Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 25 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment les nazis ont aidé les entreprises allemandes Bosch, Mercedes, Deutsche Bank et VW à devenir riche

Le magazine d'affaire allemand WirtschaftsWoche révèle que 300 000 personnes des camps de concentration ont été forcées à travailler pour ces entreprises.

Dure réalité

Publié le
C'est difficile à croire, et pourtant... Un classement illustrant le passé nazi des plus grandes entreprises allemandes telles que Bosch, Mercedes, Deutsche Bank, VW et beaucoup d'autres a été publié ce vendredi par le magazine allemand. On y apprend que ces sociétés exploitaient près de 300 000 travailleurs forcés. Une situation qui se résume à de l'esclavagisme, devenue pratique courante à l'époque. 
 
Le tableau révèle également que Audi, aussi connu sous le nom d'Auto Union pendant la période nazie, était un grand adepte du travail forcé. L'entreprise aurait fait travaillé 20 000 détenus des camps de concentration dans ses usines.
 
Même si cette nouvelle fait froid dans le dos, ce n'est pourtant pas la première fois que WirtschaftsWoche dévoile le sombre passé de grandes entreprises allemandes. En 2011, la célèbre marque BMW a admis, après des décennies de silence, avoir travaillé main dans la main avec les plus hautes sphères du parti nazi pendant la seconde guerre mondiale à l'aide d'une main-d'œuvre obtenue par les camps de concentration.
  
 
Mais BMW n'est pas la seule entreprise allemande à avoir profité de cette main-d'œuvre facile. Daimler, propriétaire de Mercedes, a reconnu dès 1986 qu'il avait employé 40 000 travailleurs forcés dans des conditions épouvantables pendant la guerre, lui permettant de générer d'énormes sommes d'argent. Le géant électrique Bosch a quant à lui exploité 20 000 détenus tandis que le sidérurgiste ThyssenKrupp en a fait travaillé 75 000.
 
Mais la liste est encore longue. Le fabricant de produits chimiques IG Farben avait même construit une usine au sein même du camp d'extermination d'Auschwitz. Ce qui lui a permis d'instaurer un travail pénitentiaire dans la production de caoutchouc synthétique et de l'huile.
 
Cependant, la révélation la plus infame reste celle de la vente du Zyklon B, le poison utilisé dans les chambres à gaz nazies. À son apogée en 1944, cette usine a fait usage de 83 000 travailleurs forcés.
 
La plus grande banque d'Allemagne, Deutsche, n'employait pas d'esclaves, mais est devenue aussi très riche sous le nazisme. La banque a licencié tous les administrateurs juifs quand les nazis sont arrivés au pouvoir et à partir de 1938, la Deutsche Bank est devenue la banque la plus riche en Allemagne. C'est à ce moment qu'elle a pris part à la fameuse "Aryanising", c'est à dire la prise en charge des entreprises appartenant à des Juifs.
 
Siemens, le constructeur de train et géant de l'ingénierie électrique s'est quant à lui toujours montré discret à l'égard de ses anciennes activités en temps de guerre. Selon le directeur de recherche du Musée allemand à Berlin, Siemens a expliqué jusqu'à présent que son passé était une "histoire qui regarde la société". Des entreprises comme Adidas et C&A travailleraient encore sur les antécédents des sociétés sous le nazisme.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lexxis - 21/06/2014 - 10:01 - Signaler un abus UNE MEMOIRE FORT SELECTIVE?

    Voilà de quoi donner du grain à moudre à nos amis américains, s'ils veulent être cohérents avec leur acharnement contre la SNCF, qui fait pourtant figure d'amateur dans ce classement de l'horreur. Comme trop souvent, rien que du beau monde, avec une démarche courageuse de ce magazine qui risque très certainement de ne pas faire plaisir à tout le monde.Et alors que l'on s'est justement soucié depuis plusieurs décennies des restitutions des œuvres d'art et de la réparation de diverses spoliations individuelles, comment tolérer l'impunité de ces crimes de guerre - car au moins pour le producteur du Zyklon B c'en sont bien et pour les autres, vu les conditions de travail évoquées, on n'en est sans doute pas très loin- perpétrés à grande échelle et sur un plan collectif échappent à toute poursuite et à la moindre réparation ne serait-ce que mémorielle? Aurions-nous une fois de plus la mémoire fort sélective en rejetant dans les oubliettes de l'Histoire le sacrifice de ces quelque 300 000 victimes? Dans l'affirmative malheureusement probable, ce serait la preuve que les négationnismes les plus discrets se portent beaucoup mieux et sont infiniment plus efficaces que les autres!

  • Par N.K. - 21/06/2014 - 12:37 - Signaler un abus Toujours sélectif "devoir de mémoire"

    Et l'ex URSS alors? Industrialisation sans le GOULAG? Raffinement: les camps de spécialistes tel que celui décrit dans le Premier cercle de Soljenitsyne. Mais se souvenir de ce frère siamois du III Reich est de mauvais goût...

  • Par lexxis - 21/06/2014 - 12:51 - Signaler un abus @NK

    Le sujet traité n'était pas celui-là et on ne combat pas les oublis par d'autres oublis.

  • Par ELLENEUQ - 21/06/2014 - 18:53 - Signaler un abus Eux au moins

    Ils savaient comment faire marcher les prolos

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€