En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Bonne nouvelle

L'addiction au porno n'existe pas, selon une étude

Publié le 23 février 2014
Des chercheurs américains expliquent que la plupart des études existantes confondent usage excessif du porno avec addiction.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs américains expliquent que la plupart des études existantes confondent usage excessif du porno avec addiction.

Cela va faire plaisir à certains, et en rassurer d'autres : selon le psychiatre clinicien David Ley, qui a dirigé une étude avec une équipe de chercheurs d’Albuquerque au Nouveau-Mexique, il n’y a aucune preuve scientifique réelle qu’une personne puisse être dépendante à la pornographie. D'après lui, les expériences qui jusqu’alors justifiaient cette addiction ont été menées "au mépris de toute rigueur scientifique".

Les chercheurs ont passé en revue une grande partie des études déjà publiées sur l'addiction au X. Et les résultats sont effarants : 37% d’entre elles confondent usage excessif du porno avec addiction. Pis, 27% des articles concernant cette dépendance ne contiennent aucune donnée ! Preuve qu'il faut parfois se méfier des "Selon une étude américaine...".

Publiée dans le Current Sexual Health Reports, l'étude du Dr David Ley démonte aussi l’existence d’effets secondaires négatifs (notamment des problèmes d'érection) dûs à une consommation trop fréquente de porno. Par contre, il aurait des effets bénéfices. Il offrirait notamment un exutoire pour les comportements sexuels déviants et réduirait donc le nombre d'agressions sexuelles.

Vu sur : Lu sur Têtu
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
sexe, porno, addiction
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires