Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La révolution verte en panne en Allemagne : malgré des investissements massifs, la part des énergies renouvelables progresse moins vite depuis 2009 outre-Rhin
©Reuters

Atlantico Green

La révolution verte en panne en Allemagne : malgré des investissements massifs, la part des énergies renouvelables progresse moins vite depuis 2009 outre-Rhin

Les Allemands ont beaucoup investi dans la production d'énergie renouvelable depuis les années 2000. La production est cependant excédentaire par rapport à la demande. Ce mouvement est en stagnation désormais.

Grégory Lamotte

Grégory Lamotte

Grégory Lamotte, fondateur de Comwatt, est un expert énergéticien régulièrement auditionné à l'Assemblée nationale sur les questions liées à la transition énergétique et à la décentralisation des moyens de production d’électricité renouvelable. Spécialiste des énergies renouvelables depuis plus de quinze ans, Grégory Lamotte a développé une offre unique basée sur l'autoproduction et l'autoconsommation grâce à l’internet de l’énergie.

Voir la bio »

Atlantico : L'Allemagne a beaucoup investi dans les énergies renouvelables, 189 milliards d'euros depuis 2000. Cependant, on constate un ralentissement de la production d'énergie verte depuis les années 2009. Comment s'explique cette situation ? Comment peut-elle repartir ? 

Grégory LamottePour comprendre ce ralentissement, il faut le replacer dans le contexte global : Entre les années 2000 et 2016, l'Allemagne à beaucoup investit dans les énergies renouvelables pour passer de 7% à 30% de leur électricité produite à partir des énergies renouvelables. En France, pendant cette même période nous sommes passés de 13 à 18%, la France a donc pris beaucoup pris de retard.

Cependant après avoir connu un pic d’investissement dans les renouvelables en 2011 avec 13 GW ajouté, l’Allemagne semble ralentir depuis avec « seulement » 8 GW ajouté en 2016. (voir le graphique ci dessous qui représente les puissances raccordées en Allemagne selon Fraunhofer Institute).

A titre de comparaison, en 2016, en France nous avons ajouté 1,7 GW d’énergie renouvelable, donc le ralentissement Allemand est à relativiser.

Mais pourquoi les Allemands investissent moins dans des moyens de production d’énergie renouvelable en 2016 qu’ils ne le faisaient en 2011 ?

En 2011, le moteur principal était fondé sur les subventions, depuis 2011, les subventions baissent tous les ans et le renouvelable devient rentable sans subventions et s’intègre selon les règles de marché de l’offre et la demande. Un peu quand nous enlevons les petites roulettes d’un vélo pour enfant, au début c’est difficile, mais très vite l’enfant va beaucoup plus vite qu’avant.

Mais que se passe t-il au niveau des marchés de l’électricité ?

En raccordant un grand nombre de projets renouvelables, les Allemands ont bouleversé les équilibres de la production d’électricité dans une grande partie de l’Europe. Etant donné qu’il n’existe pas de moyens de stockage de l’électricité, les Allemands produisent parfois plus que leurs besoins et doivent donc exporter une partie de leur production à prix bradé. Et cette quantité d’électricité exportée ne fait que croitre depuis 2011 (voir le graphique) malgré la fermeture de 7GW de nucléaire en 2011.

Dans un contexte ou la consommation d’électricité n’augmente plus et que les renouvelables ajoutent de plus en plus de moyens de production, ceci provoque une baisse des prix du marché de gros en Europe, passant de 70 €/MWh en 2008 à 36€/MWh en 2017 (voir le graphique).

En synthèse, les Allemands :

·         Ont investi massivement dans les renouvelables depuis 10 ans sans mettre les outils de gestion de la demande (technologie de déplacement des consommations comme Comwatt par exemple) nécessaire à son intégration dans le mix énergétique.

·         Sont en retard dans les déploiements des smart-meter (comme Linky déployé par Enedis en France), ce qui les prive d’un outil qui permettrait aux opérateurs d’énergie de déployer la gestion de la demande.

·         Subventionnent beaucoup les batteries mais ils se rendent compte que ce moyen de stockage reste encore trop cher dans les 10 prochaines années pour une utilisation en stationnaire (source : Ministère de l’industrie Allemande)

 

Ce manque de synchronisation provoque donc des baisses de prix et beaucoup de perte de valeurs. En effet lors des surproductions en Allemagne, le prix du kWh baisse tellement qu’il devient même négatif parfois et il est impossible de demander aux Allemands de rentrer chez eux pour lancer leur lave linge ou leur lave vaisselle pour profiter de cette énergie moins chère que « gratuite ». Donc pour l’instant c’est les ménages allemands qui payent dans leur facture d’électricité les investissements dans les renouvelable sans profiter de la baisse du prix occasionnée.

C’est donc pour cette raison que les Allemands ralentissent légèrement leurs investissements dans les renouvelables tant que les outils de gestion de la demande et les smart-meters ne sont pas déployés.

Si les Allemands sont en excédent de production d'énergie verte, comment se fait-ils que les Allemands aient rouvert leurs centrales à charbon dans ce cas ? Faut-il y une conséquence ? 

Comme les exploitants de gaz de schiste aux Etats Unis ne payent pas pour les externalités (pollution des eaux et des sols), ce gaz n’est pas cher mais il se transporte très mal, alors que le charbon se transporte très facilement. Donc les Etats Unis utilisent leur gaz de schiste sur place et exportent massivement le charbon à des prix bradés (le numéro 1 mondial du Charbon, Peabody à fait d’ailleurs faillite en 2016). Les Allemands ont donc réduit leur consommation de gaz pour utiliser le charbon bradé. Entre 2010 et 2016, l’utilisation du gaz pour produire de l’électricité a baissé de 12%, la consommation de charbon est restée stable, ce n’est donc pas les énergies renouvelables qui retardent la baisse de consommation de charbon. Notons d’ailleurs, que depuis 5 ans, chaque année, les Allemands baissent progressivement leur consommation de charbon.

Est-ce que ce coup d'arrêt dans la consommation d'énergies renouvelables pourrait être de nature à marquer un recul sur le financement de la production d'énergie de la part des pouvoirs publics allemands ? 

Comme nous l’avons vu précédemment, ajouter 8GW de production renouvelable en 2016 reste une performance pour les Allemands bien supérieure à beaucoup de pays, dont la France. Depuis maintenant plus de 20 ans, les pouvoirs publics Allemands réduisent les subventions de manière proportionnelle aux baisses des prix de production des renouvelables. Maintenant que les renouvelables deviennent compétitives dans beaucoup de cas de figure, les subventions deviennent de plus en plus légères et de moins en moins indispensables.

Cette production d'énergie renouvelable s'appuie principalement sur les particuliers. Quels peuvent être les bénéfices pour les particuliers à participer à ce système de production d'énergie ? 

En Allemagne, le prix de l’électricité est élevé mais lorsque les organismes de sondages demandent aux Allemands ce qu’ils pensent de la transition énergétique, ils la soutiennent à plus de 90%. Pourquoi soutenir une transition énergétique qui double le prix de votre électricité ?

La réponse est simple, elle se décompose en 2 raisons principales.

· La première raison est politique. Les Allemands ont décidé collectivement de sortir du nucléaire, 100% de leur intelligence est focalisée à trouver des solutions, et ils y arrivent. Un seul exemple, comme leur électricité est onéreuse, ils investissent dans l’efficacité et leurs appareils électriques consomment en moyenne bien moins que les notre. En comparaison, en France, une partie de notre intelligence essaye encore de faire vivre artificiellement l’ancien monde qui se meurt, ce qui est un gaspillage énorme de forces vives.

· La deuxième raison s’explique par la particularité des énergies décentralisées. Plus de 85% des nouveaux moyens de productions d’électricité renouvelable appartiennent aux particuliers et aux entreprises qui utilisent cette électricité. Donc les consommateurs sont devenus propriétaire des moyens de production et touchent donc de confortables dividendes. Ce qu’ils payent en facture d’un coté, ils le récupèrent de l’autre en dividendes.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !