Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 07 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Salon de l'agriculture : Hollande hué et insulté ; des manifestants démontent le stand du ministère

Des CRS ont pu intervenir peu après l'ouverture du Salon de l'agriculture, samedi matin, pour maîtriser des manifestants.

Heurts

Publié le
Salon de l'agriculture : Hollande hué et insulté ; des manifestants démontent le stand du ministère

François Hollande au salon de l'agriculture, le 27 février 2016. Crédit Reuters

Le Salon international de l'agriculture s'est ouvert dans une ambiance houleuse, ce samedi à Paris. Des manifestants ont totalement démonté le stand du ministère de l'Agriculture, avant d'être maîtrisés par des CRS.

Le président François Hollande, en visite au salon ce matin, n'était pas présent à ce moment-là, mais a lui aussi été chahuté.

Arrivé aux aurores au salon, il a été copieusement hué et insulté par des agriculteurs, certains revêtus de t-shirts marqués de la phrase "je suis éleveur, je meurs". Le mot "Démission !" a été scandé, ainsi que des insultes ("bon à rien", "fumier", etc.) et des slogans comme "on n'est pas des migrants".

"Je suis aussi venu pour entendre ces cris, qui sont des cris de douleur, de souffrance", a réagit le président de la République, avant de rappeler les différentes mesures prises par le gouvernement ces derniers mois, comme l'allègement des charges sociales agricoles. "Je suis venu au salon car je savais que j’allais entendre cette proclamation. Les agriculteurs veulent un avenir. Je suis venu pour agir", a-t-il conclu. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par abracadarixelle - 27/02/2016 - 11:01 - Signaler un abus " Je suis venu pour entendre...."

    dit-il . Il entend peut-être mais n'écoute pas.... De toute façon, cet homme, pur technocrate rémunéré depuis toujours par le contribuable, ne connaît rien au monde du travail en général et rural en particulier. Qu'il parte vite !

  • Par ombelline - 27/02/2016 - 11:11 - Signaler un abus Flanby

    Payé par l'État pour quoi faire? Ruiner les agriculteurs et laisser rentrer des migrants à la charge des contribuables? Comme Ponce Pilates, il s'en lave les mains du moment qu'il est bien au chaud à l'Élysee avec sa dernière maîtresse qui elle aussi profite birn du système... Non mais je rêve !

  • Par langue de pivert - 27/02/2016 - 11:43 - Signaler un abus

    Bon à rien, fumier : ce ne sont pas des insultes mais un constat ! C'est quand même mieux que bloquer la circulation en pénalisant les citoyens de ce pays ! Bien joué ! Ce salopard a préféré caser Moscovici que mettre un représentant de la filière agricole à la commission européenne c'est dire si il s'en tape des agriculteurs !

  • Par J'accuse - 27/02/2016 - 12:08 - Signaler un abus François II le Débonnaire

    Louis XVI aussi entendait les cris de son château. On connait la suite.

  • Par gerint - 27/02/2016 - 14:22 - Signaler un abus Hollande est une souillure

    Il se fait traiter comme il lemérite

  • Par Liberdom - 27/02/2016 - 15:07 - Signaler un abus Capital attentat parti en fumée

    La popularité post-bataclan du squatter de l’Élysée n'aura été qu'un feu de paille. Entouré d'une myriade de flics, il a pu voir combien il était aimé de ses sujets. Ignoble personnage qui n'en a jamais foutu une rame mais a toujours été grassement payé, il faut qu'il se rende à l'évidence : chacune de ses apparitions publiques est une provocation. Reste dans ton palais ou casse-toi pour de bon.

  • Par langue de pivert - 27/02/2016 - 18:12 - Signaler un abus Tout fout le camp ! ☺

    Le fumier ça se manipule à la fourche ! Il fut un temps où les agriculteurs sortaient les fourches et les faux contre ceux qui les affamaient ! ☺

  • Par vangog - 27/02/2016 - 19:15 - Signaler un abus Il a encore rien compris, Porcinet...

    Les agriculteurs lui demandent d'exiger de Bruxelles une régulation. Cela ne coûtera rien à personne, et cela permettra de maintenir les prix du lait, du porc, en cas de surproduction...et ce crétin, qui n'entend rien, pleurniche "mais j'ai baissé vos charges sociales!" Pauvre naze! À cause de ton UE débile, ils vendent à perte aux quatre grands de la distribution ( Intermarché et Leclerc ont proposé de leur acheter le porc 1,40 euros le kilo, mais les europeistes-fous ont refusé...). Ils ne veulent pas des baisses de charges, ils veulent des prix du porc et du lait qui leur permettent de vivre...ouvre tes esgourdes, Hollande, ou casse-toi!

  • Par Borgowrio - 27/02/2016 - 23:47 - Signaler un abus Hé oui

    Il vous a bien baisé , il est président de la république française , bande de ploucs , c'est trop tard . maintenant buvez le calice jusqu'à la lie ...

  • Par essentimo - 28/02/2016 - 09:23 - Signaler un abus Il a eu droit au

    "casse-toi, pauv. con" de la part d'un participant faisant match nul avec N. Sarkozy. Les médias arrêteront peut-être de nous resservir cette soupe !

  • Par Borgowrio - 28/02/2016 - 10:05 - Signaler un abus Gabgie idéologique

    Un paramètre soigneusement évité par les médias qui minimisent la responsabilité de Hollande ; l'embargo Russe , qui a fait perdre un débouché important ( 15 à 20 %) aux producteurs de viande , lait , oeufs . Poutine nous faisait une fleur en achetant français , il s'approvisionne moins cher ailleurs . L'imbécile qui voulait tordre le bras à Poutine s'est encore fourvoyé ;en pénalisant nos agriculteurs pour longtemps . comme pour les Mistrals

  • Par fasanan - 28/02/2016 - 10:44 - Signaler un abus Et "chez Julio" à Buenos Aires ?

    Pour le second diner de la soirée, la viande était comment ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€