Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©Greg Baker / AFP

Education

Exposition des enfants aux écrans : de nouvelles études montrent qu’une bonne gestion du temps peut aider au développement cognitif

Il n'est pas nécessaire de couper totalement les enfants des écrans. Bien conçus et bien utilisés par les éducateurs, ces derniers peuvent être bénéfiques pour l'instruction des enfants, et aucune donnée précise ne permet de confirmer des conséquences négatives sur le développement de l'enfant.

Jean-Gabriel Ganascia

Jean-Gabriel Ganascia

Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du LIP6, dans le thème APA du pôle IA où il anime l'équipe ACASA .
 

Voir la bio »

Atlantico. Les outils numériques sont maintenant largement plébiscités et les enfants les découvrent très tôt, que ce soit pour des jeux ou des dessins animés. Quels sont les types d'activités sur écran qui peuvent être bénéfiques pour le développement cognitif de l'enfant, et quels sont ceux qui y nuisent ? 

Jean-Gabriel Ganascia : C'est une question qui est vraiment délicate parce qu'on n'a pas, aujourd'hui, d'idée très précise de ce qui peut être bon ou mauvais. Ce qu'on sait, ce qu'on pense, c'est que l'excès de stimulation par les circuits électroniques peut avoir des conséquences sur le sommeil, peut avoir des conséquences sur la faculté de concentration. On ne saurait pas dire pour l'instant à long terme quel est l'effet. Il y a eu des études qui disent que le QI aurait stagné ou baissé mais d'abord on n'en est pas certain parce que ce n'est pas vrai partout et qui plus est on ne sait pas si c'est à cause des outils numériques ou au contraire des perturbateurs endocriniens. Donc c'est une question qui demeure posée mais qui est très difficile, parce que c'est difficile de faire des comparaisons sur le long terme, mais la seule chose effectivement, c'est qu'il y a plutôt, disons des effets collatéraux, parce que les enfants qui passent beaucoup de temps sur des outils numériques dormiront moins, et ça, ça peut avoir des conséquences, des effets négatifs. 

Des jeux de logique, des dessins animés culturels sont proposés sur les écrans. L'enfant doit-il y consacrer un certain temps, à des horaires précis, pour se développer de façon optimale ou est-il préférable de les interdire totalement ? 

Il n'y a certainement pas de raison de les interdire totalement, ça peut participer à l'éveil de l'enfant, mais il y a des études qui ont été faites de façon empirique qui évaluent les choses de façon très précise. Mais souvent ce qu'il se passe, c'est que s'il y a un accompagnement avec ces dispositifs ça peut être très positif. En revanche, si c'est une façon de ne pas s'occuper de l'enfant et au fond d'utiliser ces dispositifs simplement pour qu'il puisse être absorbé par ces outils, à ce moment-là ça peut avoir des effets très pernicieux sur le développement. 

Doit-on différencier l'utilisation d'écrans pour le loisir et pour l'éducation ? L'introduction des tablettes numériques à la maternelle et au primaire est-elle alors bénéfique au développement de l'enfant ?

Je crois qu'il y a des activités péri-éducatives qui peuvent utiliser des tablettes, des formes de lecture avec des tablettes qui sont certainement tout à fait positives. C'est vrai qu'il y a un certain nombre de gens qui ont tendance à condamner tous les nouveaux supports, qui croient que supprimer les tablettes, alors que de même que les livres peuvent, participer à l'épanouissement, à la formation intellectuelle, de même des tablettes bien conçues, avec des parcours de lecture, peuvent être utilisées à la fois dans le cadre scolaire et mais aussi dans un cadre périscolaire, pour la formation spirituelle.

Sur ce sujet-là il y aujourd'hui une attitude quelque peu réactionnaire de crainte devant la nouveauté qui conduit à tout rejeter. Je crois que ce qu'il faut c'est que les outils électroniques ne soient pas des substituts à la présence des adultes et des formateurs parce qu'alors bien sûr ça aura un effet très négatif, mais sinon je crois que utilisés à bon escient ça devrait être très positif. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !