Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©LIONEL BONAVENTURE / AFP

Rallumer la flamme

L’égalité hommes-femmes, mauvaise nouvelle pour le désir

C’est du moins ce que révèle une étude menée par Osmo Kontula, professeur à l'Institut de recherche sur la population, sur la libido des Finlandaises qui serait en chute libre depuis quelques années. L'égalité de genre peut-elle troubler le désir ?

Atlantico.fr : La Finlande est un des pays phares dans la mise en place d'une égalité politique et économique entre les genres. Pourtant, une étude (lire ici, en anglais) montre un fort recul statistique des pratiques sexuelles, et notamment une baisse importante dans la libido des femmes. Quelle peut être la place de la recomposition de la place des hommes et des femmes dans cette perte de désir ? Dans un moment de recomposition, peut-il y avoir un affaiblissement de la libido ?

Marie-Aude Binet : La Finlande fait partie des pays du Nord où la sexualité est beaucoup moins taboue qu’en Europe du Sud. Ces pays ont mis en avant le consentement avant tout acte sexuel dans un souci d’échapper à la domination masculine afin de protéger les femmes de toute agression sexuelle. Même si des mesures sont à prendre face à des violences inacceptables, cette obligation à s’assurer du consentement de manière écrite ou avec insistance retire une forme de spontanéité dans l'approche de l'autre. La séduction devient plus réglée et calculée, là où c'est le désir et l'attirance sous l'effet des hormones qui président au rapprochement. Les femmes comme les hommes vivent de cette spontanéité qui permet d'aller vers l'autre au-delà des peurs. Or, avec la méfiance qui s'est installée envers les hommes, il devient compliqué pour ceux-ci d'entreprendre une rencontre et pour les femmes de se laisser aller en toute confiance. La confiance en effet est un élément essentiel pour s'abandonner sensuellement et sexuellement. Le corps à corps se nourrit d’un cœur à cœur, dans ces conditions-là le respect mutuel permet de se donner l’un à l’autre plus simplement.

De manière plus générale, l'égalité homme-femme sur le plan économique et politique conduit à une unification des rôles sociaux des deux partenaires. Est-ce que cela peut avoir un impact négatif sur la libido ? 

L'égalité ne veut pas dire gommer les différences. En effet, naturellement les hommes et les femmes sont différents physiquement et physiologiquement, vivent et expriment leur désir de manière diverse. La montée en excitation se fait dans un rythme décalé (20 mn chez la femme, d’où son besoin de préliminaires, 3 mn chez l'homme), les zones érogènes sont plus développées chez la femme qui développe des aptitudes érotiques et sensuelles supérieures, l'homme est plus direct et exprime sa pulsion quand la femme a besoin d'une qualité relationnelle et de préliminaires pour se détendre. Les hommes en deviennent gênés voire n’osent plus exprimer leur « force » qui est naturellement produite par la testostérone et les femmes deviennent plus inaccessibles, oubliant leur côté doux et empathique qui les conduit à être davantage dans la relation. Nos sociétés ont tendance à faire croire que plus se masculiniser pour les femmes leur permettrait de tenir le combat face aux hommes et se féminiser serait pour les hommes une garantie d’acceptation. Nous avons tous du féminin et du masculin en nous, il ne s’agit pas de se singer ou de se transformer mais vivre plus en harmonie. Ces différences sont à apprendre dans un dialogue renouvelé afin de vivre ensemble un plein épanouissement sexuel. Dialogue qui permet de partager ce qu'on aime ou pas, les gestes acceptés ou pas. Cela ne s'improvise pas, la sexualité s'apprend et est unique à chaque couple.

Comment, dans un couple où les rôles sont identiques, entretenir le désir ?

Les fonctions sont identiques - être conjoints et parents - pas les rôles. Ils sont propres à chacun et exercés en fonction du sexe, de l'éducation reçue, de l'environnement, de la culture, des valeurs, des projets du couple. Ce sont justement ces rôles que la révolution culturelle des années 70 est venue bouleverser : les hommes à l’extérieur et les femmes au foyer n’est plus d’actualité. C'est à chaque couple de créer son intimité et de la réveiller régulièrement en remettant toujours le couple en premier car cela demande du temps et de l'espace. Le dialogue reste essentiel afin de ne pas se perdre de vue comme l’utilisation des excuses pour ne pas se retrouver ensemble : écrans, enfants, travail, loisirs, amis... Le couple est central et le reste en périphérie. Le désir s’entretient grâce aux compliments, à la gratitude, à la capacité de réconciliation qui donnent envie de rentrer chez soi. Et bien sûr à la séduction comme aux premiers jours à entretenir afin de ranimer régulièrement la flamme amoureuse. La tendresse est vraiment avec le dialogue ce qui permet à chacun de vivre à sa place, à égalité une relation d’amour et de confiance dans le temps qui donne vie au couple malgré les épreuves. La sexualité est épanouissante aussi bien pour l'homme que pour la femme quand la relation est stable, calme et où chacun se sent accueilli, écouté et compris dans un climat de tendresse quotidienne. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !