Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'Union européenne active l'article 7 contre la Hongrie

Le Parlement a voté pour dénoncer des violations des valeurs de l'Union européenne par le gouvernement de Viktor Orban.

Tournant

Publié le
L'Union européenne active l'article 7 contre la Hongrie

 Crédit Attila KISBENEDEK / AFP

Lors de la séance de le Parlement du 12 septembre 2018, l'article 7 a été activé contre la Hongrie. Ce article a été créé pour réagir en cas "de risque clair de violation par un Etat membre des valeurs" de l'Union europenne. Elle prévoit une procédure de contrôle et de vérification des violations par le Conseil de l'Europe, mais surtout si celles-ci sont confirmées et que l'Etat visé refuse de changer de cap, elle peut entrainer de suspendre certains droit inhérent à tout statut de membre de l'UE, voire même son droit de vote.

C'est la procédure la plus radicale de rappel à l'ordre d'un pays membre. La Pologne, ces derniers mois avait déjà été menacée par l'Union européenne. 

Pour ce qui est de la Hongrie, après plusieurs menaces lancées par les dirigeants de l'UE, notamment Jean-Claude Juncker, l'Assemblée est passée à l'action. Une résolution a été transmise aux parlementaires listant les violations à la démocratie et aux droits de l'homme depuis l'arrivée d'Orban au pouvoir. Un vote a été donc effectué et la proposition d'ativation de l'article 7 a obtenu les 2/3 des suffrages nécessaires pour activer l'article (448 vois pour et 197 contre). Ce vote montre une fracturation nette au sein du PPE, parti de la droite européenne auquel appartient Viktor Orban et son parti, Fidesz-MPSZ. Le président du PPE, l'allemand Manfred Weber, a soutenu les sanctions. A noter que ce dernier, qui était jusqu'ici assez conciliant avec Orban, est depuis quelque temps candidat à la présidence de l'UE, et compte sur cet acte de bonne foi pour recevoir les suffrages nécessaires. Ce vote est, sur un autre plan une grande victoire pour la ligne européiste, soutenue notamment par Emmanuel Macron qui s'était présenté comme un adversaire des populistes, Viktor Orban et Matteo Salvini en tête. 

On attend maintenant la décision du Conseil de l'Europe. Celui-ci doit obtenir les 4/5e des votes pour enclencher des mesures punitives.  

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Henrik Jah - 12/09/2018 - 14:52 - Signaler un abus Au suivant

    Après avoir financièrement atomisé la Grèce, l'UE s'en prend désormais à la Hongrie, qui a comme seul tort d'être contre l'immigration de peuplement et contre l'islamisation de l'Europe. Regardez en Allemagne quand Merkel a accueilli 1,5 millions de migrants en une année, plus de 80% n'ont toujours pas de travail aujourd'hui et les agressions sont innombrables (petit exemple: le soir du nouvel an 2016, 1200 agressions sexuelles sur la voie publique imputables à des migrants dont 400 dans la ville de Cologne). Les prochains dans le viseur seront les italiens qui s'opposent à juste titre à l'invasion de leur pays. C'est ce qu'on appelait résister à l'époque.

  • Par ISABLEUE - 12/09/2018 - 15:11 - Signaler un abus QUELLE BANDE PIGNOUFS !!

    Ils veulent aussi changer les peuples ??? et rester entre eux , grassement payés , entre leurs allers et retours à Bruxelles.. ???

  • Par Klaus02 - 12/09/2018 - 15:12 - Signaler un abus Une grande Victoire pour Macron ?

    Ce que ne précise pas la dépêche, c'est que le V4 (dont la Pologne), l'Italie et sans doute d'autres pays à l'Est sont opposés aux sanctions. Un vote sans toute symbolique d'un parlement européen très européiste avant la déferlante "populiste" de 2019.

  • Par borissm - 12/09/2018 - 15:20 - Signaler un abus @Henrik Jah

    On ne peut que partager entièrement vos remarques. En fait, outre les hongrois et les italiens, sont ou seront dans le viseur tous ceux qui s'opposent de près ou de loin à la politique Junkerienne de l'UE. L'Europe contre ses propres peuples.

  • Par Xavier le Normand - 12/09/2018 - 15:51 - Signaler un abus que vive Orban et ses idées

    oui je sais que je vais passer pour un anti commission européenne une bête primitive etc etc...Orban et quelques autres ont complètement raison, c'est pour cela que moi citoyen européen convaincu je me fiche complètement de ce que pense la commission européenne et quelques politicards de métier ( pour certains jamais élus au suffrage direct, un comble pour une soi-disant démocratie!) Nous voulons une Europe pour les Européens au sens large et pas pour les intérêts de quelques lobbies...et je suis désolé mais l'Europe celle des peuples européens n'a rien en commun avec l'immigration musulmane sauvage, c'est une Europe d'origine chrétienne - je le dis d'autant plus que je suis athée et donc pas partie prenante, sauf que je préfère les valeurs chrétiennes à la sauvagerie ...et comme disait jadis JMLP " je préfère ma famille à mes voisins, mes voisins à des inconnus " Ce qui n'enlève rien au devoir d'assistance et d'asile...pour ce dernier quand c'est évidemment justifié! en avant Orban.

  • Par assougoudrel - 12/09/2018 - 16:48 - Signaler un abus Je suis de tout cœur avec

    Monsieur Orban et j'ai le plus profond mépris pour cette Europe de macron (en minuscule), junker et merkel. Il serait temps que ça pète. Pour orban! Hip hip hip Hourra!!!

  • Par J'accuse - 12/09/2018 - 16:49 - Signaler un abus Le Titanic se rapproche de l'iceberg

    La Hongrie, comme les autres pays de l'Est, est entrée dans l'UE pour recevoir des subventions. L'article 7 la priverait de la plupart. Le message de l'UE est: on paye la Hongrie (et bien d'autres) pour qu'elle se soumette à nos diktats; pas de soumission, pas de pognon. Et si en réponse la Hongrie menaçait de l'article 50, la sortie de l'UE, comme le RU ? Ça deviendrait passionnant.

  • Par Paul Emiste - 12/09/2018 - 18:53 - Signaler un abus La Hongrie de 1956

    Ce pays n´a pas eu peur de l´URSS, elle n´aura pas peur de l´EURSS et pourtant je suis profondément européen, mais l´UE de l´alcoolo, ras la casquette!

  • Par Atlante13 - 12/09/2018 - 19:00 - Signaler un abus La gamelle doit être

    vraiment bonne, pas question de se retrouver au chômage.

  • Par gerint - 12/09/2018 - 20:28 - Signaler un abus J'espère que la Hongrie

    va leur pisser à la raie

  • Par vangog - 12/09/2018 - 20:55 - Signaler un abus 100% des Atlantonautes sont favorables à Viktor Orban...

    considérant que les autres se taisent, par manque d’arguments, sans doute...ils ne seront bientôt plus représentés par une assemblée européenne pro-clandestins et pro-invasion de l’Europe, qui vit ses derniers mois, avant la mise au rebut de tous ces députés européens collabos, M.Alliot-Marie, A.Danjean, A.Lamassoure, A.Delahaye, R.Datti, B.Hortefeux, M.Dantin, P.Juvin, R.Muselier, M.Joulaux, J.Lavrilleux qui ont voté contre le patriote V.Orban....je n’ai, évidemment, pas cité les députés gauchistes collabos qui ont voté contre Orban et port.invasion, tellement la collaboration est une seconde nature, pour eux...

  • Par MIMINE 95 - 13/09/2018 - 11:13 - Signaler un abus COMME POUR LA GRECE, LA GRANDE BRETAGNE, ETC ETC

    Le monstre européen n'envoie pas les chars car .... il a trouvé mieux .... étouffer les peuples rebelles à sa dictature .

  • Par Liberdom - 13/09/2018 - 13:30 - Signaler un abus En mai prochain....

    Quand la composition du parlement européen aura changé toute cette foire prendra fin. L'alcoolo de service pourra faire valoir ses droits à la retraite et entrer en cure de désintoxication.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€