Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Parler de problème de santé à son enfant peut être un sujet qui fait peur aux parents.
Parler de problème de santé à son enfant peut être un sujet qui fait peur aux parents.
©

Série : comment parler à ses enfants de...

Comment parler en famille des problèmes de santé quand un enfant ou un parent est gravement malade

Parler de problème de santé à son enfant peut être un sujet qui fait peur aux parents. Deuxième épisode de notre série "Comment parler à ses enfants de...".

Docteur Ignacio  Garcia-Orad

Docteur Ignacio Garcia-Orad

Médecin pédo-psychiatre, thérapeute familial systémique.

Voir la bio »

Atlantico :  A partir de quels âge peut-on partager les problèmes de santé de la famille ou des proches avec son enfant ? 

Docteur Ignacio Garcia-Orad : Les enfants ont une représentation plus large de la notion de santé et de maladie que les adultes. Ils incluent l’aspect relationnel et le vécu émotionnel dans leur définition, chose que font rarement les adultes. Pour parler de santé et maladie les adultes se réfèrent souvent a des critères symptomatiques et comportementaux. Comme la douleur, la fièvre ou alors ils vont rapidement voir le médecin, oubliant l’éprouvé du corps ou des sentiments.

Plus que parler de santé ou maladie, il vaut mieux partir des éprouvés des enfants pour leur expliquer que quelque chose ne vas pas.

>>>>>>>>>>>> A lire également : Comment parler d’argent à ses enfants quand on n'en a pas assez (ou quand on en a trop)

Effectivement parler aux enfants des souffrances de la vie est toujours difficile pour nous parents, mais cacher ou dissimuler voir banaliser le négatif de l’existence n’est pas rassurant pour eux.

Le discours des adultes se doit de confirmer les éprouvés des enfants en l’aidant a le gérer pour le mieux. Et cela depuis le plus jeune âge.

Est-ce aux parents de faire part de ce problème aux enfants ou est-ce préférable de faire appel à un médecin? 

C’est aux parents ou aux adultes que l’enfant fréquente au quotidien d’expliquer ce qui se passe.

Mais s’ils ne trouvent pas les mots où se sentent trop inquiets ou anxieux, pourquoi ne pas faire appel a un professionnel.

Nous pouvons présenter cette démarche a l’enfant très simplement, par exemple nous pouvons lui dire : "j’ai du mal a t’expliquer clairement ce qui arrive, je vais demander de l’aide au médecin (ou a quelqu’un d’autre)".

Même si c’est quelqu’un d’extérieur qui parle aux enfants, il est préférable que cela soit fait en présence et en collaboration avec les parents.  

Comment aborder le sujet ? Doit-on entrer dans les détails ou au contraire rester évasif ? 

Ni l’un ni l’autre.

Une maladie est un processus, c’est ainsi qu’il peut être présenté. Si un proche a une maladie grave et longue, le plus compliqué est d'aider l’enfant à comprendre la notion du temps. Il est utile de s’appuyer sur les repères des enfants.

L'enfant peut-il vraiment tout comprendre ? Cacher les problèmes de santé (les nôtres ou ceux de proches) est-il toujours une mauvaise idée, quel peut en être l'impact ? 

L’enfant, s’il ne peut pas tout comprendre, peut tout ressentir. Cacher, est une très mauvaise idée.

Si l'enfant ressent qu'il y a un souci, il faut le nommer. Dire à un enfant qu'un membre de la famille a un problème de santé et qu'il faut attendre de connaître l'avis des médecins est plus rassurant que dissimuler le problème.

Doit-on masquer sa souffrance ? Et comment gère-t-on celle de l'enfant une fois mis-au-courant ? 

Les enfants connaissent bien le "même pas mal" et ils savent très bien que cela vaut dire j’ai mal mais je fais semblant du contraire. Encore une fois, il s’agit de mettre des mots sur les éprouvées, douleurs souffrance, maladie.

Et cela concerne aussi ceux des enfants. Ainsi nommer ce qu’il voit, les aide. Par exemple, un adulte peut dire : "Maman est malade, elle va passer quelques jours a l’hôpital pour que les médecins la soignent, puis elle reviendra a la maison. Elle sera surement fatiguée mais pour les vacances elle ira mieux. Cela me fait un peu peur et me rend triste, en plus elle ne va pas être très disponible, il va falloir que nous soyons patients."

A l'opposé, si l'enfant est celui concerné par la maladie, comment l'y préparer sans pour autant lui faire peur ?

La question n’est pas de lui faire peur ou pas. Car il voit que quelque chose lui arrive, il a des symptômes, peut-être que son quotidien change, qu'il ne va plus a l’école, qu'il reste a la maison, qu'il rend visites aux médecins. Il a surement peur. Lui dire que quelque-chose ne vas pas et qu'il va se soigner est le premier pas.

Ont peut s’aider de dessins ou de livres pour lui expliquer pourquoi ça ne va pas, comment cela va se passer les jours et mois qui suivent.

Nous parlons beaucoup de la façon dont on doit parler des problèmes de santé aux enfants en oubliant que le premier problème de santé est comment les protéger . Donc parlons aussi aux enfants de prévention, de ce qui fait du bien et ce qui fait du mal au corps et à notre vie émotionnelle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !