Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©STR / AFP

Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

Vous n’aviez probablement jamais entendu parler de la ville dans laquelle sont apparus les premiers cas du mystérieux coronavirus. C’est pourtant une métropole de plus de 10 millions d’habitants très liée à l’Hexagone.

Emmanuel Lincot

Emmanuel Lincot

Professeur à l’Institut Catholique de Paris, spécialiste de l’histoire politique et culture de la Chine contemporaine, Emmanuel Lincot est Chercheur-associé à l’Iris. Son dernier ouvrage Chine, une nouvelle puissance culturelle ? Sharp Power et Soft Power 

Voir la bio »

Atlantico.fr : La ville chinoise de Wuhan, épicentre du coronavirus, a été mise en quarantaine par le gouvernement chinois. Cette ville de 11 millions d'habitants, peu connue, est pourtant considérée comme la porte d'entrée française en Chine.

Air France assure des liaisons régulières entre Wuhan et la France, PSA y compte trois usines, Alstom, L'Oréal, Total y possèdent des usines... Pourquoi tant de liens entre Wuhan et la France ? Pourquoi avoir choisi cette ville en particulier ?

Emmanuel Lincot : C’est Deng Xiaoping, successeur de Mao Zedong, qui suggéra à son homologue Giscard d’Estaing de concentrer les entreprises françaises dans cette conurbation. Située à mi-chemin entre le nord et le sud du pays, ville portuaire, Wuhan était par ailleurs moins entachée d’un passé colonial que Shanghai, connue pour sa concession française, dans le contexte de l’entre deux guerres. Stratégique, le choix de Wuhan, dans l’esprit des dirigeants communistes, allait permettre d’innerver l’intérieur du pays par une dynamique amorcée à partir littoral. L’on pouvait par ailleurs compter sur l’expérience industrielle de la ville et la présence d’une université prestigieuse qui allait, chaque année, former des contingents d’interprètes francophones utilisables par les entreprises françaises. Les conditions étaient toutes réunies pour créer un pôle d’attractivité en vue d’attirer ces entreprises. C’est plus que jamais le cas aujourd’hui. Un consulat a même été ouvert pour faciliter les démarches administratives de nos expatriés au quotidien. Une ligne inaugurée par Air France met Wuhan à portée de Paris en 10 heures. Et réciproquement bien sûr en précisant qu’une partie de l’élite du pays est originaire ou a exercé des responsabilités dans cette ville. C’est le cas de l’ambassadeur de Chine à Paris aujourd’hui, Monsieur Lu Shaye.

Si nombreuses sont les entreprises françaises présentes sur place aujourd'hui, la coopération entre et la France -outre l'aspect purement économique- est-elle toujours d'actualité ?

Elle l’est. Wuhan et sa périphérie étant pour les entreprises françaises un laboratoire d’expérimentation dans le domaine de l’urbanisme ecodurable. Cette présence est d’autant plus importante qu’elle assure à notre pays - comme au Sichuan voisin et sa capitale, Chengdu où nous avons également un consulat - un poste d’observation au cœur du pays pour suivre ses mutations. Et beaucoup reste à faire encore en termes de coopération, dans le domaine des industries culturelles notamment ou celui de l’agroalimentaire....Nous y avons des atouts exceptionnels que peuvent nous envier nombre de pays européens. 

Quelles conséquences la msie en quarantaine de la ville pourrait avoir pour la France, ses relations avec la Chine ou encore son économie ? 

Nous avons tous le souvenir de la crise du SRAS de 2003. Elle avait créé un climat de psychose en Chine et à l’étranger. Courageusement, Jean-Pierre Raffarin, alors premier ministre de Jacques Chirac, s’était rendu en Chine. Il avait été a l’époque l’un des rares rares hommes d’Etat étrangers à le faire. Aujourd’hui il en récolte les fruits...Dix sept ans plus tard, les autorités chinoises ont immédiatement réagi. Pas seulement pour des raisons sanitaires. La période de flottement, l’indécision à laquelle les provinces avaient été confrontées, avaient provoqué une crise politique au plus haut sommet de l’Etat. Ce n’est plus le cas dans le contexte actuel. Cette crise sera jugulée et n’ébranlera en rien nos relations avec ce pays. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !