Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Selon un chercheur, le Mexique "n'a pas pris la mesure de ce qui l'attend" avec l'arrivée de Donald Trump

Trump vient de signer le décret sur la construction d’un mur à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.

Problème

Publié le
Selon un chercheur, le Mexique "n'a pas pris la mesure de ce qui l'attend" avec l'arrivée de Donald Trump

Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes (Opalc), a fait un point sur la décision de Donald Trump de construire le mur de Mexique. Ce dernier  "n'a pas pris la mesure de ce qui l'attend" avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, a-t-il expliqué à l'AFP ce jeudi 26 janvier.

"S'il y a une crainte, c'est surtout du côté des migrants qui sont installés aux Etats-Unis et qui ne veulent pas revenir au Mexique. Il y a aussi une question logistique : comment organiser la déportation de millions de personnes ? Mais il semble que Donald Trump ne prenne pas en compte ces aspects-là, même si ce sont des défis colossaux. D'autant que la migration aura aussi un impact sur l'économie américaine, il ne faut pas oublier que tous ces braves gens travaillent!", confie Gaspard Estrada.

Le président du Mexique est scandalisé par le projet du mur de Trump

Mais comment va réagir le gouvernement mexicain ? "On a l'impression que le gouvernement d'Enrique Peña Nieto n'a pas pris la mesure de ce qui l'attend dans les prochains mois. La question est grave. Le Mexique est un pays qui prélève peu d'impôt, la baisse du prix du baril a fait chuter les ressources de l'Etat et le gouvernement a du mal à financer la dette... Ses fondamentaux économiques commencent sérieusement à prendre l'eau. Avec la hausse du prix de l'essence, on a vu que lorsque le gouvernement essaye de trouver des alternatives, ça ne plaît pas. On voit mal comment le gouvernement pourrait serrer la vis davantage au niveau des prélèvements. Aujourd'hui, la stratégie du gouvernement mexicain pour apporter une réponse à ce problème n'est pas très claire."

De son côté, Enrique Peña Nieto  a diffusé mercredi soir une vidéo sur Twitter. "Je regrette et condamne la décision des Etats-Unis de continuer la construction du mur qui depuis des années, au lieu de nous unir, nous divise" a-t-il déclaré. "Le Mexique ne croit pas aux murs. Je l'ai dit plusieurs fois: le Mexique ne paiera pour aucun mur", a-t-il encore réagi. Après la signature du décret du magnat de l'immobilier, Enrique Peña Nieto a annoncé qu'il avait demandé aux 50 consulats mexicains aux Etats-Unis de se transformer "en authentiques défenseurs des droits des migrants mexicains". "Nos communautés ne sont pas seules. Le gouvernement mexicain leur apportera l'assistance juridique qui leur garantira la protection nécessaire" a-t-il ajouté.

La décision polémique de Donald Trump intervient au moment où les ministres mexicains des Affaires étrangères et de l'Economie se trouvent à Washington pour préparer la rencontre entre les deux chefs d'Etat, cinq mois après une visite de Donald Trump à Mexico qui avait scandalisé les Mexicains. Le président du Mexique aurait annoncé qu’il annulerait son voyage aux Etats-Unis si Donald Trump persistera avec sa décision de construire le mur, selon BFMTV.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 26/01/2017 - 10:15 - Signaler un abus Le mur est déjà commencé..

    et les bobos font semblant d'être étonnés... J'en reviens pas, un président qui fait ce qu'il avait promis....

  • Par vangog - 26/01/2017 - 11:08 - Signaler un abus Il n'a pas la bonne méthode, Peña Nieto...

    Certes, il n'est pas responsables des politiciens laxistes qui ont laissé rentrer 11 millions de clandestins, dont six millions de Mexicains, aux USA. Mais il devrait relever le défi de la re-integration de ces Mexicains dans leur pays d'origine, ce qui constitue une chance pour eux et pour le Mexique. Contrairement aux gauchistes archaïques, je pense que les peuples ont vocation à s'épanouir dans le pays de leur culture, de leurs traditions, de leur langue et que les expatriations doivent constituer l'exception. Avec les gauchistes, l´expatriation est devenu la règle, et cette règle doit changer. Donald lui montre la voie, et Pena Nieto devrait saisir cette immense chance de reconquête de ce capital humain, plutôt que pleurnicher...il est évident qu´un certain nombre d´industries textiles, de biens de consommation courants, de sous-traitance automobile, electronique resteront mexicaines. alors, pourquoi ne pas saisir cette chance de développer un partenariat de sous-traitance avec les USA? Ce qui peut être construit aux USA sera construit aux USA et ce qui peut être construit au Mexique le sera au Mexique: c'est probablement ce que Donald lui proposera...

  • Par perceval - 26/01/2017 - 13:36 - Signaler un abus Pour une fois

    vangog apporte quelques bons commentaires....

  • Par Anouman - 26/01/2017 - 13:51 - Signaler un abus Immigration

    L'arrêt de l'immigration au Etats Unis est sans doute une chance pour le Mexique. Ca les obligera peut-être à avoir un développement économique qui permet aux gens de travailler dans leur pays plutôt que partir. C'est l'émigration qui choquante, pas que Trump veuille arrêter le système.

  • Par clint - 26/01/2017 - 15:16 - Signaler un abus Mais pourquoi le Mexique paierait ce mur ?

    Plus Trump asphyxie le Mexique, plus il y aura de passeurs mafieux. Si il veut remplacer les latinos par des "blancs" américains, il risque d'être vite déçu ! Le Mexique commence à avoir sur son sol de très grandes entreprises étrangères avec des personnels très bien formés pourquoi ne pas en faire venir en Europe à la place de l'émigration turco-syro-maghrébine ??

  • Par adroitetoutemaintenant - 26/01/2017 - 17:25 - Signaler un abus Peña Nieto aussi connu comme penga pequenito

    est en train de perdre la meilleure occase pour son pays. Son pays est ravagé par la guerre des gangs et il a l’occasion rêvée d’organiser la lutte contre eux avec l’aide des EU dont le nouveau chef de Homeland Security est un général qui commandait les forces américaines couvrant l’Amérique Centrale et du Sud et qui connait tous les acteurs terroristes, guérillas et bandes mafieuses et a des contacts avec tous ceux luttant contre eux. Mais bien sûr, en bon socialope il préfère le bordel au succès !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€