Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Hadopi : bilan très défavorable pour la loi anti-téléchargement

Près de quatre ans après son lancement, la Haute autorité affiche des résultats peu convaincants : le marché de la musique a ainsi chuté de 4,4% en 2012

Epic fail

Publié le
Hadopi : bilan très défavorable pour la loi anti-téléchargement

Pour chaque euro de subvention qu'elle reçoit la Hadopi en dépense 1,07. Crédit Reuters

En juin 2009, la loi Hadopi était votée en grande pompe. Cette nouvelle législation et la Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet qu'elle créait étaient sensées mettre un terme au téléchargement illégal et renforcer le marché légal. Quatre ans plus tard, le bilan est plus que mitigé. Selon les informations du site spécialisé PC Inpact, la Hadopi est loin d’être rentable. Elle est même déficitaire puisque pour un euro de subvention du ministère de la Culture, la Haute autorité en dépense... 1,07. En 2013, la Hadopi a été subventionnée à hauteur de 8 427 600 euros (contre 11 millions d’euros en 2012, soit une baisse de 23,4 %).

Et ces dépenses ne riment pas avec efficacité. Ainsi comme le montre le site spécialisé Numérama, les conséquences de la loi Hadopi sur les marchés culturels (musique, vidéo, cinéma) sont invisibles, malgré les 1,7 million de messages envoyés depuis octobre 2010. En 2012, le marché de la musique a enregistré une chute en France de 4,4 %, à 589,7 millions d'euros. L’Hexagone est d’ailleurs en retard par rapport au reste du monde pour ce qui est de l’achat de musique sur Internet : le numérique ne représentait en France que 25 % du marché musical en 2012, contre 35 % à l'échelle mondiale. 

Au rayon vidéo, les ventes de DVD et Blu-Ray ont baissé de 8,7 % en volume, du côté de la vidéo à la demande, le marché a baissé en France de 16,9 % en nombre de locations, et de 10 % en valeur. Enfin les salles de cinéma non plus ne bénéficient pas d'un "effet Hadopi". Sur les 12 derniers mois, le CNC enregistre une baisse de 11,1 % des entrées en salle.

Peut-être que le rapport Lescure publié le 13 mai apportera des nouveautés sur l'avenir de Hadopi ? En tout cas pour le moment, mal adaptée aux nouvelles formes de téléchargement (en particulier le Direct download qui est en-dehors de sa juridiction) et peut-être aussi mal expliquée aux Français (en particulier les vertus du téléchargement légal), la Hadopi est un échec, ou bien, comme l'on dit sur Internet, un epic fail. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 10/05/2013 - 15:08 - Signaler un abus Quand on veut tuer son chien on déclare qu'il a la rage

    Ce bilan est politique et trafiquée par le PS (comme toute ce qu'il fait) La Gauche est une idéologie sulfureuse pour les gens honnêtes

  • Par Karamba - 10/05/2013 - 15:13 - Signaler un abus Attention...

    Personne ne sait quelle aurait été la situation de l'industrie culturelle sans Hadoppi. Si la mesure n'a rien réglé, on peut aussi penser que sans elle ça aurait pu être pire. Certes il reste le Direct download, mais le P2P permettait notamment aux fichiers d'avoir une durée de vie bien plus longue car pas de possibilité de suppression des fichiers mis à disposition. Quant à tirer des conclusions en comparant les entrées de cinéma d'une année sur l'autre, c'est assez hasardeux et pas très sérieux. Dés que ça baisse, c'est fatalement le piratage qui est incriminé. Quand ça monte on parle de la bonne santé de notre cinéma. On a vu récemment des cartons comme Intouchables, Bittorrent ou pas. Le fait est que le succès d'un film n'est jamais acquis et que donc aucune année d'exploitation cinématographique ne peut se ressembler puisque ce n'est jamais le même produit qu'on vend.

  • Par belou43 - 10/05/2013 - 19:09 - Signaler un abus Hadopi Pipeau !!!

    La loi Hadopi n'a jamais protégé les artistes. C'est un combat d'arrière garde pour tenter de sauver des maisons d'édition qui n'ont pas su évoluer. Les vrais artistes ont évolué, se sont tourné vers les concerts et se portent très bien. Les pseudo-artistes, créés de toute pièces par des maisons d'édition à seules fins lucratives ont de sérieux problèmes, et c'est tant mieux. Pour le cinéma, quand de bons films sortent, les cinémas sont pleins, et les ventes se portent biens. (Intouchables par exemple). Quand il ne sort que des navets, c'est la débandade. Normal ... Il n’empêche que tous les grands artistes ont compris que le téléchargement est un tremplin pour eux, et par ce biais, en mettant gratuitement leur musique sur le NET, ils font salle pleine. (Au grand désespoir des maisons d'édition poussiéreuses, promises à une disparition à court terme.)

  • Par walküre - 10/05/2013 - 19:37 - Signaler un abus L'ombre de Sarkozy

    plane sur Hadopi. Inutile, ridicule et inefficace. Tout le bilan du monsieur. Ceci dit c'est heureux que ce soit un coup d'épée dans l'eau. Quand on voit les prix pratiqués par les majors on se bidonne. Quand on écoute les horreurs qu'ils diffusent, on s'éclatent. Alors qu'il y a tant de talents en gratos partout sur le net.

  • Par Cap2006 - 11/05/2013 - 09:17 - Signaler un abus il fallait vraiment être stupide pour croire en l'Hadopi...

    il s'agissait d'une loi scelerate, batie au mépris le plus totale de la réalité... et le pire , pour défendre les interêts des amis du prince, qui se gavaient sur notre dos et sur celui des artistes depuis des décenies... Focalisé sur le répressif et liberticide ( la marque de fabrique de l'UMP) , rien n'aura été fait pour développer les plateformes de mise en ligne pour les artistes ( et créer une alternative à une industrie devenu tout simplement obsolète et incapable de s'adapter) 1€ le fichier mp3 téléchargé légalement : un véritable racket... 4 à 5 € le fichier vidéo complétement décalé... c'est pourtant simple : 1- une baisse des prix autour de 0,25 le mp3 et 1 à 2 € le film 2- la libre utilisation et réutilisation du fichier 3- un soutien à l'auto promotion, et au financement via les internautes. 4- des plateformes d'abonnement, avec paiement à l'acte et non suivant les regles des spoliateurs professionnels que sont les sacem et compagnies

  • Par ZOEDUBATO - 11/05/2013 - 10:01 - Signaler un abus A nouveau les hackers truands et délinquants récidivistes

    réclame le droit de piller le travail des autres pour le revendre à leurs propres profits de parasites sociaux Décidément la politique de l'excuse et du mur des cons fait des ravages parmi les intellectuels fainéants et syndiqués des salons de thé des beaux quartiers

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€