Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Parler d'argent avec ses enfants est souvent vécu comme un sujet tabou par les parents.
Parler d'argent avec ses enfants est souvent vécu comme un sujet tabou par les parents.
©Reuters

Série : comment parler aux enfants de...

Comment parler d’argent à ses enfants quand on n'en a pas assez (ou quand on en a trop)

Initier l'enfant aux subtilités financières du quotidien constitue une excellente porte d'entrée dans le monde réel : il comprend ainsi que certaines choses sont réalisables et que d'autres ne le sont pas. Attention cependant à ne pas lui faire croire que si l'on avait plus d'argent, tout lui serait accessible. Premier épisode de notre série "Comment parler aux enfants de...".

Edith Tartar Goddet

Edith Tartar Goddet

Edith Tartar Goddet est psychosociologue et psychologue clinicienne. Elle est spécialiste de la gestion des adolescents au sein de la structure familiale et de l'adolescence dans le cadre scolaire, ainsi que des dysfonctionnements relationnels toujours dans le cadre scolaire. Elle a notamment collaboré au projet Comment réussir ses vacances ? et est l'auteur, parmi de nombreux ouvrages, de Développer les compétences sociales des adolescents par des ateliers de parole aux Editions Retz. 

Voir la bio »

Atlantico : Parler d'argent avec ses enfants est souvent vécu comme un sujet tabou par les parents. A partir de quel âge est-il important d'aborder les questions financières, d'expliquer à ses enfants que l'argent ne tombe pas du ciel ?

Edith Tartar Goddet : C'est un sujet dont on parle peu car il est en France fortement chargé sur le plan émotionnel. Nous avons gardé à ce sujet des représentations sociales négatives et paradoxales : dire que l'on a de l'argent est prétentieux alors que chacun rêve d'en avoir beaucoup ! De nombreuses personnes sont mal à l'aise pour parler d'argent avec leurs enfants comme pour parler de sexualité d'ailleurs. Elles craignent d'être jugées et aussi de révèler ainsi des élèments très ou trop personnels qui pourraient, s'ils étaient divulgés les embarrasser. Certains pensent qu'ils sont jugés sur l'argent dont ils disposent : on est quelqu'un d'important quand on gagne beaucoup d'argent !

Parler d'argent, comme parler de sexualité doit être possible avec ses enfants dès qu'ils posent des questions et dès qu'ils sont en contact avec le monde de la consommation (donc c'est très tôt) : ce qu'ils consomment chaque jour, les cadeaux qu'ils reçoivent et les produits qu'ils demandent ont un coût. Il est nécessaire qu'ils entendent parler leurs parents des circuits qu'ils empruntent pour leur fournir ce dont ils ont besoin et ce qu'ils désirent : aller dans un magasin ; avoir l'argent nécessaire sur son compte bancaire, etc.

Les adultes ont tellement l'habitude de consommer qu'ils ne prennent pas le temps de décrire à leurs enfants, d'expliquer et de décrypter les étapes depuis le compte bancaire jusqu'au caddy ou au cadeau. Or il faut rendre visible tout ce processus et de la manière la plus concrète qui soit. Un petit enfant a besoin de savoir que son parent part travailler chaque matin pour gagner l'argent nécessaire pour faire vivre la famille (la feuille de paye peut être d'ailleurs montrée pour simplement indiquer au petit enfant l'endroit où est indiqué le montant du salaire).

Puis quand l'enfant commencera à compter, comprendre les chiffres le parent pourra l'éveiller à la représentation de l'argent et à la proportionnalité : "je gagne beaucoup / pas beaucoup d'argent ; je gagne plus / moins d'argent que beaucoup de personnes, etc." Puis il pourra être initié à la gestion du budget familial, comprenant les recettes et les dépenses. Il est toujours étonnant de constater, au cours d'un voyage lorsque l'on donne à un ou des enfants l'argent du groupe à gérer, combien ils sont intéressés et réfléchis pour le gérer au mieux. Cette démarche pédagogique est d'ailleurs une excellente façon de donner du sens aux 4 opérations : additionner, soustraire, multiplier, diviser.

Pourquoi le fait d'aborder cette question s'apparente-t-il souvent à un challenge ?

Il est  important d'éveiller l'enfant aux limites car il ne suffit pas d'aller chercher de l'argent au distributeur pour en obtenir. Il est important que le parent accepte le principe de réalité qui consiste à composer avec ses réelles possibilités et à les accepter : "je ne peux pas t'acheter cet objet car il est trop cher pour mes possibilités et c'est comme ça, point!" Or certains parents envoient à leurs enfants des messages paradoxaux qui brouillent la compréhension de l'enfant : "je ne peux pas acheter cet objet mais si j'avais plus d'argent je le ferais." Ces parents font ainsi croire à leurs enfants qu'il est possible d'acheter tout ce dont on a envie quand on a de l'argent alors que cette représentation est fausse : nous sommes tous limités, tous nos désirs ne peuvent être satisfaits...

Parler d'argent avec ses enfants est une excellente porte pour entrer dans le monde tel qu'il est ; cela permet de faire le deuil d'un certain nombre d'illusions ; notamment celle de croire que tout est possible et réalisable.

Doit-on signaler le manque d'argent par exemple ou est-ce préférable de le "cacher" ? Et si l'on cache ces problème, l'enfant risque-t-il de mal le prendre, de se sentir brusqué ?

Un enfant a des capacités de compréhension très tôt à condition que les parents racontent et expliquent de manière simple, concrète en illustrant leurs propos.

Les difficultés financières, comme les facilités d'ailleurs, doivent être dites et expliquées et si possible sans connotation morale ou jugement de valeur et sans trop d'émotions non plus; car plus il y a d'émotions, d'affects en jeu lorsque les parents parlent d'argent avec leurs enfants, plus l'enfant construira des représentations de l'argent irrationnelles, en péril l'image de lui-même si par exemple les parents sont honteux de ne pas gagner autant d'argent qu'ils le voudraient.

Cette démarche permet d'aider les enfants, à travers les paroles (rationnelles, paisibles et non jugeantes) échangées autour de l'argent, à dissocier la valeur de la personne de sa valeur marchande (ce qu'elle gagne ou ce que gagnent ses parents).

Comment la façon dont les parents abordent le sujet a-t-elle évolué ces dernières années ? Les réactions des enfants ont-elles également changé ?

Parler d'argent ou ne pas en parler est culturel. Il existe des pays où ce sujet n'est pas du tout indiscret. Il est souhaitable de le dire à ses enfants pour les aider à relativiser cette question qui est certes importante mais qui est devenue (dans notre société de consommation) essentielle. N'est-il pas aberrant d'associer la santé des ménages à leur consommation : plus ils consomment, plus ils vont bien; ce qui est à mon avis une représentation sociale érronnée.

Je rencontre de nombreux parents qui confondent besoin et moyen : or l'argent n'est qu'un moyen pour vivre, satisfaire ses besoins et désirs et participer à la vie collective ; l'argent n'est pas une fin en soi.

Par ailleurs les parents expriment depuis quelques années de réelles craintes concernant leur enfant dès qu'il présente la moindre petite difficulté à l'école mettant ainsi en évidence que l'emploi, et donc le salaire associé, sont essentiels pour eux. Le signe de la réussite pour de nombreux parents est de gagner beaucoup d'argent. Le risque ici est de transmettre à ses enfants ses peurs, ses craintes qu'ils n'y arrivent pas et d'en faire des futurs adultes inquiéts, stressés...

Les enfants, quant à eux, sont de plus en plus formatés comme consommateurs et réclament de l'argent de poche pour satisfaire leurs désirs. Ils exigent les objets (notamment technologiques) à la mode sans prendre en compte le coût des dits objets. Le risque ici est de fabriquer des futurs adultes, dépendants des produits de consommation et s'endettant pour les acquérir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !