"Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur" de Denis Pennel : de la nécessité de nouer un nouveau contrat social, en appliquant la règle des 3 M, Moins-Mais-Mieux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur" de Denis Pennel a été publié aux Editions du Panthéon.
"Le paradis  du consommateur est devenu l’enfer du travailleur" de Denis Pennel a été publié aux Editions du Panthéon.
©

Atlanti Culture

"Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur" de Denis Pennel : de la nécessité de nouer un nouveau contrat social, en appliquant la règle des 3 M, Moins-Mais-Mieux

"Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur" de Denis Pennel a été publié aux Editions du Panthéon.

Jean-Louis   Chambon

Jean-Louis Chambon

Jean-Louis Chambon est président d'honneur et fondateur du Cercle Turgot.

 

Voir la bio »

"Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur" de Denis Pennel 

Editions du Panthéon - 300 pages - 20,90€

Recommandation

ExcellentExcellent

Thème

La pandémie a placé chaque consommateur dans une  tenaille schizophrénique entre, d’une part, sa volonté de consommer toujours plus et plus vite  et, d’autre part, le risque majeur de perdre son emploi à cause de l’automatisation ou de l’externalisation  de sa fonction. 

C’est ainsi que,  entre bien d’autres maux, la crise de la  Covid 19 a montré l’ addiction de notre société et «notre appétit insatiable, notre soif inextinguible..» pour une consommation effrénée,  en temps  réel, accessible 24 h sur 24 , 7 jours sur 7.

Mais avec le confinement à répétition nous  avons redécouvert la notion de manque, la lenteur, la patience, la  frugalité, le silence et le calme dans les villes. Fort de ce constat l’auteur analyse cette « révolution » de notre modèle  économique comme celle  d’un passage  d’une « économie de masse » à une économie  dictée par la demande.

Dans  cette nouvelle ère , le consommateur devenu roi  impose aux entreprises de  se réorganiser,   de  devenir plus  agiles et ce très largement au  détriment  «  des  travailleurs ». Sous nos yeux nait  et prospère une  société de  surabondance, ( déjà conceptualisée par François- Xavier  Oliveau in  la  crise de l’abondance,  L’ Observatoire 2021)  caractérisée par le  gaspillage des ressources, la hausse  des inégalités et une course folle  vers le « toujours plus » .

Points forts

Le dogme productiviste - extraire, produire, consommer, jeter-  fait courir des  risques inédits pour la planète. L’auteur examine dans ce brillant nouvel  essai les voies et moyens  susceptibles de modifier ces comportements impulsifs jusqu’à  espérer modifier la logique  du système capitaliste pour le  rendre plus inclusif et plus équitable.

Quelle place pour l’Etat dans ce nouveau défi ? Quel système de protection sociale à repenser ?

Denis Pennel propose des actions concrètes pour remettre l’économie et la finance au service de la  société, respecter la planète et placer l’humain au cœur du modèle.

Points faibles

Les développements sur la  fin de la « culture de masse » et les risques du communautarisme et d’éclatement de la vie politique (qui y sont liés) auraient mérité sans doute  d’être mis en perspective de l' après crise. Ce qui laisse espérer une parution complémentaire  et attendue !

En deux mots...

Les réponses de Denis Pennel  s’inscrivent  sur l’ axe  de la  refonte de notre contrat social :  Recréer du lien, renouer le  dialogue social, combattre la marchandisation du  travail pour  parvenir ((enfin !)  à un  capitalisme plus humain. Les propositions  et la vision  de Denis Pennel sonnent justes : Il n’y a plus de  temps à perdre ! 

Un extrait

« .. l’apparition de nouveaux risques (diversification des  formes de  travail, carrières hachées, vieillissement de la population, familles monoparentales,etc.) et l’allongement de leur durée au cours  de la vie  obligent à  repenser notre contrat  social. La logique du modèle hérité  de 1945 était de  faire peser sur le travail  l’essentiel de la protection  sociale en  raison  du  ratio : nombre  d’ actifs/ inactifs ( 4 actifs contre 1 inactif)... Aujourd'hui nous sommes déjà à 1,8 avec le  risque de tomber en 2050 à 1,2,…. » p. 277

L'auteur

Denis Pennel, expert, influenceur et auteur de livres (dont : “Travail, la  soif de liberté” -2017 nommé par le Prix  Turgot) est reconnu du monde du travail et de l' économie  sociale. Il est professeur à   Sciences Po et membre de plusieurs Thinks Tanks.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !