Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire

Bonnes feuilles

Et si Napoléon III n'était pas le neveu de l'illustre empereur ?

Sur plus de vingt siècles de notre passé national, vingt récits, par les meilleurs spécialistes, dévoilant ou expliquant des épisodes souvent évoqués et pourtant demeurés mystérieux. Extrait de "Les énigmes de l'Histoire de France", ouvrage collectif (cet extrait est signé Jean-Christian Petitfils), publié aux Editions Perrin et Le Figaro Histoire. (2/2)

Jean-Christian Petitfils

Jean-Christian Petitfils

Historien de la France de l’Ancien Régime, Jean-Christian Petitfils a publié près de trente essais et biographies, notamment un Louis XIII, un Louis XIV et un Louis XVI.

"Les énigmes de j'histoire de France" sous la direction de Jean-Christian Petitfils

Voir la bio »

Histoire singulière que celle de Napoléon  III et de sa paternité ! Son père en a douté dès sa naissance, ses ennemis politiques ont ensuite instrumentalisé la rumeur d’une bâtardise et l’affaire vient de ressurgir, récemment, avec de nouvelles révélations. De son côté, le principal intéressé n’a, semble-t-il, jamais douté d’être le fils de son père et le neveu de Napoléon, autant qu’on puisse le savoir par ses nombreux écrits, y compris ceux du for privé, et par les confidences de ses proches, alors qu’il était pourtant habité par le doute en d’autres domaines.

(…)

Pour mettre un terme à la controverse, le Souvenir napoléonien, société française d’histoire, a demandé au professeur Gérard Lucotte, directeur de l’Institut d’anthropologie moléculaire de Paris, d’entreprendre une recherche sur l’haplogroupe de Napoléon  III. Descendant d’un général d’Empire et lui-même passionné par l’histoire et ses énigmes, le professeur a découvert en 1984 les marqueurs spécifiques du chromosome Y (celui qui se transmet uniquement de père en fils), ce qui permet de confirmer ou d’infirmer catégoriquement le lien biologique entre un père et un fils, ou à l’intérieur d’une fratrie. Grâce à l’extraction de fragments d’ADN nucléaire d’une petite touffe de cheveux supposés appartenir à Napoléon III et couverts de pellicules riches en ADN, à des cheveux prélevés sur la dépouille du prince impérial, fils de l’empereur, tué au combat en Afrique du Sud en juin 1879, à des mesures réalisées sur d’autres membres avérés de la famille et à l’haplogroupe de la famille Banquet d’Orx descendant, selon une tradition familiale, d’un fils naturel du comte d’Orx, lui-même fils naturel reconnu de Napoléon III, Gérard Lucotte a pu présenter une importante communication sur le sujet, au musée de l’Armée, le 2 décembre 2013.

Le savant y montre la différence entre l’haplogroupe de Napoléon III et celui de Napoléon et de ses frères Lucien et Jérôme et l’originalité du premier qui est d’un type rare, qui se rencontre principalement dans la population corsosarde. Ces résultats l’incitent à conclure que Napoléon III ne serait pas neveu en lignée paternelle de Napoléon Ier, génétiquement parlant. Par ailleurs, sans exclure totalement l’hypothèse que Napoléon III ne serait pas le fils biologique de Louis Bonaparte, il n’est pas invraisemblable que ce serait plutôt Louis Bonaparte qui aurait eu un père génétique différent de celui de Napoléon, de Lucien et de Jérôme, et que Louis ne serait donc qu’un demi-frère par voie maternelle de Napoléon  Ier, en d’autres termes que Letizia Bonaparte aurait eu Louis non de son époux Charles Bonaparte, comme ses autres enfants, mais d’une relation extraconjugale. De facto, au moment de la naissance de Louis, en 1778, les commentaires des officiers de la garnison française en Corse allaient bon train. La liaison affichée de Mme  Bonaparte avec le comte de Marbeuf était dans toutes les conversations. Le gouverneur devint d’ailleurs le parrain de l’enfant, quinze jours après sa naissance. Dignes d’un grand intérêt, les travaux du professeur Lucotte ne font cependant pas l’unanimité dans la communauté scientifique. Il faudrait ici une contre-expertise pour lever tous les doutes.

A défaut de relique exploitable du roi Louis, il faudrait aussi procéder à un prélèvement sur sa dépouille, inhumée dans la crypte de l’église de Saint-Leu-la-Forêt, dans le Val-d’Oise. Pour achever de percer le mystère de la recherche en paternité de Napoléon III, c’est donc une recherche en paternité de son père, Louis, qu’il faut maintenant entreprendre ! Que Napoléon III soit ou non le neveu de Napoléon en ligne masculine n’en fait pas moins son neveu en ligne féminine et, du fait de l’adoption d’Hortense par l’empereur, d’une certaine façon son petit-fils adoptif. Ce mystère a pu l’affecter mais il n’en a jamais rien montré. S’il n’était pas le fils de Louis, cela n’enlèverait rien à ses mérites. La recherche en paternité de Napoléon III n’a en aucune manière influé sur le cours de l’histoire.

Extrait de "Les énigmes de France", ouvrage collectif (cet extrait est signé Eric Anceau), publié aux Editions Perrin et Le Figaro Histoire. 

"Les énigmes de j'histoire de France" sous la direction de Jean-Christian Petitfils

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !