Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Air France : Démission du PDG Jean-Marc Janaillac après le rejet de l'accord salarial

Suite au rejet du projet d'accord salarial par 55,44% des salariés, le PDG d'Air France – KLM, Jean-Marc Janaillac, a officialisé son intention de présenter sa démission dans les tout prochains jours.

Y a-t-il un pilote dans l'avion ?

Publié le
Air France : Démission du PDG Jean-Marc Janaillac après le rejet de l'accord salarial

 Crédit GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Air France – KLM s'enfonce encore un peu plus dans la crise, après le mouvement de grève de ces dernières semaines. Le PDG d'Air France, Jean-Marc Janaillac, vient d'annoncer sa démission après le rejet à 55,44% du projet d'accord salarial qu'il avait soumis au vote.

Le taux de participation s'élève à 80,33% parmi les 46 771 salariés d'Air France. Ils étaient invités à répondre à la question suivante : 
 
"Pour permettre une issue positive au conflit en cours, êtes-vous favorable à l'accord salarial proposé le 16 avril 2018 ?"
 
Le PDG de la compagnie aérienne avait mis son poste en jeu dans la balance.  
 
Jean-Marc Janaillac a fait cette déclaration fracassante dans le cadre d'une conférence de presse en ce vendredi 4 mai 2018.
 
"Au-delà des attentes salariales, ce vote est le résultat d'un malaise. En cohérence avec l'engagement que j'ai pris, j'assume les conséquences de ce vote et je remettrai dans les prochains jours ma démission. J'espère désormais qu'Air France saura se donner les moyens de son rebond."
 
La compagnie aérienne lourdement impactée économiquement, suite au mouvement de grève pour les salaires; va devoir surmonter une nouvelle crise avec la démission du PDG de la compagnie aérienne. Le patron d'Air France – KLM avait lié son sort à la tête de l'entreprise au résultat de ce vote. Jean-Marc Janaillac avait remplacé Alexandre de Juniac à ce poste en juillet 2016.      
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 04/05/2018 - 19:22 - Signaler un abus Ce dernier "fleuron" ne

    va pas tarder à se crasher et ce sera une bonne chose.

  • Par Atlante13 - 04/05/2018 - 19:29 - Signaler un abus Allez, braves français,

    préparez-vous à ouvrir vos portefeuilles pour ces pauvres pilotes d'AF, les pilotes les mieux payés au monde.

  • Par Pharamond - 04/05/2018 - 20:20 - Signaler un abus l'ADN

    L'ADN d'Air France s'est révélé une fois encore inchangé et ce depuis sa création à la Libération. Les temps ont changé, cependant;nous sommes dans un contexte de mondialisation et d'UE.Le maintien d'une compagnie nationale à la merci du chantage de ses pilotes se justifie-t-il? Alitalia l'a cru:elle en est morte. Air France suivra. Air France,Alitalia émanations de pays latins,donc de sociétés de méfiance. Ce type de problème n'existe pas en Europe du Nord.

  • Par ajm - 04/05/2018 - 20:46 - Signaler un abus Des cheminots très bien payés qui parlent anglais.

    Air France c'est comme la SNCF, mais on y est très très nettement mieux payé et on y parle Anglais. Les hollandais de KLM vont certainement faire sécession pour ne pas sombrer avec Air France.

  • Par vangog - 04/05/2018 - 21:12 - Signaler un abus Comme avec le Crédit Lyonnais...comme avec la SNCF...

    la dette Air France sera camouflée dans une société d’amortissement, et l’ex-société nationale progressivement démantelée, grâce aux syndicats néo-trotskystes qui ont gagné facilement...pourtant, Jean-Marc Janaillac était un excellent Président, et il avait fait un excellent boulot en 2017...mais la France gauchiste n’aime pas les gagnants...

  • Par ajm - 04/05/2018 - 23:04 - Signaler un abus Syndicat des pilotes de ligne.

    Vangog: Le SNPL n'est pas vraiment trotskyste, même néo.

  • Par Gégé Foufou - 05/05/2018 - 08:53 - Signaler un abus Liquidez cette société

    de nantis et envoyez au chômage ces pilote gavés de fric et de privilèges...

  • Par fasanan - 05/05/2018 - 09:38 - Signaler un abus les syndicats ont gagné cette bataille

    mais ce sont les voyageurs qui gagneront la guerre. Pour moi c'est déjà fait, mon prochain vol long-courrier est réservé mais ce n'est pas sur AF

  • Par Atlante13 - 05/05/2018 - 11:57 - Signaler un abus Un jour sur une ile paradisiaque,

    je me suis retrouvé en compagnie de quatre personnes qui travaillaient à AF. Je leur demandais si tout allait bien à AF. Réponse : tout va bien, c'est la seule compagnie au monde qui prenne autant soin de ses employés. Et je n'ai pu m'empêcher de les reprendre : C'est vrai, même plus que de ses clients, ces cochons de payants qui ont le culot d'encombrer ces avions sur lesquels vous voyagez presque gratuitement. Bizarrement, on ne s'est plus revus.

  • Par Ganesha - 05/05/2018 - 14:05 - Signaler un abus Bavardages habituels

    Comme d'habitude, sur un tel sujet, vous pouvez lire ci-dessus les bavardages des ''abonnés aisés'' d'Atlantico, ceux qui se déplacent en avion, comme d'autres prennent le métro : ''Oui, Mr. Macron, allez-y ! Abolissez tous les privilèges ! Sauf, bien sûr les miens, qui sont si modestes et parfaitement mérités et justifiés !''

  • Par Gloubi - 07/05/2018 - 09:23 - Signaler un abus Une politique étatiste désastreuse

    Avant la libéralisation du transport aérien, trois compagnies françaises prospéraient : Air France, Air Inter, UTA. Comme la concurrence étrangère arrivait, la logique aurait été de préparer nos compagnies à celle-ci. Que nenni ! L'Etat français favorisa la fusion des trois, créant un monopole, le recapitalisant avec l'argent des contribuables), et donc ouvrant un grand boulevard aux concurrents qui n'avaient en face d'eux qu'un dinosaure qui croyait pouvoir continuer tout seul ... Fin de l'histoire. Et cela continue .. C'est le contribuable qui continue à payer la formation des pilotes d'Air France au travers de l'ENAC, à des coûts bien supérieurs aux standards internationaux !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€