Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: AFP

Passe d'armes

Assemblée nationale : clash entre Alexis Corbière, Bruno Bilde et Manuel Valls

Traité "d'islamo-gauchiste", Alexis Corbière (LFI) a chargé Bruno Bilde (FN) et Manuel Valls.

Ce jeudi 28 septembre, le député FN Bruno Bilde a défendu à l'Assemblée nationale un amendement visant à "expulser les étrangers dont la présence menace la sécurité publique ou est susceptible de renforcer le risque de radicalisation islamiste et d'apologie du terrorisme". Selon l'élu des Hauts-de-France, ex-conseiller spécial de Marine Le Pen et adjoint du maire FN d'Hénin-Beaumont Steeve Briois, "le juge doit pouvoir expulser un étranger au seul motif qu'il est fiché S ou plutôt 'fiché I' pour islamiste". Concluant son propos, il n'a pas hésité à insulter les élus de La France insoumise, en les qualifiant d'"islamo-gauchistes" : "Nous devons adapter notre arsenal législatif afin d'être à la hauteur de l'enjeu de la lutte contre le terrorisme et l'islamisme. Et de grâce, aucune leçon à recevoir de la part des islamo-gauchistes de la France si soumise". Une phrase lancée gratuitement puisqu'elle n'a pas été provoquée par une quelconque intervention venue des bancs LFI.

"Pagano-fascisme"

Après avis défavorable du gouvernement et du rapporteur sur cet amendement, et le discours du député MoDem Frédéric Petit et celui de Manuel Valls, apparenté au groupe LREM, Alexis Corbière a pris finalement la parole et a pulvérisé tous ses adversaires, en commençant par l'ex-Premier ministre : "J'ai voulu réagir parce qu'il est de bon ton de nous cibler avec des mots qui sont assez insultants - je m'adresse notamment aux élus du Front national. Nous, islamo-gauchistes ? Mais quel mépris. C'est d'ailleurs assez peu honorable que certains aient utilisé cette qualification contre nous, y compris vous monsieur Valls", a-t-il lancé. "Vous voyez : vous parlez comme le Front national, c'est pas glorieux ! Oui oui, vous parlez comme le Front national quand il s'agit de nous taper dessus, monsieur Valls".

"C'est vous qui voulez créer les conditions d'un affrontement dans le pays", s'est-il ensuite adressé à Bruno Bilde. Et d'ajouter : "Et nous qui sommes des laïcs et des républicains, bien loin de votre pagano-fascisme et toutes les sottises que vous avez racontées pendant des décennies. Oui monsieur Bilde, je vous connais idéologiquement, rassurez-vous je n'ai rien à voir avec vous ! Et me faire insulter par un homme comme vous est un honneur. Et je continuerai à me présenter toujours comme un républicain, écologique, social, France insoumise et insulté par Bruno Bilde, un homme qui a méprisé la France depuis des années !" "Se faire traiter d'islamo-gauchiste par des gens qui ont toujours été du côté des ennemis de la République, ça commence à bien faire", a-t-il conclu.

La réponse de Manuel Valls

Si Bruno Bilde n'a pas répondu à ces attaques, Manuel Valls, lui, a repris la parole pour dénoncer à nouveau "les liens [de la France insoumise] avec Les Indigènes de la République et avec tous ceux qui aujourd'hui, dans les quartiers, représentent un vrai danger, parce que précisément, derrière cela, il y a l'islamisme radical et l'islam politique". Une saillie que Bruno Bilde et son collègue frontiste Sébastien Chenu n'ont d'ailleurs pas manqué d'applaudir. 

Vu sur le Lab politique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !