Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Une ligne de production dans une usine de Changchun, en Chine.
Une ligne de production dans une usine de Changchun, en Chine.
©STR / AFP

Mauvaise idée

Relocaliser pour se protéger des chocs sur les chaînes de production mondialisées ? L’analyse des données économiques montre que l’effet produit n’est pas celui recherché

Les perturbations des chaînes de valeur mondiales causées par la pandémie incitent des responsables politiques à réfléchir à la possibilité de réduire la dépendance aux intrants importés en se découplant des chaînes de valeur mondiales.

Certains plaident pour une stratégie de découplage à la lumière de la pandémie et de ses conséquences mondiales. D'après vos simulations, qu'adviendrait-il d'un monde sans chaînes de valeur mondiales en termes de richesse ?

Oliver Krebs : Tout d'abord, il est important de comprendre qu'un monde sans chaînes de valeur mondiales n'est pas la même chose qu'un monde sans commerce international ou sans liens sectoriels. Ce que nous arrêtons dans nos simulations est spécifiquement le commerce international des biens intermédiaires. Cela signifie que les biens finaux peuvent toujours être échangés et que les consommateurs français peuvent, par exemple, toujours importer des voitures allemandes ou américaines. Cela signifie également que, même s'il existe encore des chaînes de production génératrices de valeur où, par exemple, les constructeurs automobiles achètent de l'aluminium pour produire des voitures, ces produits intermédiaires doivent désormais provenir uniquement de producteurs nationaux. C'est également de là que proviennent les effets négatifs sur le bien-être : si les entreprises ne sont plus libres d'acheter des produits intermédiaires auprès du fournisseur le moins cher, mais doivent les acheter au niveau national, les coûts de production augmentent tout au long de la nouvelle chaîne de valeur nationale, ce qui entraîne en fin de compte une hausse des prix pour les consommateurs. C'est pourquoi nous constatons que les petits pays hautement intégrés et spécialisés, tels que le Luxembourg, Malte ou l'Irlande, qui ne peuvent pas facilement remplacer leurs produits intermédiaires importés par leur propre production, subissent les conséquences les plus graves en termes de bien-être, allant jusqu'à une perte de 68 % du pouvoir d'achat. En revanche, les grandes économies telles que les États-Unis ou la Chine ont plus de facilité à remplacer les importations intermédiaires par la production nationale et sont confrontées aux pertes de bien-être les plus légères, qui se situent toutefois toujours autour de 3 % du PIB réel.

Vous avez étudié comment les pays réagiraient à des chocs d'offre en Chine avec et sans GVC (global value chain). Dans neuf pays, dont la France, l'Allemagne et le Japon, le découplage aurait aggravé les effets de bien-être du choc Covid-19 alors qu'il les aurait un peu réduits dans la plupart des autres. Comment cela est-il possible ?

Ces résultats, peut-être inattendus, sont dus à la restructuration compliquée de l'économie mondiale qui se produit lorsque les chaînes de valeur mondiales sont fermées. Plus précisément, si les pays ne peuvent plus échanger de biens intermédiaires, ils compenseront partiellement cet effet par une augmentation des échanges de biens finaux. Ainsi, d'une part, les retombées du choc de l'offre en Chine ne peuvent fonctionner que par le biais du commerce des biens finaux lorsque les chaînes de valeur mondiales sont fermées. D'autre part, le réseau adapté de commerce de biens finaux pourrait encore impliquer des effets accrus pour certaines relations bilatérales, les rendant moins résistantes au choc en Chine. C'est ce que nous constatons dans nos simulations, entre autres pays, pour la France, l'Allemagne et le Japon. Il est important de noter que même dans les pays restants pour lesquels la transmission du choc est plus favorable après le découplage, le bénéfice est fortement dominé par les coûts initiaux de bien-être beaucoup plus importants du découplage.

Existe-t-il des cas dans lesquels la délocalisation ou le découplage et la réduction de la participation à la chaîne mondiale de valeur peuvent avoir des effets positifs ou s'agit-il globalement d'une mauvaise stratégie ?

Une blague bien connue est que si vous posez une question à deux économistes, vous obtiendrez trois réponses. Il est donc d'autant plus surprenant de constater à quel point la réponse de notre analyse est tranchée dans ce cas : D'un point de vue économique, le découplage est une mauvaise stratégie qui entraîne une baisse du pouvoir d'achat. Sur des milliers de simulations, nous n'avons pas pu trouver un seul cas où les effets positifs d'une politique qui augmente les barrières dans les chaînes de valeur mondiales l'emportent sur ses conséquences négatives. Les pertes liées au découplage ont toujours été, quel que soit le pays, nettement plus importantes que les avantages que le pays pourrait retirer en devenant plus résistant aux chocs. En outre, cela reste vrai, que nous examinions un choc d'offre en Chine ou dans l'un des autres pays de notre échantillon.

Vous encouragez à "accepter les retombées d'un choc d'offre étranger". N'y a-t-il rien à faire à ce sujet ?

Pour être clair, ce que nos simulations montrent, c'est qu'il vaut mieux accepter les retombées d'un choc d'offre étranger négatif que de s'appuyer sur une politique qui entrave le commerce des biens intermédiaires dans l'espoir de limiter ces retombées. Nous n'avons pas étudié de politiques alternatives mais cela ne signifie évidemment pas qu'elles n'existent pas. Des recherches récentes, par exemple, semblent indiquer que même sans intervention politique, les entreprises individuelles ont déjà réagi à la pandémie en diversifiant les partenaires commerciaux de leurs chaînes de valeur afin de réduire leur dépendance vis-à-vis de chaque partenaire individuel. On peut se demander si des politiques qui encouragent ce comportement pourraient être bénéfiques, mais des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour donner une réponse claire à cette question. Enfin, il ne faut pas oublier que les chocs d'approvisionnement étrangers peuvent être aussi bien négatifs que positifs. Toute politique devrait donc être très intelligemment conçue pour réduire les mauvaises retombées tout en conservant les bonnes.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !