Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©ALAIN JOCARD / AFP

Grand nettoyage

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

"On ne réussira à combattre les ennemis de la République que si l'on tient la promesse républicaine", a estimé l'eurodéputé EELV, ce dimanche sur France Inter.

Yannick Jadot, député européen EELV, était ce dimanche sur France Inter. Il s'est longuement exprimé sur la lutte contre l'islamisme radical, qui pour lui doit être la "première priorité".

Il faut "combattre l'islamisme radical, sans trembler, avec intransigeance, avec fermeté" mais "on ne réussira à combattre les ennemis de la République que si l'on tient la promesse républicaine", a expliqué l'écologiste. Pour lui, en effet, "si on laisse la ghettoïsation dans les quartiers, les discriminations économique, sociale, territoriale, religieuse, s'installer et s'empirer, à ce moment-là, toutes les associations islamistes pullulent et gangrènent" ces quartiers. "Lutter contre l'islamisme radical, c'est aussi pour protéger les Françaises et les Français de confession ou de culture musulmane", a-t-il dit.

Pour lutter "avec fermeté" contre l'islamisme radical, il a aussi estimé qu'il fallait mettre "un terme définitif à toutes les complaisances qu'il a pu y avoir dans les mairies, avec des associations, ou avec ce gouvernement, comme les précédents, avec l'Arabie saoudite", a-t-il ajouté.

Il en a profité pour fustiger certains membres du gouvernement, comme Gérald Darmanin (Intérieur), Bruno Le Maire (Economie) ou encore Jean Castex, accusés d'avoir "gouverné avec Nicolas Sarkozy". Selon Yannick Jadot, l'ancien président est coupable d'avoir "supprimé 13.000 postes de policiers et gendarmes, déstabilisé tous les acteurs du terrain sur le renseignement" et "mené une guerre en Libye qui a armé tous les terroristes du Sahel". "Donc, pas de leçons de ces personnes qui nous ont désarmé sur la question du terrorisme", a-t-il dit.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !