Pourquoi faire la différence entre leur gauche et leur droite pose tant de problèmes à certains (et pourquoi c’est un vrai handicap) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les troubles de la latéralité sont un vrai problème psychomoteur.
Les troubles de la latéralité sont un vrai problème psychomoteur.
©Reuters

Gauche et droite (mais ce n'est pas de la politique)

Pourquoi faire la différence entre leur gauche et leur droite pose tant de problèmes à certains (et pourquoi c’est un vrai handicap)

Qui n'a jamais connu cette absence de quelques secondes où l'on ne reconnait plus sa gauche de sa droite ? La plupart du temps ce flottement s'efface une fois la concentration revenue. Pourtant, les troubles de la latéralité sont un vrai problème psychomoteur, synonyme de dyslexie, de difficulté à l'apprentissage de l'orthographe et d'une mauvaise appréhension visuelle de l'espace.

Corinne Reignoux-Hénonin

Corinne Reignoux-Hénonin

Corinne Reignoux-Hénonin est psychomotricienne et enseignante à l'Institut de formation des psychomotriciens de Lille.

Voir la bio »

Les troubles de la latéralité sont un vrai handicap. Aller à l'hôpital et ne pas pouvoir situer sa douleur au médecin qui la demande, n'est qu'un exemple parmi d'autres. Mais cette gêne est également liée aux embarras quotidien comme la conduite. La distraction peut être un motif où la personne confond sa gauche et sa droite. Une étude publiée ce mois-ci dans la revue scientifique anglaise Medical Education a soumis 234 étudiants en médecine à des tests. Ces derniers, dans un environnement bruyant et en plein exercice, étaient interrompus par des questions médicales. Ils devaient ensuite situer leur gauche de leur droite. L'effet de la distraction a été révélateur : nombreux n'ont pas su le faire correctement.

Atlantico : A quoi sont dus les troubles de la latéralité ?

Corinne Reignoux-Hénonin : Les troubles de la latéralité sont ce qui cause les problèmes aux  personnes qui ne reconnaissent pas leur gauche de leur droite. Cela représente tout au plus 10% de la population. Les causes peuvent être multiples : neurologiques, motrices, psychologiques, sociales… Ils révèlent de problèmes comme les difficultés de discrimination visuelle, divers troubles des apprentissages comme la dysgraphie, dyslexie, la dysorthographie, et parfois les tics ou les bégaiements. Les  troubles d’orientation dans l’espace peuvent être liés à une latéralité floue, sans en être forcément la cause.

On considère que la latéralité est bien la préférence naturelle d’utiliser un hémicorps, la moitié droite ou gauche du corps, plutôt que l’autre. C'est le fait d'avoir un côté qui est dominant.

La latéralité est un phénomène qui s'observe au niveau de l’œil, la main, le pied. Elle peut donc ne pas être homogène sans que cela ne pose de difficultés. L’homogénéité œil-main, par exemple, va faciliter l’apprentissage de l’écriture. Une latéralité homogène facilite les performances motrices.

Les troubles de la latéralité révèlent  de problèmes comme les difficultés de discrimination visuelle, divers troubles des apprentissages comme la dysgraphie, dyslexie, la dysorthographie, et parfois les tics ou les bégaiements. Les  troubles d’orientation dans l’espace peuvent être liés à une latéralité floue, sans en être forcément la cause. 

Quelle partie du cerveau gère la motricité gauche/droite ?

L’hémisphère droite gère la motricité gauche, et l’hémisphère gauche, la motricité droite. Il existe une asymétrie hémisphérique. L’hémisphère droit dominant suppose que l’on soit gaucher, et l’hémisphère gauche dominant que l’on soit droitier. Mais la préférence manuelle est également rattachée à l’asymétrie fonctionnelle

Il est à noter que c’est dans l’hémisphère gauche que se situent les centres du langage, de la symbolisation, l’analytique, la logique, la mémoire auditive et dans l’hémisphère droit l’intuition, la créativité, la globalité, l’espace, l’émotion artistique, la mémoire visuelle. On peut ainsi réfléchir aux performances des gauchers au tennis.

A quel moment la différenciation gauche/droite s'effectue-t-elle ?

La latéralisation se fait selon un rythme propre à chacun, mais il est difficile de parler de latéralité établie avant l’âge de 4 ans, et la latéralité manuelle est encore instable à ce moment-là. La latéralisation est un processus qui se fait progressivement au fil de la maturation neurologique et de l’apprentissage. Comme pour les autres processus de ce genre,  dans le développement de l’enfant, cela se fait dans la relation à l'autre.

Les personnes atteintes de trouble de latéralité, souffrent énormément au quotidien. Cet handicap génère de l'angoisse. Quelles sont les solutions pour pallier à cette incapacité ? 

L’approche psychomotrice sera différente selon chaque situation. Il est donc nécessaire de faire une évaluation psychomotrice des capacités et des difficultés rencontrées, afin de proposer un projet thérapeutique comprenant éventuellement des exercices de rééducation, des moyens mnémotechniques, adaptés à l’âge et la demande du patient. Les médiations possibles sont nombreuses et variées, et devront prendre en compte la globalité du patient. Une latéralité floue va souvent générer un manque de confiance en soi qui sera à prendre en compte dans l’accompagnement. L’attitude du psychomotricien devra permettre à la personne de vivre des expériences psychomotrices en reprenant confiance en ses capacités sous le regard de l’autre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !