Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une révolution énergétique vient-elle de se produire en silence ?

Une étude de l'Agence internationale de l'Energie révèle que les énergies renouvelables dépassent pour la première fois le charbon dans la production d'énergie. Une progression qui s'explique notamment par la baisse des coûts de fabrication des équipements liés à ces énergies.

Atlantico Green

Publié le
Une révolution énergétique vient-elle de se produire en silence ?

Atlantico : Les énergies renouvelables sont en progressions sur la planète. Selon des chiffres publiés par le Financial Times provenant d'une étude de l'Agence internationale de l'Energie, 500 000 panneaux solaires ont été installés tous les jours en 2015. Par ailleurs, les éoliennes sont de plus en plus nombreuses dans certains pays, comme la Chine. Quelle est aujourd'hui la part des énergies renouvelables dans la production d'énergie? Peut-on parler de tournant dans la production d'énergie?

Myriam Maestroni: 2015, année de la Cop 21, doit désormais être également retenue comme une année exceptionnelle pour le développement des énergies renouvelables partout dans le monde.

En effet, l’accroissement de la capacité de production d’électricité renouvelable, notamment solaire et éolienne qui se taillent la part du lion avec près de trois quart du total (49 et 63GW respectivement), a atteint le niveau record de 153 GW installés. Il s’agit là, d’une capacité équivalente à plus de la totalité de la capacité de production cumulée d’un pays comme le Canada, comme le rappelle justement l’Agence internationale pour l’Energie (AIE). Ainsi fin 2015, selon le dernier rapport publié par le Réseau international des énergies renouvelables (Ren21), la capacité d’énergie renouvelable (toutes sources confondues, dont l’hydroélectricité) installée dans le monde s’élèverait à 1,849 GW, soit une hausse de 8,7% par rapport à 2014. Néanmoins, la part des énergies fossiles (charbon, gaz naturel et pétrole) reste prédominante. En 2010, ces dernières représentaient 81% du mix énergétique mondial  et les projections de l’AIE à 2035 jusqu’à encore récemment ramenaient cette part à 76% à l’horizon 2035. Cette approche est aujourd’hui vue comme un peu dépassée au grand dam des pays producteurs de pétrole dont la politique de prix cassés ne suffit pas à retarder une transition globale rapide vers les énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables sont-elles un "effet de mode" ou sont-elles appelées à prendre de l'ampleur dans les décennies à venir? Pourraient-elles à terme remplacer complètement les énergies fossiles?

Force est de constater que la conjugaison d’une chute plus rapide que prévue de la demande en énergies fossiles et d’une nette augmentation de la demande en énergies alternatives entraîne des scenarios en rupture, comme celui présenté par l’étude publiée par le Bloomberg New Energy Finance (Bnef) Analysis, en juin dernier, sur les tendances des marchés de l’énergie à 25 ans, qui prévoit un renversement des consommations énergétiques en 2025. Un certain nombre de facteurs sembleraient justifier cette projection: fort accroissement de la compétitivité des technologies de production des énergies renouvelables, politiques environnementales volontaristes, accès plus aisé aux financements, attention redoublée en matière de sécurité des approvisionnements, sensibilité forte aux enjeux climatiques, besoins croissants d’énergie dans les pays en développement, volonté d’accès aux énergies modernes et décentralisées. Sur de nombreux marchés, les énergies alternatives semblent s’imposer comme des sources principales d’énergie, et on voit de plus en plus de villes, régions ou entreprises se positionner en faveur d’une logique énergétique  100% renouvelable, confortées par des études de plus en plus nombreuses sur la pertinence et la viabilité d’une telle orientation.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 06/11/2016 - 11:16 - Signaler un abus C'est ballot....

    Il va falloir penser à aider financièrement le moyen orient qui, n'ayant plus de ressources pétrolières ne pourra plus subventionner le terrorisme.......

  • Par zouk - 06/11/2016 - 11:35 - Signaler un abus Eoliennes

    Fausse solution: investissements extrêmement élevés, gâchis des paysages, dispersion géographique, faible voltage donc énormes investissements dans les éoliennes elles-mêmes pour l'injection dans le réseau général HT. Bien préférable est la solution en cours de développement par l'Air Liquide: produire l'électricité à partir du gaz le plus répandu dans le monde: l'hydrogène. De plus, pour produire l'électricité, il faut le combiner à l'oxygène, ce qui produit de l'eau, y a-t-il pollution? Et par ailleurs, la ressource en eau elle même atteint sa limite en nombre de pays, yc la France

  • Par LEVENT THIERRY - 06/11/2016 - 13:18 - Signaler un abus réflexions critiques

    Une révolution inaperçue très visible sur les comptes publics et sur celui des citoyens. En 2016, le prix du MWh produit par les EnR n’est toujours pas connu: http://www.ifrap.org/agriculture-et-energie/cout-des-energies-renouvelables-bruxelles-impose-un-debut-de-transparence Ne détaillons pas les acrobaties financières des promoteurs éoliens gavés sur fonds publics, d’ou l’appel à la transparence de Bruxelle. L’idéologie verte force les états à adapter leur système énergétique à l’intermittence des EnR, tout en gommant les surcoûts pharaoniques et la pollution due au charbon induits par cette obligation : http://lemontchampot.blogspot.fr/2016/09/programmation-pluriannuelle-de-lenergie.html Les médias reprennent mots pour mots l’argumentaire des promoteurs en parlant de puissance installée et non de quantité annuelle produite. Selon le dernier rapport de RTE, les 7000 éoliennes terestres actuelles ne parviennent à assurer que 4% de la production d’électricité française de manière intermittente et aléatoire ! On comprend donc Royal qui rejette prospectivement sur EDF le risque de black-out hivernal qui se profile : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/10/21/97002-20161021F

  • Par pale rider - 06/11/2016 - 16:54 - Signaler un abus Je ne pensais par lire un jour ici

    Un article de désinformation pareil ou bien ignorance crasse du sujet ?) ! +1 aux 2 commentateurs précédents .

  • Par vacciné - 06/11/2016 - 16:59 - Signaler un abus j'ai disjoncté

    après l'ânerie " chute plus rapide que prévu de la demande en énergies fossiles" . chute? cette demande continue 'augmenter au niveau mondial ( et je le déplore). Il ne s'agit que de ralentissement de la hausse pour le moment. Myriam est incompétente et/ou non-objective

  • Par moneo - 08/11/2016 - 10:47 - Signaler un abus COP 22

    et un mensonge ,gros commun éléphant ,de plus et c'est reparti... taper taper enfoncer le clou ;ont bien réussi à faire croire au français que les OGM c'est mauvais pour la santé ,qu'il n' y a plus d'our s blanc;que légal de schiste venait de 3000 m déclenche du feu au robinet,que la mer monte partout m^me dans les iles qui construisent depuis des années des aéroports sur mer sans rien voir monter, de la disparition du pétrole alors quoi est noyé dedans , du réchauffement lorsque 30 ans c'était le refroidissement...que lesengrais sont une catastrophe pour l'humanité ,que travailler la terre comme eau 18eme siècle c'est l'avenir de l'homme etc etc..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Myriam Maestroni

Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit années à la tête de Primagaz France, elle a crée Ede, la société Economie d'énergie. 

Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages majeurs: Intelligence émotionnelle (2008, Maxima), Mutations énergétiques (Gallimard, 2008) ou Comprendre le nouveau monde de l'énergie (Maxima, 2013), Understanding the new energy World 2.0 (Dow éditions). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€