Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
©CHEN CHI-CHUAN / AFP

La Minute Tech

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

Après la crise sanitaire du Covid-19, les technologies dans les entreprises et dans les lieux publics pourraient radicalement évoluer et se transformer. Des questions se posent notamment sur le respect de la vie privée et sur la gestion des données personnelles.

Jean-Paul Pinte

Jean-Paul Pinte

Jean-Paul Pinte est docteur en information scientifique et technique. Maître de conférences à l'Université Catholique de Lille et expert  en cybercriminalité, il intervient en tant qu'expert au Collège Européen de la Police (CEPOL) et dans de nombreux colloques en France et à l'International.

Titulaire d'un DEA en Veille et Intelligence Compétitive, il enseigne la veille stratégique dans plusieurs Masters depuis 2003 et est spécialiste de l'Intelligence économique.

Certifié par l'Edhec et l'Inhesj  en management des risques criminels et terroristes des entreprises en 2010, il a écrit de nombreux articles et ouvrages dans ces domaines.

Il est enfin l'auteur du blog Cybercriminalite.blog créé en 2005, Lieutenant colonel de la réserve citoyenne de la Gendarmerie Nationale et réserviste citoyen de l'Education Nationale.

Voir la bio »

Atlantico.fr : A quoi vont ressembler les technologies post-covid19 dans les entreprises ou les grands lieux de fréquentations comme les aéroports, les centres commerciaux etc... ?

Jean-Paul Pinte : Alors que les Européens retournent au travail, ils entrent dans un monde très différent de celui qu'ils ont quitté. Toutes les entreprises qui étaient paresseuses du point de vue digital devrons désormais activer toute la panoplie d’outils numériques : solutions cloud, partage des documents, conférences vidéo, sécurité de l’information, accès des outils à distance.

Les lieux de travail des banques et des bureaux aux entrepôts de commerce électronique, aux usines, aux clubs sportifs et aux aéroports testent ou installent des caméras thermiques anti-fièvre, des systèmes de détection de masques et des logiciels de suivi pour empêcher une résurgence du coronavirus qui a coûté la vie à plus de 167 000 personnes dans la région.

On est en train d’assister à une digitalisation accélérée des entreprises et gouvernements mais aussi à celle de la santé selon de dernier Baromètre Digital Gouv’2019 par Sopra Steria Next. A ce titre les médecins, mais surtout les patients, vont-ils continuer à utiliser le service comme DoctoLib après la crise ? Certainement pas tous mais une majorité aura pu tester cette solution et il y a des fortes chances que la pratique des téléconsultations rentre dans leurs habitudes.

Le télétravail va aussi permettre de faire évoluer les pratiques encore trop timides.

Bien loin des préjugés, une étude américaine 2019 d’Airtasker relève que les employés qui travaillent à distance non seulement ne sont pas moins productifs qu’au bureau mais au contraire y sont souvent sont plus efficaces.

C’est aussi à la digitalisation du commerce de proximité auquel on va assister et le le portail de la transformation numérique des entreprises FranceNum de publier l’année dernier un « mode d’emploi sur les bénéfices de l’Internet et du numérique pour les commerçants ». Certainement ce guide connaîtra un regain d’intérêt dans les semaines à venir.

Les évènements virtuels deviendront aussi un phénomène permanent. Webinars, conférences en ligne, live streaming sur les réseaux sociaux, cours en ligne : nous sommes coutumiers de ce type des événements virtuels.

Aujourd’hui l’offre s’est multipliée : cours de l’art sur Zoom, yoga live sur YouTube, beauty marathon sur Instagram.

Entre autres, nous observons aussi l’émergence de nouveaux formats d’évènements, comme le cloud-clubbing, né en Chine pendant le confinement. Les clubs populaires ont ainsi organisé des performances des DJs diffusées en direct sur les plateformes de partage de vidéo comme TikTok ou Bilibili (analogue chinois de YouTube).

Le virus a ouvert les portes à des technologies de surveillance et de contrôle dont   beaucoup craignent la pérennité. Bien que de tels systèmes se faufilent dans la vie des gens à travers le monde - en particulier en Asie, avec le système de points de reconnaissance faciale de la Chine et le logiciel de suivi des infections invasives de la Corée du Sud - la tendance se heurte à la culture de la vie privée européenne tant vantée. Les Européens qui font le commerce de la vie privée pour des raisons de sécurité peuvent maintenant trouver les conséquences à long terme inacceptables.
 
« L'utilisation des infrastructures de surveillance de masse peut conduire à une normalisation de ces outils très intrusifs, et l'introduction précipitée d'applications, d'appareils et de caméras entraînera, à long terme, une dissolution de la confiance entre les employeurs et les employés», a déclaré Ella Jakubowska., chercheur à l'association de droits Internet Edri.
 
Les entreprises font la distinction entre assurer la sécurité des personnes et protéger leur vie privée. L'absence d'orientations claires de la part des régulateurs européens oblige les entreprises - qui pourraient également être accrochées si elles ne protègent pas suffisamment les travailleurs - à prendre des « décisions extrêmement difficiles » , selon Daniel Cooper, associé du cabinet d'avocats Covington et Burling, qui conseille les clients sur la réglementation technologique.

Par exemple un « bracelet Romware Covid Radius» émet un bip chaque fois qu'un travailleur de Tata Steel Lt d. au Royaume-Uni ou un docker du port d'Anvers en Belgique se trouve à portée de virus d'une personne.

Sur les chantiers Bouygues SA et dans les bureaux de Sanofi et Schneider Electric SE en France, les employés entrent après que les caméras thermiques ont vérifié leur température.

Les lasers invisibles géreront les foules dans les centres commerciaux et les centres de transport en Espagne et en France, et certaines entreprises utiliseront des lanières de dépistage des infections.

"L'exposition des entreprises qui collectent ces informations augmente car elles sont sensibles", a déclaré Cooper. « Ils doivent également équilibrer les droits à la vie privée des personnes dont ils collectent les données et obtenir cet équilibre et ne pas enfreindre la loi.»
 
Environ 23% des entreprises interrogées dans le monde envisagent de suivre le lieu de travail ou de rechercher des contacts pour revenir au travail sur site, selon une étude publiée ce mois-ci par le cabinet fiscal et de conseil PricewaterhouseCoopers, qui teste son propre outil de recherche de contacts dans son bureau de Shanghai.
 
"Au fur et à mesure que le verrouillage est levé, le virage vers le suivi des contacts peut ajouter une toute nouvelle couche de données qui s'accumulent sur où nous allons et ce que nous faisons", a écrit Andrew Pakes, directeur de recherche chez UK Trade Union Prospect, dans un article de blog mardi, ajoutant que "l'inquiétude dans de nombreux milieux est que nous pourrions être somnambules dans une surveillance plus poussée sans garanties en place."
 
Les fournisseurs de ces technologies de surveillance les vantent comme un moyen sûr de remettre les gens au travail et de relancer les économies écrasées par les fermetures. Alors que beaucoup reconnaissent que les systèmes ne sont pas infaillibles, ils disent que le risque d'infection peut être plafonné.
 
«Nos bracelets sont des outils pour assurer la sécurité des travailleurs et augmenter les performances», a déclaré John Baekelmans, PDG de Rombit, la société belge dont les bracelets ajouteront une fonction de traçage en juin pour permettre aux médecins du port d'Anvers de suivre une éventuelle propagation. dans le virus.
 
Rombit voit les bracelets survivre au virus car les entreprises les utilisent pour suivre la santé et les performances des employés. La société affirme qu'elle fournira de tels appareils à 300 entreprises dans les prochaines semaines.
À l'instar de Rombit, Cracovie, la société polonaise Estimote Inc. vend des dispositifs de distanciation sociale aux usines, centres de recherche et hôpitaux, qui leur permettent également de retrouver les contacts établis par tout membre du personnel infecté.

Les appareils, attachés aux longes, bourdonnent lorsque les travailleurs ont passé trop de temps près d'un collègue. Les employés qui développent des symptômes ou dont le test est positif peuvent appuyer sur un bouton du gadget pour avertir l'entreprise, lui permettant de retrouver toutes les personnes avec lesquelles ils ont été en contact.
 
« C'est dans notre ADN de se rapprocher» des autres personnes, a déclaré le PDG d'Estimote Jakub Krzych, ajoutant que les appareils alertent les utilisateurs de ces habitudes, tout en contrôlant la propagation du virus.
 
Herta Security à Barcelone développe à la fois la technologie de détection de masque et la reconnaissance faciale pour un accès sans contact dans les lieux de travail, y compris pour une entreprise de vente au détail mondiale qui envisage de l'utiliser dans ses bureaux en Europe et en Amérique latine, selon Laura Blanc Pedregal, chef du marketing chez Herta Officier.
 
Les centres commerciaux et les principaux centres de transport en Espagne, en France, en Israël et aux États-Unis utiliseront la technologie laser d'Outsight, basée à Paris, pour assurer la distanciation sociale, a déclaré son président et co-fondateur Raul Bravo. Aéroports de Paris, qui gère les aéroports de la capitale française, teste les lasers Outsight pour surveiller les flux de passagers.
 
Les caméras thermiques anti-fièvre commencent à devenir omniprésentes. Des aéroports comme Heathrow à Londres et Charles de Gaulle à Paris les testent.

«Nous vendons plus de caméras chaque semaine», a déclaré Guenther Mull, PDG de la société allemande de biométrie Dermalog Identification Systems GmbH, qui propose la détection de masques en tant que complément à son logiciel. "La demande est actuellement très élevée."
 
Les défenseurs de la vie privée sont alarmés. Les caméras thermiques pourraient être considérées comme une atteinte à la vie privée, a déclaré Rob van Eijk, directeur général pour l'Europe au Future of Privacy Forum, un groupe de réflexion à but non lucratif.
 
"Cela ferait pression sur les personnes dont la température corporelle est relativement plus élevée pour qu'elles divulguent ou divulguent, probablement contre leur gré, leurs informations de santé personnelles qui pourraient être sans rapport avec Covid-19 ou d'autres infections virales respiratoires", a t-il déclaré.
 
En Europe, où la violation des lois sur la protection des données peut entraîner une amende pouvant aller jusqu'à 4% du chiffre d'affaires mondial annuel, les entreprises ne lient généralement pas les relevés de température aux noms ni ne stockent les informations. Pourtant, les relevés de fièvre ne seraient pas difficiles à retracer jusqu'à un individu, a déclaré Covington et Burling’s Cooper.
 
Pour l'instant, les vérifications sont en cours. Prenons les employés de Bayer 04 Leverkusen, le club de football allemand, qui a investi dans cinq caméras thermiques Dermalog. Lorsque la Bundesliga est devenue la première grande ligue de football à reprendre le week-end dernier, le club était prêt. Il avait scanné ses joueurs lorsqu'ils sont venus pour s'entraîner.
 
Fin avril, alors qu'une grande partie de l'Allemagne était à l'abri sur place, le footballeur professionnel Leon Bailey se tenait à l'entrée des installations d'entraînement du club pour faire prendre sa température. La caméra s'est concentrée sur son front pour lire une température de 37 degrés Celsius. Pas de fièvre. Il a franchi les portes de l’arène et rejoint ses coéquipiers pour s’entraîner.

"Ils voient que c'est pour leur propre sécurité", a déclaré le Dr Karl-Heinrich Dittmar, directeur médical de Bayer Leverkusen, dans une interview. "Personne ne veut tomber malade."

Enfin voici 10 tendances technologiques qui peuvent aider à bâtir une société résiliente, ainsi qu'une analyse de leurs impacts sur la façon dont nous exerçons nos activités, nous échangeons, nous travaillons, nous produisons des biens, nous apprenons, nous recherchons des services médicaux et nous nous divertissons.

Comme définir (et conserver) l'équilibre entre sécurité et vie privée ? 

Le confinement impose une nouvelle routine et incite à passer davantage de temps sur les écrans pour se distraire et rompre l'isolement. Cela n’est pas sans poser de problèmes entre sécurité et vie privée.

Le sociologue Antonio A. Casilli nous livre d’ailleurs son regard sur l’utilisation d’outils numériques par de nombreux pays pour accompagner le déconfinement. Membre de l’Institut interdisciplinaire de l'innovation et chercheur associé à l’Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain, il étudie depuis 2009 les effets des plateformes et des outils numériques sur la société et la vie privée et nous parle des différents scénarii observés dans le monde à ce niveau. Pour lui il n’existe pas d’application capable de remplacer une politique de santé publique. On peut toujours selon ce chercheur établir des garde-fous pour limiter les atteintes aux libertés et à la vie privée, mais pas les éliminer.

L’Union européenne se tourne désormais vers le déconfinement. Mais les Etats membres veulent éviter le risque d’une deuxième vague épidémique de coronavirus. Pour empêcher ce scénario catastrophe, le traçage des citoyens par leur téléphone portable est présenté comme un outil essentiel.

En France on envisage que l’application StopCovid produise des pseudonymes, des identifiants éphémères. De cette manière si je croise un individu, mon smartphone ne détecte pas son identité. Mais ces pseudonymes devraient être envoyés à une base de données centralisée. Et c’est là que, selon des experts en informatique, une ré-identification reste possible. En effet, dès que vous êtes déclaré positif, les personnes dans votre entourage sont informées; sous certaines conditions, ceci peut suffire à retrouver votre identité. Par ailleurs, ce genre d'application est très vulnérable au piratage et aux détournements: on peut notamment imaginer l'apparition d'applications « parasites » capables de croiser les données Bluetooth avec d’autres informations, voire des « blagues » informatiques où des plaisantins s’amuseraient à désanonymiser les identifiants de leurs voisins et de leurs connaissances testées positives.

La Chine a elle mis en place une parade technologique contre le COVID-19, posant des questions extrêmement riches d’enseignements selon cet article.

Un triangle de notions fait débat : Le Civisme, L’internet des objets (IoT), La liberté personnelle. Ces trois pôles vont entretenir dans les années qui viennent des relations de plus en plus complexes, tendues, tantôt de coopération, tantôt de conflit, jusqu’aux menaces graves. La crise du COVID-19 a fait surgir de façon saillante l’importance de ce triangle. Le fait que ce débat ait émergé en Chine confirme que les questions importantes du futur se forgent là-bas, que les nouveaux modèles de société – dans leurs aspects les plus cauchemardesques comme les plus bénéfiques – sont testés à travers leur mode de vie et que les sociétés occidentales risquent le déclassement face à la poussée pionnière de l’Asie. 

Cependant, dans le cas d’une crise telle que le COVID-19, il faut se demander à quel endroit se situe la privation de liberté. Faute de disposer de telles technologies ciblées et surtout des moyens de les employer, nous faisons appel en Europe à un mode beaucoup plus fruste et pas moins coercitif : le confinement. Faut-il troquer la confidentialité des données personnelles contre la privation de l’une des libertés les plus élémentaires, celle de se déplacer ? La comparaison entre les deux méthodes montre que nous devenons des sociétés de plus en plus primitives et archaïques en termes de moyen d’action, comparés à l’Asie.

La protection de la vie privée et des données se retrouve au centre des questionnements pour endiguer le coronavirus. Le rôle des professionnels du secteur est donc fondamental dans ce débat. "L’une des grandes questions est combien de temps ces mesures seront mises en place et, une fois qu’elles seront levées, que ferons-nous des données ainsi collectées", juge Paul Jordan, directeur Europe de l’International Association of Privacy Professionals.

Experts et scientifiques sont mobilisés pour résoudre cette question. Il existe déjà un projet pan-européen pour ce type de traçage, le Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing. Selon l’un des chercheurs Chris Boos "nous n’avons pas besoin de géolocalisation, nous n’avons pas besoin de vos numéros de téléphone, nous n’avons pas besoin de votre adresse. Nous avons juste besoin d’un traçage de proximité". Ces informations combinées aux activités et aux déplacements sont suffisantes, selon Chris Boos. "En fait nous pouvons gérer cette pandémie sans enfreindre la vie privée", assure-t-il. Pour les spécialistes et les scientifiques il faut répondre rapidement à toutes ces questions.

En France, quels contrôles peut-il y avoir sur l'utilisation de ces technologies ? 

Surveiller les citoyens via leurs Smartphones peut aider à contenir la pandémie de coronavirus mais aussi coûter cher en libertés publiques et respect de la vie privée. De la Chine à Israël, des gouvernements contrôlent les déplacements des personnes grâce à des moyens électroniques. En Europe et aux États-Unis, des firmes technologiques ont commencé à partager des données rendues anonymes pour mieux surveiller la propagation du virus. Ces pratiques interrogent les ONG de défense des droits humains.

« Les gouvernements exigent de nouveaux pouvoirs de surveillance extraordinaires pour contenir le Covid-19 », constate l'une d'elles, la Electronic Frontier Foundation, dans un communiqué. Ces pouvoirs pourraient « envahir notre vie privée, réduire la liberté d'expression et peser lourdement sur les groupes vulnérables, continue-t-elle. Les autorités doivent prouver que de telles mesures sont efficaces, scientifiques, nécessaires et proportionnées ».

Depuis l’émergence de l’épidémie, de nombreux Etats se sont penchés sur la mise en place d’outils technologiques de suivi des malades. Certains pays, comme la Chine, ont développé des stratégies de traçage numérique particulièrement intrusives pour contrôler les déplacements des populations. En France, plusieurs institutions ont engagé un travail d’assistance médicale à distance. C’est le cas de l’AP-HP, à Paris, qui a développé l’application « Covidom ». Conçu pour ne pas engorger les hôpitaux d’Ile-de-France, cet outil permet aux médecins de suivre les patients à domicile qui présentent des symptômes « sans gravité ». En parallèle, deux opérateurs téléphoniques – Orange et SFR – fournissent des données anonymisées de leurs clients à des institutions sanitaires pour vérifier, notamment, le respect du confinement.

Surveillés, les citoyens seraient-ils pour autant en meilleure santé ? « On n’a aucune preuve que ce type d’outil réglera le problème. C’est ce qu’on appelle du solutionnisme technologique : on tente de résoudre un problème politique avec un outil technologique », dénonce Benoît Piedallu. Pour fonctionner, l’application envisagée par l’exécutif repose sur un nombre d’utilisateurs suffisant et répartis sur tout le territoire. Or, sur ce point, la précarité numérique et le manque d’équipement de certaines catégories de population posent question.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !