, ce qui conduit à gommer les particularités. Il est donc assez raisonnable de considérer ces analyses valables pour l'ensemble des pays d'Europe de l'Ouest et d'Amérique du Nord.

Concernant les probabilités de substitution de ces emplois par des robots, il y a deux types de frein. Le frein culturel qui ferait que certains peuples soient moins prêts que d'autres à ne plus interagir avec des opérateurs humains. Personnellement je n'y crois pas et la France, du fait d'un coût du travail, est déjà habituée à ne plus avoir de pompistes, portiers ou autres hommes-pancartes qu'on croise partout ailleurs. Le seul frein qui pourrait jouer en France serait que les entreprises aux marges faibles ne puissent investir dans ces robots, comme cela s'est passé avec les robots manufacturiers. Mais dans ce cas, la production "humaine" faite en France ne sera pas en mesure d'être compétitive face aux productions "robotisées" ailleurs et disparaitrait également.

Qu'est-ce qui déclenche cette évolution ?

C'est la rencontre de deux mondes, d'un côté l'ingénierie avec des capteurs de plus en plus performants, des matériaux de plus en plus solides, des processeurs de plus en plus rapide et de l'autre les sciences informatiques avec les progrès spectaculaires en direction de l'intelligence artificielle. Les robots voient leurs "corps" devenir de plus en plus mobile et réactif et leur "cerveau" de plus en plus gros. Ils sont en train de se redresser, d'apprendre à marcher et de voir leur boite crânienne grossir comme les hominidés. Sauf que le changement se compte en dizaine d'années quand il nous a fallu des millions d'années. Si Google a racheté huit sociétés de robotique en décembre et encore une start-up spécialisée dans l'intelligence artificielle hier, DeepMind pour 500 millions de dollars, c'est que la fusion entre le corps et la tête approche. La théorie de Ray Kurzweil, célèbre futurologue en charge de ces sujets chez Google, sur l'avènement de la première intelligence non humaine prend forme.

Les emplois qui vont disparaitre les premiers sont les emplois où la créativité est la plus faible et qui demandent le moins de capacités d'adaptation techniques ou sociales. Par exemple, un traducteur aura moins de chance d'être remplacé qu'un plombier qui devrait intervenir sur des installations à chaque fois différentes.

Quelles sont les différences entre la France et les Etats-Unis qui expliquent ces variations? Quelles autres professions pourraient être touchées chez nous, et pourquoi ?

Il n'est pas tant intéressant de regarder quelques emplois spécifiques mais de prendre en compte la conclusion de l'étude d'Oxford. 47% des emplois américains auraient de fortes chances d'avoir été robotisés d'ici deux décennies. Moshe Vardi, professeur à Rice University, dit même que l'ensemble des emplois humains auraient disparu d'ici 2045. Je suis en train de mener une étude pour transposer à la France les travaux réalisés aux Etats-Unis. Si je considère certaines hypothèses trop "technophiles", les conclusions devraient être toutefois assez similaires. Nous pouvons dire que d'ici 20 ans, un tiers à la moitié des emplois d'aujourd'hui auront disparu du fait de la robotisation croissante.

Mais cela n'a rien de choquant en tant que tel. Sur les 20 dernières années, en neutralisant la hausse de la population active, environ un tiers des emplois a évolué, certains étant détruits, principalement dans le secteur industriel, et d'autres étant créés notamment dans les services.

Quel est le problème alors ?

La grande peur qui traverse la société américaine, la littérature étant particulièrement abondante, est que le remplacement des emplois est terminé. Ce néo-luddisme, du nom de l'ouvrier Ludd qui détruisait les machines textiles dans l'Angleterre de 1811, est incroyablement fort dans une société pourtant très ouverte au progrès technologique. Rapidement, la première révolution industrielle a poussé au remplacement d'artisans très qualifiés par une main d'ouvre non qualifiée. La seconde révolution industrielle a marqué une qualification croissante des ouvriers qui constituaient l'épine dorsale des démocraties. La troisième révolution industrielle a apporté l'informatisation et l'émergence d'un grand nombre d'emplois de services qualifiés mais aussi la robotisation des usines et donc la disparition des ouvriers. La spécialisation de travailleurs qualifiés dans les services permettait d'offrir des emplois de service faiblement qualifiés. Mais les nouvelles avancées technologiques vont supprimer ces emplois ainsi qu'une partie des emplois qualifiés les moins créatifs. La destruction des emplois expliquerait la captation de richesses sans cesse plus importantes par une minorité. La technologie qui a détruit la classe moyenne est en train de grignoter les classes populaires et les classes supérieures.

Et quel est votre avis ?

Je pense que ces chercheurs et intellectuels souffrent d'une vision trop centrée sur leur propre pays. Si la prospérité relative des Etats-Unis peut laisser craindre que tous les besoins humains ne soient étanchés et que la production puisse rester à son niveau actuel, c'est oublier d'une part que les 4/5ème des êtres humains sur Terre aspirent à rejoindre ce niveau de vie et d'autre part nier l'infinité des besoins de l'être humain. Une plus forte productivité signifie des biens et services moins chers et donc un niveau de vie par tête plus important. Nos besoins n'ont jamais cessé de croître et l'offre nouvelle trouvera toujours preneurs. La vraie question est d'assurer que la concentration des richesses ne devienne pas trop forte au point d'empêcher le maintien d'une demande par le plus grand nombre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
En savoir plus
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jemima
- 11/03/2014 - 09:41
il y a du bon ...
moins de déchets à collecter ... peu de 'techniciens de surfaces' ou alors rémunérés à prix d'or ...
beaucoup devront être payés à ne rien faire (c'est déjà le cas) ...
.
nous ne saurons bientôt plus rien faire et n'aurons plus qu'à remonter dans nos arbres ...
GBCKT
- 11/03/2014 - 09:20
50% des métiers ou plûtot 50% des tâches?
Assurément ce sont de tâches élémentaires voire plus qui n'auront plus besoin d'exécutants humains. La maintenance a de beaux jours devant elle aussi bien pour dépanner les systèmes que pour déboucher des canalisations, les métiers du relationnel et du contact humain. Pas obligatoirement les comiques humoristes et autre pétomanes, la plus part pourront être remplacés par des robots. Cela pose de manière encore plus criante la question de la formation initiale et de la formation dite continue.
ignace
- 10/03/2014 - 22:55
@ lorrain j comprends votre point de vue, mais ceci ne
concernera que 30% de la population qui fera produire des services et produits , pour qui ? de quoi vivront les 70% et comment acheteront
t'ils se qui sera produit......c'est le bout du systéme...