Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Après Westminster : le djihadisme reste-t-il soluble dans les "accommodements raisonnables" ?

Le djihadisme est une idéologie totalitaire qui se fiche complètement du multiculturalisme, du rapport à la laïcité ou même du passé colonial des pays qu’il frappe. Un Charlie qui blasphème ou un Westminster qui tolère la charia, c’est du pareil au même.

Pensée magique

Publié le
Après Westminster : le djihadisme reste-t-il soluble dans les "accommodements raisonnables" ?

Une position répandue, et d’ailleurs pas totalement absurde si l’on veut bien, sans pour autant la faire sienne, l’examiner pour ce qu’elle vaut avec suffisamment d’objectivité, suggère que les attentats djihadistes sont essentiellement la conséquence des errements de leurs victimes. Que ces dernières sont aussi, quelque part, d’une certaine manière, des coupables.

Dans le cas français, et parce que les terroristes ont souvent le même profil (des jeunes "born again"  issus de l’immigration, passés par la délinquance et habitant des quartiers en difficulté), chaque nouvelle attaque génère son cortège d’explications/justifications historiques (l’impérialisme), économiques (la pauvreté) ou religieuses (l’islamophobie), l’idée étant qu’il suffirait d’un mea culpa enfin sincère sur l’expérience coloniale, d’un redémarrage de l’ascenseur social et d’un assouplissement de la laïcité pour enrayer le phénomène.

Mais parce que la France est loin d’être le seul pays occidental touché par le terrorisme islamiste, pour ne rien dire des pays musulmans également durement frappés, on est bien forcé de constater à quel point les fous de Dieu se fichent des spécificités françaises, britanniques, allemandes, canadiennes ou américaines au moment de passer à l’acte.

La Grande-Bretagne est ainsi couramment présentée comme le modèle qu’il nous faudrait suivre pour nous éviter mitraillages, poignardages et voitures-béliers : elle n’a pas colonisé le Maghreb, n’interdit pas la burqa, autorise le voile dans la fonction publique et la police, accepte l’existence de tribunaux régis par la charia et n’a pas de souci avec la transformation de sa société en une juxtaposition de communautés quasi-autarciques. Et en plus, elle ne connaît pratiquement plus le chômage – y compris chez les jeunes d’origine étrangère.

Mais ces "bonnes pratiques" nous viennent aussi parfois du Canada, où l’on peut désormais passer le permis de conduire sans montrer son visage et où est même né le concept d’acccommodements raisonnables, ou encore de l’Allemagne, dont la générosité en matière d’accueil de réfugiés fait passer la France pour un monstre d’égoïsme et de mesquinerie et dont l’approche multiculturaliste était, au moins jusqu’à une époque récente, une référence en Europe.

Que la France admette que ce n’est pas par altruisme qu’elle est allée piller les voisins, qu’elle retrouve le chemin du plein emploi ou qu’elle en fasse davantage pour lutter contre les discriminations ethniques ou religieuses sont autant de nécessités impérieuses en dehors de toute autre considération. Il en va, dans l’ordre, de son respect de la morale et de l’histoire, de sa dignité et de sa prospérité et, enfin, de sa capacité à rester une nation ouverte et tolérante.

Mais qu’on s’imagine que le djihadisme, une idéologie meurtrière transnationale née de l’islam, aux ambitions territoriales et géopolitiques aussi transparentes que celles des autres grands mouvements totalitaires de l’histoire, puisse être éradiqué par notre seule "bonne volonté", sinon notre désir un peu pétochard d’apaisement, n’a plus beaucoup de sens. Combien de Bataclan, de Westminster, de marché de Noël de Berlin, ou de parlement d’Ottawa faudra-t-il encore pour s’en convaincre ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par toupoilu - 26/03/2017 - 10:14 - Signaler un abus En fait la quantité de terrorisme islamique

    Semble donc être proportionnelle au nombre de musulmans d'un pays, et que ça, et quoi qu'on fasse, et quelle que soit la politique menée. Donc la solution est simple.

  • Par Leucate - 26/03/2017 - 12:58 - Signaler un abus Le seul problème est le Coran

    Dans tous les pays du monde y compris ceux qui ne sont pas de civilisation occidentale, il y a toujours des problèmes dès qu'une communauté musulmane s'installe dans un pays. L'islam ne favorise pas; bien au contraire, l'intégration et encore moins l'assimilation. Ceux qui s'intègrent sont ceux qui ont pris leur distance avec l'islam. Comme le disait si bien un musulman renégat (au sens religieux du terme) "l'islam, c'est l'islamisme au repos, l'islamisme, c'est l'islam en action". Seul un religieux peut porter un jugement de valeur sur aune autre religion. Voilà ce qu'écrivait le RP Bruckberger, "l'aumonier de la résistance": “L'Islam est absence de contestation intérieure, c'est sa force et sa faiblesse. La possibilité même d'une contestation est blasphématoire. C'est un système sphérique parfait, hermétiquement clos sur lui-même. Il ne laisse au contestataire d'autre choix que d'être conquis et assimilé ou de se battre. Charles Martel est la seule réponse adéquate à l'Islam."

  • Par Aldel - 26/03/2017 - 14:04 - Signaler un abus Bien vu.

    A méditer, pour ne pas tomber dans des raisonnements sincères mais erronés.

  • Par Ganesha - 26/03/2017 - 16:12 - Signaler un abus Le TRAVAIL !

    Il faut, bien sûr arrêter complètement l'immigration. Ensuite, il faudra se débarrasser de ces trois religions venues du Moyen-Orient, qui ont réglementé la vie des sociétés européennes pendant deux millénaires. Le Christianisme s'est brusquement effondré en 1968… Les lecteurs d'Atlantico sont totalement réfractaires à cette notion, mais les français musulmans s'assimileront en trouvant une place dans notre société par le TRAVAIL ! ≡ Pour information : https://ripostelaique.com/Honte-sur-Fillon-il-inaugure-une.html

  • Par Marie-E - 26/03/2017 - 21:19 - Signaler un abus Merci Ganesha

    de ne pas dire n'importe quoi (si c'est possible, ce dont je doute). Mais une seule religion pose problème et vous savez très bien laquelle. Pour le coup merci de ne pas amalgamer les autres qui ne sont pas ou plus concernées.

  • Par fasanan - 27/03/2017 - 04:14 - Signaler un abus en Asie

    @Leucate, effectivement en Asie les musulmans posent un très gros problème que ce soit en Chine, en Indonésie, ou dans les pays où ils sont encore minoritaires (Cambodge, Thailande, Birmanie). N'essayant jamais de s'intégrer ou s'assimiler ils prospèrent jusqu'à exiger l'application de la sharia (province de Aceh en Indonésie). L'occident n'est pas en cause mais partout la même technique du grignotage.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€